de la couleur du combat des antifas : rouge ? Seulement ?

Non, « Jean Yves Camus, et autres experts auto-proclamés de l’extrême-droite : la fameuse fachosphère n’est pas « un espace de décompression » nécessaire, mais la source de contamination idéologique de bon nombre d’esprits fragiles… qui s’y abreuvent d’idées toutes faites, déposées là par de plus habiles qu’eux. Mais néanmoins malades.  Ce qu’ils répandent n’est pas une opinion, mais un délit. Agissons.

je viens de tomber, grâce à différentes sources qui m’en ont proposé la lecture (twitter, et ce nouveau machin qui permet de faire des journaux avec des liens, scoop it,  celui d’Intox 2007 en l’occurrence, joliment intitulé « au fil de l’eau« … ),  sur cette perle noire, à l’analyse rigoureuse, bourrée d’arguments, riche, souvent juste, mais dont la fin me laisse perplexe… A vous de juger, comme dab.  je mise sur votre intelligence.

Fdesouche et après ?Jusqu’où va la fachosphère ?

(source : redskinsheads de France, ici)

En quelques jours, Fdesouche et ses épigones divers sont brusquement devenus le sujet de l’attention de la plupart des médias.

 Brusquement, chacun trouve horriblement dangereux le site phare de l’extrême-droite française, chacun s’interroge sur les éventuelles « mesures » à prendre et la raison pour lesquelles elles n’ont pas été prises avant. D’un coup, il se trouve, chose assez miraculeuse en France, des journalistes pour faire un travail de fond, c’est à dire s’informer et lire les centaines de commentaires postés à la suite de chacun des articles du site fasciste.

 Bref, la tuerie politique perpétrée en Norvège semble avoir réveillé les consciences médiatiques qui découvrent ce que les antifascistes analysent depuis fort longtemps. Pour notre part, nous avons publié nombre d’articles sur les méthodes de combat développées par la masse des acteurs du site pour influencer l’ « opinion publique ». L’ « Ecossaise » ou les « opérations Carcajou » par exemple.

Nous avions donné également quelques exemples des méthodes similaires utilisées par les anti-IVG

 Mais cette brusque indignation médiatique est-elle autre chose qu’une apparence ?

 Non. Car aucune analyse n’est faite de ce qu’est réellement Fdesouche, de ce qui permet son existence, de ce qui favorise le succès de ses campagnes de haine.

 Quiconque tient un blog antifasciste et entend informer ne serait-ce que sur ce qui se passe en France, concernant par exemple les exactions violentes commises par les fascistes ne peut que passer énormément de temps à aller chercher l’info : dans les régions et les localités où des collectifs antifascistes existent, ce sera plus facile, mais pour le reste du territoire, il faudra aller scruter les journaux régionaux même en cas d’actes graves. Et lorsqu’il s’agit d’agressions légères, ou de « petites dégradations », il n’y aura au mieux que quelques brèves. Quant à la presse nationale, virtuelle ou papier, il faut au minimum cent tombes saccagées ou des tabassages à répétition pour qu’elle daigne remarquer l’existence d’une extrême droite « non-dédiabolisée ».

 De plus, une fois réalisé ce travail de collecte des faits, il sera impossible au militant antifasciste de reprendre tels quels les articles qui en parlent : quand les journalistes ne minorent pas les auteurs d’actes racistes en les présentant comme de simples déséquilibrés, ils n’hésitent pas à renvoyer dos à dos extrême gauche et extrême droite où à laisser largement la parole aux formations fascistes.

 Celles-ci n’ont pas ce problème avec le contenu de la presse ordinaire, et Fdesouche en est la démonstration éclatante.

 Il y a une seule chose sur laquelle les médias ne s’interrogent pas tellement dans tous leurs articles sur ce site parus ces derniers jours, et pour cause : fdesouche, ce n’est quasiment jamais une production originale, et très peu la reprise de textes issus d’autres sites d’extrême-droite. Fdesouche, c’est purement et simplement le copié-collé de la presse ordinaire , la reprises de chroniques ou d’émissions de radio. Fdesouche ne les censure pas, ne les commente pas de lui même.

 Une partie de ces articles sont des articles destinés à jeter en pâture des proies aux commentateurs ordinaires qui vont s’indigner contre la tribune d’une personnalité ou d’une association de gauche. [la suite ici]

Nos armes sont-elles les mêmes ? j’ai posé la question en commentaire chez eux… J’attends la suite, celui-ci n’étant pas encore publié. J’y disais en substance que nous partageons les mêmes craintes, les mêmes combats, mais qu’il me semble probable, au vu de la fin du texte, que nous ne partagions pas les mêmes armes, dans ce combat qui effectivement doit être celui de tous,  soucieux que nous sommes pour la plupart, de la sauvegarde de la démocratie en ces temps troublés…

Mais, jusqu’à preuve du contraire, il n’appartient pas à chacun de faire sa propre loi, ce que je crains avec ce genre de mouvement ¹, où la force prédomine souvent… malgré les mots d’ordre. C’est pourquoi je préfère, à tort ou à raison, mais je ne peux faire autrement, laisser agir le bras armé de tout pays démocratique : la justice ². Celle dont justement on pourrait craindre aujourd’hui que le pouvoir sarkozyste ne tente de s’emparer, avec pour premier cheval de Troie, les jurés populaires, qui viennent malheureusement d’être autorisés par le Conseil Constitutionnel.

Mais cela ne rend pas pour autant caduque l’analyse de ce (cette ?) redskin là, que je partage sur le fond, résumée en ces mots  :

« laissons faire les fascistes, laissons leur de plus en plus d’audience et de liberté d’expression, laissons les défiler tranquillement, et « au moins », on évitera les tueries de masse. Evidemment, il faudra bien supporter quelques désagréments, le racisme, l’antisémitisme ou l’homophobie comme le bruit de fond banal de nos démocraties, les dégradations, les menaces, la pression fasciste au quotidien, mais l’on évitera le pire.

En attendant, les déclarations du président d’honneur du Front National, celles de Ozon, théoricien des identitaires passé au Front qui accuse la société « multiculturelle » d’être à l’origine de la tuerie d’Oslo et ont été reprises dans un communiqué de l’administrateur de fdesouche posent les choses clairement : les fascistes, dans leur ensemble assument désormais ouvertement leur culture de mort, et les conséquences éventuelles en terme de violence aveugle et massive. »

C’est pourquoi il nous appartient à tous d’agir, chacun à notre modeste – mais néanmoins utile – niveau d’intervention. Quant à moi, j’ai choisi mon arme de prédilection : le blog. Le voici : ici, et, où encore . je ne laisserai rien passer, que je n’ai pu observer.

A bon entendeur…

.

Pour approfondir le sujet :

Blogosphère d’extrême droite : cartographie des réseaux d’influence

Et si après cela vous vous sentez toujours  l’âme de traquer du facho là où il se terre… :

Fafwatch

.


¹ Cependant, mes préjugés, qui me semblent être ceux de tout un chacun, je l’avoue humblement, ne demandent qu’à être révisés. je suis d’un genre amendable… J’attends donc avec grande impatience la réaction de l’auteur du texte. Mais je ne me fais guère d’illusions, au vu de certains emblèmes virils présents sur leur site…

² .. au risque de voir le vieux fou jouir dans son pantalon sale, spectacle répugnant s’il en est.

.

.

Une réflexion sur “de la couleur du combat des antifas : rouge ? Seulement ?

Les commentaires sont fermés.