Chômage : à gauche, urgence, agir (avant qu’il ne soit trop tard).

 

33 600 demandeurs d’emploi de plus en juillet, soit une hausse continue depuis 3 mois, 2,756 millions chômeurs dans la seule catégorie A, un niveau de chômage sans précédents depuis 11 ans (9.2 %), et que dit la Police de l’emploi, en France ?

 «  Mr Le directeur (de pôle emploi), pour vous cette hausse du chômage, n’est-ce pas un échec ?

 – Non, pas du tout ! blablablabla…., « notre première priorité c’est de payer sans retards les allocations, blablabla, blablabla …, notre deuxième priorité, c’est l’accompagnement vers l’emploi. Mais pour les séniors , c’est plus long et plus compliqué ¹, blablabla, blablabla …, nous avons procédé à 46 000 radiations en juillet 2011 contre 44000 l’année dernière, faut arrêter les polémiques inutiles, cette syndicaliste ferait mieux de faire son boulot,  blablabla, blablabla ….». (entendu sur France Info ce midi…).

 Mais de qui se moque-t-on ? Quel mépris pour la souffrance humaine ! C’est quoi cet esprit technocratique qui tente de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, en tentant de noyer le poisson si misérablement ? On le sait bien, que ce n’est pas Pôle Emploi qui crée des postes, comme je vous l’ai entendu dire tout à l’heure, Mr Charpy… Mais arrêtez de nous bassiner avec le retour de la croissance, ça fait trente ans que ça dure, ce charabia, faut arrêter, quoi. Merde. C’est grave, toute cette masse de désespoir que notre société crée depuis toutes ces années, en ne proposant pour seule solution que de faire la chasse aux assistés.  Sûr, c’est bien plus facile que de créer de l’emploi, hein ! Et quand on sait, comme je le partageais hier, que le gouvernement a décidé de ponctionner de 300 000 millions d’euros le budget du Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels,  la preuve est faite que les annonces du gouvernement sont vraiment des tours d’illusionnistes ! Regardez ce que je dis d’un côté, mais pas ce que je fais de l’autre… D’ailleurs, quels médias ayant pignon sur rue s’en sont émus ? Quand on sait que ce fonds sert à financer les formations pour les demandeurs d’emploi, cela prend tout son sens, non, le jour même où l’on nous informe la larme à l’œil que les chiffres du chômage ne sont pas bons…

Wauquiez peut bien nous annoncer dans ce contexte qu’il va offrir généreusement un dixième mois de bourse qui ne va concerner que 20 % des étudiants, cela ne provoque chez moi qu’une réaction de surprise (feinte…)  : auraient-ils donc si  peur que les jeunes descendent dans la rue ? Cette mesure est une miette jetées aux chiens : la plupart des étudiants sont en effet dans l’obligation de travailler en plus de leurs études pour financer un  logement dont le loyer prend de plus en plus de place dans leur budget, quand bien même les parents ne seraient pas smicards.

 Dans la série « je sais de quoi je parle » (je vais encore jouer les vieux cons, mais faut bien que l’expérience serve, non ?)  : depuis l’âge de 23 ans, j’ai consacré l’essentiel de ma carrière au domaine de l’insertion professionnelle de différents types de publics, des plus jeunes aux plus âgés, des moins aux (un peu) plus qualifiés, hommes ou femmes, avec ou sans enfants, handicapés, bénéficiaires du RMI, chômeurs de longue durée, femmes seules privées de ressources, jeunes sans qualification, sortants de prison, en milieu rural comme en milieu urbain. J’ai œuvré dans différents cadres : insertion par l’activité économique dans le cadre de chantiers, d’associations ou d’entreprises d’insertion, formation continue, accompagnement à la recherche d’emploi, cabinets de consultants et d’out-placement, conseiller en bilans de compétence…

 J’ai vu passer des tonnes de mesures pour l’emploi, plus ou moins élaborées, sous forme d’allègements de charge pour les employeurs, de 3 mois à 5 ans, avec ou sans formation, payée le quart ou la moitié du SMIC (au mieux), quand ce ne sont pas de simples stages (lien) qui ne donnent rien du tout sinon le droit de se faire exploiter en toute légalité, et de se faire bercer de belles promesses qui n’engagent que ceux qui y croient… J’ai vu passer des gouvernements de droite, de gauche, du centre, avec des Ministres plus ou moins compétents, et qu’en est-il aujourd’hui ? Quel est le bilan, à l’issue de toute cette vie consacrée à ceux qui à mes yeux en avaient le plus besoin, à qui je devais mes (maigres) compétences ? Moi qui ait tant souffert plus qu’à mon tour de certaines périodes de chômage ?

