Visiblement, la privatisation ne passe pas comme une lettre à La Poste…

image empruntée au blog  d’un autre militant

.

Le Service Public Postal n’est pas compatible avec la recherche de profit

L’été 2011 est une nouvelle fois l’occasion pour La Poste de dégrader le service rendu au public que celui-ci est en droit d’attendre.

Nous connaissons à nouveau les fermetures de bureaux totales ou partielles, nous avons dorénavant la suppression programmée plusieurs jours à l’avance de la distribution.

Tout cela vient après l’annonce de la « lettre verte » qui s’apparente à la réouverture de la 3ème classe SNCF et la suppression des tarifs ECOS pour les colis pour l’étranger.

Le Président de La Poste peut dans un interview à Capital annoncer que le facteur de demain sera un spécialiste des services à domicile, encore faudrait-t-il qu’il y en ait. Car derrière toutes ces remises en cause du service public, il y a les suppressions massives d’emplois. L’appel à la sous-traitance, notamment dans les colis, a des conséquences désastreuses comme le démontre le courrier de Bertrand Tavernier publié par le Canard Enchaîné.

Les réorganisations, les suppressions d’emplois sont toutes dictées par la recherche de profit maximum. L’Etat, pourtant garant de l’égalité de traitement du service public choisit en fait de le dégrader.

L’entrée de la CDC au capital de La Poste a déjà une première conséquence : 36 % du résultat net seront dorénavant versés, en dividende aux actionnaires, l’Etat et la CDC. C’est autant de moins pour le développement du service public postal et pour la reconnaissance du travail des postiers.

Ces choix ne sont pas inéluctables. Des actions, souvent victorieuses, associant postiers avec la CGT, élus et usagers se multiplient cet été pour garantir le service public comme dans l’Aude, la Loire, les Bouches du Rhône, l’Aveyron, la Haute Savoie, la Charente Maritime, le Finistère, les Alpes Maritimes par exemple.

La CGT réaffirme que le développement de La Poste passe par le développement du service public, de l’emploi, l’amélioration des salaires et des garanties collectives du personnel, C’est à quoi elle s’attelle. Elle appelle les postiers, avec les élus, les usagers à prolonger ce combat.

La perspective d’une grande journée de mobilisation unitaire fin septembre début octobre pour une autre répartition des richesses proposée par la CGT vise aussi à permettre la convergence des différentes actions et leur amplification.

Communiqué de la FAPT CGT, vu ici

le 16 août 2011

.

Une réflexion sur “Visiblement, la privatisation ne passe pas comme une lettre à La Poste…

Les commentaires sont fermés.