Philippe Muller, un héros (pas si) ordinaire

Vers une pénitentaire academy ?

.

La surpopulation carcérale est un fait indubitable, connu de tous. Souvenez vous en particulier de cette vidéo tournée par des prisonniers de Fleury-Mérogis qui avait fait son petit effet sur le net, fin 2008… Le phénomène n’est pas nouveau, mais la politique judiciaire inflationniste de Sarkozy tend à emprisonner de plus en plus de gens qui pourraient s’en passer ¹ à l’aide de peines alternatives un peu plus intelligentes et imaginatives que celles que préconisent Sarkozy et Royal.

 Pourtant, le nombre de détenus est malgré tout passé de 49 342 il y a dix ans à 64 726 détenus au 1er juillet 2011. 37 établissements pénitentiaires ont ainsi un taux d’occupation supérieur ou égal à 150 %, dont 5 au-delà de 200 %. (source).

 Face à ce contexte, dans lequel la justice administrative a condamné l’État français  à plusieurs reprises pour les conditions de détention dans ses prisons, Philippe Muller a décidé de désobéïr. Afin de dénoncer la surpopulation carcérale, le procureur de la République de Dunkerque a donc ordonné hier que les incarcérations soit temporairement reportées, à l’exception des délits les plus graves, jusqu’au 5 septembre.

Il est probable que son geste fasse l’objet de sanctions disciplinaires, et que son avancement de carrière ne soit pas aussi rapide que d’autres, plus prudents…

 Pourtant, à mes yeux, ce procureur là (de Dunkerque) est un héros comme je les aime.

 Puisse son geste, certes symbolique, mais ô combien utile, provoquer un électrochoc dans les consciences des politiques, et dans l’opinion. Leurs belles paroles ont en effet des conséquences sur la vie ordinaire… Même dans les prisons.

 Je suis donc impatient de connaître les intentions des différents partis politiques sur le sujet. Aller vers ce qui se fait déjà, comme la construction de prisons neuves ultra-perfectionnées, aux prestations de plus en plus privatisées, n’est pas l’orientation que je privilégierais. Dans de nombreux cas, elles se révèlent inadaptées pour les prisonniers souffrants de problèmes médicaux. Je pense notamment à cette évolution de la population carcérale qui voit de plus en plus de détenus souffrir de troubles psychiatriques, pour lesquels le modèle habituel n’est pas adéquat. Sans parler du nombre de suicides qui a quitntuplé en 50 ans selon l’article du Monde déja cité.

  En outre, ce qui fait la fierté des personnels pénitentiaires, l’insertion sociale et professionnelle à la sortie de la prison, se voit bien mal en point en termes de personnels et de moyens ² alloués par une politique droitière qui nie par dessus tout la dimension sociale, au profit d’une logique purement technocratique, gestionnaire et productiviste,  en ce domaine comme dans d’autres.

 Un autre monde est possible.

 Pour approfondir le sujet, lire aussi :

 Le site de l’Observatoire International des Prisons.

Quelques uns de mes billets  :

64 584

L’Etat et ses prisons : une source de revenus ?

France, Pays des (NON) droits de l’Homme

.

¹ Ainsi, l’article du monde cité en lien souligne une « forte hausse des mises à exécution des peines d’emprisonnement de un an à moins de trois ans (+ 50 %) ». En outre, un syndicaliste du milieu carcéral évoquait ce matin à la radio la difficulté qu’il y a à suivre des recommandations ministérielles qui se contredisent les unes les autres à un rythme effarant. Il disait n’avoir jamais vu un tel cafouillage… Cela est vrai, selon l’avis même de nombreux fonctionnaires de tous domaines, dans bien des activités. J’en sais quelque chose.

 ² L’événement de Pornic, qui fait partie des points de cristallisation de la révolte des magistrats du début de cette année, est significatif de la démarche sarkozyste, qui instrumentalise le sensationnel au détriment de la réalité. Les moyens de la justice sont de plus en plus restreints :tribunaux supprimés par le brave petit soldat Dati dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire, personnels judiciaires en sous-effectif notoire (là aussi, un poste de fonctionnaire sur deux supprimés?), agents d’insertion et de probation avec des volumes de travail inaccessibles (+ 120 dossiers par personne…). Pourtant, cela n’a pas empêché Sarkozy de critiquer une fois de plus le laxisme de la justice… Toujours la même antienne sarkozyste : « regardez ce que montre ma main gauche pour ne pas voir ce que fait ma main droite… ». Cet homme est d’une petitesse qui n’a rien à voir avec sa taille… je parle ici de sa grandeur d’âme et de la hauteur de sa conscience.

.

3 réflexions sur “Philippe Muller, un héros (pas si) ordinaire

Les commentaires sont fermés.