 Toujours la même impasse sociétale, toujours les mêmes discours pseudo techniques propres aux services publics de l’emploi où se mêlent amphigouris, périphrases et galimatias pour dissimuler l’impuissance générale. Pourtant, le roi est nu : les chômeurs ne sont pas tous des feignants, il n’y a pas d’emplois pour tous, il faudrait en créer d’avantage, et notre système socio-économique ne le permet pas. Le chômage est une variable d’ajustement qui permet aux employeurs de payer leurs salariés le moins possible, surtout dans les secteurs d’activité où il y a beaucoup (trop) de candidatures… C’est la dure loi de l’offre et de la demande.

 Pour casser cela, seule une transformation sociétale conséquente le permettra. Nous avons donc besoin d’une politique de l’emploi efficace et obstinée, d’une réflexion orientée emploi et non rentabilité… y compris dans des secteurs d’activité qui devraient de par leur nature y échapper. Quand donc nos décideurs comprendront-ils en outre que le profit n’est pas (plus ?) synonyme de créations de postes ?

 Si la préoccupation de l’emploi pour tous était présente chez tous les élus, cela se saurait, et se verrait. Tel n’est manifestement pas le cas. Donner une place à tous ceux qui n’en ont plus ou n’en ont jamais eue, voilà qui devrait constituer l’essentiel d’un projet de gauche, plutôt que de veiller à enrichir l’actionnaire. Pourtant, beaucoup continuent d’adhérer à un mythe selon lequel ce serait la sacro-sainte entreprise qui ferait tout, qui créerait de l’activité, de l’emploi. Nous les avons laissé faire depuis plusieurs dizaines d’années, et pour quel (maigre) résultat ?

 Pourtant, malgré tous ces lieux communs de l’analyse empirique sur le sujet, que propose le parti socialiste de si particulièrement innovant ? Imaginatif ? Créateur d’emplois pérennes ?

Toujours et encore les mêmes recettes éculées qui n’ont jamais fait la preuve de leur efficacité, qui ne sont que rustines sur jambes de bois. Encore et toujours, une de plus, allons y, une nouvelle mouture des emplois jeunes qui ne serviront encore à rien, sinon créer de la désillusion.

 Un autre monde est possible. J’en veux pour preuve le domaine de l’économie sociale et solidaire qui fonctionne avec d’autres paradigmes que le culte de l’argent roi, qui a fait la preuve de son efficacité, et qui est si peu présent dans les discours socialistes. Je pense aussi à (puisqu’on ne lésine pas sur le sujet en ce moment une taxe progressive (ou une exonération de charges patronales) sur l’emploi plus ou moins forte selon qu’on privilégie ou non le recours à la main d’œuvre. Cela serait plutôt juste, et qu’on ne me taxe pas de démagogie et de méconnaissance de l’économie réelle : quels sont les secteurs d’activités qui créent le plus de valeur ajoutée, selon vous ? Ceux qui justement, pour une grande part, sont les plus automatisés, et emploient donc le moins de main d’œuvre. Leurs marges conséquentes ne devraient-elles pas être réinjectées dans l’économie réelle plutôt que dans les spéculations qui ont donné lieu à cette crise depuis 2008… Voire avant ?

 Voulez-vous donc continuer à collaborer à la consolidation d’un monde dans lequel un Bill Gates ou un Steve Jobs a plus de pouvoir sur la marche du monde qu’un chef d’état, et ce quelle que soit la taille du pays et son degré d’évolution sociétale, d’épanouissement des individus ?

 J’aimerais donc qu’à l’orée de ce rassemblement de la Rochelle qui va réunir une partie de la grande famille de la gauche française, ce ne soit pas seulement les moyens de résoudre le problème de la dette, mais également la politique de l’emploi que l’on entend mener, et les moyens d’une lutte efficace contre ce fléau social qu’est le chômage, qui soient au centre des débats. C’est d’une urgence vitale : notre société est en train d’en crever, bordel !

 Retrouvons notre cœur de gauche : l’humain avant tout !

