La Grande-Bretagne est-elle encore une démocratie ? (#England riots)

 

A block embedded on bank’s window in Peckham, suburb of London, UK, early Aug. 9, 2011.Corbis (source)

(Traduction : Un bloc encastré dans la fenêtre de la banque (ndlr : HSBC) à Peckham, dans la banlieue de Londres, Royaume-Uni, le 9 août 2011).

.

Plus de 1200 arrestations en comparution immédiate,  des procès en série sans le moindre respect de la présomption d’innocence, plus grave parfois sans preuves (selon l’avis même d’un avocat, choqué, entendu sur France Info ce matin),  souvent sur la seule base de la délation, à laquelle les journaux se prêtent au plus grand mépris de la déontologie journalistique,  justice expéditive qui travaille jour et nuit, extension des pouvoirs de police,   jeune majeur condamné à 6 mois de prison ferme pour le vol de 2 bouteilles d’eau (BFM TV),  volonté de recours à l’armée et aux canons à eau,  projet de mise sous contrôle et de brouillage des réseaux sociaux et autres outils de communication cryptée (dont les dirigeants souhaitent collaborer avec la police), multiplication des groupes d’auto-défense avec la bénédiction du Maire de Londres… Où tout cela s’arrêtera-t-il ?

 « À un an des Jeux, nous devons montrer que la Grande-Bretagne n’est pas un pays qui détruit, mais un pays qui bâtit, qui ne baisse pas les bras… » (David Cameron, ici). Nous y voilà… Le libéralisme carnassier montre donc son vrai visage : l’appât du gain, le prestige de façade. Et se moque bien de toute notion humaniste, de justice sociale. L’important, ce n’est pas de jouer ni de participer, mais de se remplir les bourses. Et que, surtout, les matchs de foot ne soient plus reportés¹… ça fait désordre.

 Pourtant, les raisons de ces émeutes sont palpables, le désespoir aussi,  et le projet de big society a une face cachée que Cameron ne parviendra pas plus à nous dissimuler. Comment peut-on pousser le cynisme jusqu’à créer avec tant de froideur et de méticulosité un projet de société libérale exclusivement basé sur une seule valeur ultime, la consommation à tout prix,  et en exclure ceux qui la produisent (ou voudraient bien pouvoir le faire…) ? Comme je l’ai lu je ne sais plus où, on ne peut pas à la fois mépriser ces pillards et tout mettre en œuvre pour créer des objets socialement désirables, alors que la plupart des gens n’ont pas les moyens de se les payer… Cette société là est absurde.

 Je ne veux pas à travers ce billet donner l’impression que je défendrais de vulgaires casseurs, des pillards, motivés uniquement par la possession facile. Mais il me semble utile de rappeler que nous sommes tous responsables du mode de société existant… Responsabilité dont il m’apparaît bien commode de s’exonérer (N’est-ce pas H16 ?)

 En tous les cas, pour moi,  la loi doit s’appliquer à tous indistinctement. Et là, tel n’est pas le cas. Nous sommes bien face à des tribunaux d’exception comme d’autres pays bien plus stigmatisés en connaissent encore… Et quand un pays ne respecte plus les lois qu’il a lui-même édictées, c’est le commencement du fascisme.

 Aujourd’hui, l’Angleterre, et demain… La France ? Le libéralisme n’est pas un pragmatisme, mais une idéologie, fille aînée du culte de l’argent roi.

 Un autre monde est possible.

 

¹ Terminer un tel article, sur un tel sujet, la mort d’un homme, par le report de matchs de foot, voilà qui en dit long sur l’échelle de priorités de l’auteur de ce misérable texte… L’argent et les jeux, il n’y aurait donc que cela à prendre en compte ? Misérable petit monde…

.

4 réflexions sur “La Grande-Bretagne est-elle encore une démocratie ? (#England riots)

  1. Voir de petits gauchistes à la mie de pain donner de doctes leçons de démocratie à l’Angleterre, alors là, il y a vraiment de quoi se pisser parmi, comme disaient les Dauphinois !

    J'aime

  2. je sais qu’on ne doit pas alimenter le troll mais tant pis:

    « Didier Goux, vous être énervant, vous ne critiquez pas une quelconque inexactitude de cet article, vous critiquez l’auteur pour ses idéologies, qui seraient incompatible avec le pays du sujet visé.
    Du coup, pour résumer, vous ouvrez votre gueule pour ne rien dire.
    A moins maintenant que vous approuviez la délation, les extensions de pouvoir, les justices d’exceptions?

    Ça vous fait rire vous de voir des gens se révolter car ils sont dans la merde la plus totale, et qu’au lieu d’écouter leur message, on leur envoie la police ou l’armée?
    Il n’y a pas de fumée sans feu »

    (tiens, finalement, ça me rappelle les révolutions arabes tout ça!!?)

    J'aime

  3. Fred : je n’est en effet rien contre les juridictions d’exception, à condition bien entendu qu’elles restent ce que leur nom indique : d’exception, c’est-à-dire correspondant à une situation exceptionnelle, ce qui semble bien être le cas en Angleterre.

    Maintenant, si l’on considère avec vous que le pillage et la destruction organisées sont une simple manière de “faire passer un message”, alors en effet les dites juridictions ne se justifient plus du tout.

    Je n’ai pas discuté du “fond” du billet parce que celui-ci m’est apparu tout de même trop bouffon : quand on lit que les pillards ont des excuses dans la mesure où la société fabrique des objets qu’ils ne peuvent pas se payer, il n’y a que deux réactions possible : soit on s’assoit par terre et on pleure, soit on éclate de rire. Ma nature me pousse plutôt vers la seconde.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.