 ¹ N’ y a-t-il donc pas une incohérence à vouloir nous faire travailler 2 ans de plus (cf. réforme des retraites) alors que les chômeurs âgés ont de plus en plus de mal à retrouver un emploi  ? « meuh non, meuh non, vous ne comprenez rien, Mr GdeC, l’effet n’est pas si mécanique, vous vous méprenez… blablabla … blablabla »)

14 réflexions sur “Chômage : à gauche, urgence, agir (avant qu’il ne soit trop tard).

  1. Rien à espérer de ces radoteurs. Sauf si Montebourg gagne les primaires… Alors le Front de Gauche… Rien n’est joué.

    J'aime

  2. Tout a fait d’accord avce ce billet.

    Depuis 30 ans, le chomage est un problème : ni la droite ni la gauche n’a voulu prendre à bras le corps ce problème.
    Alors, on propose des stages/formation bidon, on radie (bcp avant chaque échéance électorale), on favorise le travail à temps partiel et on encourage l’emploi précaire.
    Evidemment, on indemnise 1 peu (faut acheter la paix sociale !).
    Mais on oublie pas de rallonger les trimestres nécessaires pour -1 jour peut-etre !- bénéficier d’une retraite qui sera le minimun vieillesse…

    Droite et hélàs la gauche s’en moque du désespoir des autres.
    Eux se sont mis à l’abri en cumulant les mandats, en s’auto-octroyant : des indemnités confortables, divers avantages en nature, un système de retraite hyper-avantageux, et un système  »assedic » avantageux en cas d’échec électoral.

    @ pamphile :
    Pour changer les choses, je croyais un peu en A.Montebourg mais ses explications pour justifier ses absences à l’A.Nationale, l’ont à mes yeux totalement décrédibilisé. Qd on veut jouer au chevalier blanc, il faut montrer l’exemple.

    J'aime

  3. Si nous voulons vraiment une autre société, ne faudrait-il pas travailler moins en partageant le travail existant , consommer moins, vivre plus, moins de biens plus de liens.
    Mais pour cela il faudrait ne plus se laisser manipuler par la publicité qui nous pousse à AVOIR toujours plus en nous créant de nouveaux faux besoins et à ETRE toujours moins.
    Et cela, la grande majorité n’en est pas capable.

    J'aime

  4. @raannemari : je suis sur cette liqne là. Ceux qui raillent la décroissance devraient y réfléchir à deux fois avant de persiffler. Caricaturer en avançant l’argument à deux balles du retour à la bougie ne nous fera pas avancer d’un pouce vers une vie plus légère… Tu as raison : nous nous sommes alourdis à travers les générations. Un autre monde est possible : économiquement, socialement, moralement.

    J'aime

  5. Je fais une proposition : pour en finir avec le chômage
    il faut en finir avec l’emploi (marché du travail)
    dans le capitalisme, une institution transforme l’activité en travail, c’est l’emploi

    vidéo 10 mn

    J'aime

  6. Peu de visite pour un très bon article? Un meilleur titre: « Quand Fillon ponctionne 300 000 millions € du Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels » et le lien de l’article à tweeter 😉

    Courage! La qualité prime sur la quantité de pages comme de visites uniques!

    J'aime

  7. Je poursuis …. Je pense vraiment qu’il serait intéressant que la gauche progressiste et anticapitaliste propose de vraies solutions pour résoudre le problème du chômage.
    Pourquoi pas un salaire socialisé à vie comme le propose Bernard Friot ou un revenu social à vie ( dans le cadre défini par l’ économie distributive avec revenu social à vie avec un contrat civique et une monnaie distributive ) ?

    Site de la Grande Relève ( renvoi vers un texte d’un visionnaire)
    http://economiedistributive.free.fr/article.php3?id_article=38

    et sur ce site voir l’édito de M.L. Duboin de juillet 2010 où elle précise que sur le fond ses propositions sont proches de celles de B. Friot. Plus de querelle de termes (salaire/revenu)
    Ces propositions battent en brèche le revenu Villepin et d’autres qui ne sont que des solutions qui accompagnent ce système destructeur. Il faut faire le tri !!!

    Il est vrai que l’on soulève plusieurs débats de fond :
    remise en cause des moyens de production, que produit-on ? comment et surtout pour qui et pourquoi ( dérives du consumérisme)
    la centralité de travail,
    la gratuité et services publics ……
    Je pense très fort que la « vraie » gauche qui défend d’autres valeurs devrait s’emparer de ces propositions.

    J'aime

  8. Ah çà y est, j’ai trouvé où causer.
    A mon avis, c’est Ynna qui est sur la bonne piste. Une allocation à chacun. Pas très élevée. Mais…
    – la santé gratuite
    – les études gratuites (sauf recyclage volontaire)
    – les transports en commun gratuits (mais pour les individuels, « demerti seauton »)
    – le logement gratuit, mais égalitaire (pas de taudis, pas de palais)
    – un temps annuel de détente sans se préoccuper des tâches communes autres qu’ancillaires, rémunéré comme un temps « normal »
    – un humain pour chaque tâche, une tâche pour chaque humain. Concrètement, une personne pourra avoir des difficultés à apprendre, surtout intellectuellement, on ne lui demandera qu’une contribution modeste, et surtout manuelle, à la communauté. En revanche, un esprit brillant pourra aller au bout de ses études auprès des meilleurs professeurs, mais devra s’acquitter en retour de tâches plus ardues et pointues.

    Cela implique que la notion même de profit disparaisse, et que l’élitisme ne soit qu’une consécration médiatique, à laquelle n’est liée aucune « prime ». Cela n’empêche pas que le peintre reçoive une juste compensation (à préciser sous quelle forme) de la part de ceux qui souhaitent avoir chez eux une de ses œuvres. Ou que le chirurgien, chercheur, soit autorisé à avoir un temps de récupération plus long pour « recharger ses batteries » intellectuelles.

    Qui déciderait de tous ces détails importants ? La communauté des humains, selon le système des cercles de décision. Un cercle de 20, 30 personnes décide sur un point précis soulevé par l’un quelconque de ses membres. Si ce point est plus général, d’autres cercles adjacents sont contactés pour en débattre, et en décider. Si la chose est d’importance, elle est remise en question dans un cercle plus général où chaque participant est élu pour cette question précise par chacun des cercles participants. La polémique peut s’agrandir selon l’affaire traitée, au point à la limite d’affecter l’humanité entière, de cercle de décision en cercle de cercles de décision. A chaque fois les délégués ne le sont que pour une session.

    Un cas d’urgence ? (tremblement de terre) Le cercle le plus proche en mesure de réagir lance un code rouge, trois autres cercles aussitôt contactés le valident, et les ressources de la planète entière sont mobilisées au plus juste et au mieux, sans autre temps d’attente.

    Cela implique bien sûr l’abolition des frontières, des monnaies et de beaucoup de métiers inutiles, voire nuisibles comme les publicitaires, les traders, les agences de notation, immobilières, les notaires, les avocats d’affaires, les directeurs, PDG, CEO, les mafieux puisqu’aucun profit toléré, etc…

    Comme l’avait soufflé à propos de tout autre chose Charles de Gaulle, « Vaste programme ».
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Con

    J'aime

  9. Pour le titre je confirme, cela a retweeté grave avec le nouveau !

    Sinon pour le montant: 300 000 millions d’euros
    ça fait 300 milliards d’euros. Un lien ? parce que cela fait énorme, mais trop…

    J'aime

  10. Mon cher GdC, dans ton texte fort sympathique, tu oublies la magnifique proposition du PS incarnée par Hollande Himself lors des journées de La Rochelle pour régler la question de l’emploi.

    Relancer la croissance. La croissance, c’est tout de même une bonne idée ! Non ? Ah bon. Mmouais. Je te sens capable de rétorquer que le dernier qui nous avait causé croissance se proposait même d’aller la chercher avec les dents…

    L’emploi sera l’enjeu central de la prochaine présidentielle. Et je ne donne pas cher des ceusses qui tordent du cul pour nous proposer encore une nouvelle purge — réalisme, austérité et grands équilibres — comme le font les Hollande et consorts pas affligés par la misère ou la simple gêne.

    J'aime

  11. Ah une pépite relevée je ne sais plus chez quel blogueur lors des journées socialistes à La Rochelle.

    Il a entendu une fille dire à propos du porte à porte : « je n’en fais plus, c’est décourageant. Les gens, la seule chose qu’ils veulent, c’est un emploi ! »

    J'aime

Les commentaires sont fermés.