Des risques du traitement pulsionnel de l’information en milieu à priori libéral : l’exemple du commissariat de Champigny

« On ne peut distinguer un chameau d’une cacahuète si l’on ne considère que les bosses »

 D’emblée, ces blogueurs là me sont apparus comme soudainement emportés par la pression du karcher sarkozyste de triste mémoire. Je voudrais évoquer ici la méthode bien connue, malheureusement trop usitée à droite comme à gauche (mais que notre actuel président a portée au sommet), qui consiste à se servir de l’émotion créée par un événement isolé, mais néanmoins retentissant dans l’inconscient collectif, pour créer de l’événementiel gouvernemental à sensation. Du closer politique, en quelque sorte.

  Ces notables blogueurs ont donc cru bon de se jeter dans la gueule du loup qu’est le sujet des attaques du commissariat de Champigny. Je m’en suis quant à moi bien gardé, la qualité d’un billet tenant autant de ce à quoi l’on s’intéresse que des sujets que l’on sait éviter. Ce piège à cons d’extrême droite, que certains sites bien connus ont tenté de monter en épingle, nécessite de toute évidence de la prudence, de la retenue, et de l’investigation. Pour seuls exemples de la bêtise ordinaire dont ce sujet a été traité, j’ai ainsi pu relever des titres comme Des voyous attaquent un commissariat (chez Chretiente Info) ou Champigny-sur-Marne (94) : attaque à l’explosif et à la barre de fer du commissariat par une bande de racailles (actualisé) chez nations presse info)… De quoi justifier les propos de l’un des principaux intéressés, le maire de Champigny sur Marne, qui lui sait de quoi il parle  :

 « Ce qui a été dit n’a rien à voir avec la réalité. Il faut que cela cesse, la jeunesse, les habitants du Bois-l’Abbé et la ville n’auraient rien à gagner d’un enchaînement de provocations et de violences. Nous appelons les jeunes au calme, nous demandons aux parents de rester vigilants et aux médias de se garder de toute surenchère. » (source)

 Bien que ce billet ne vise pas à nier la gravité des faits, celui d’attaquer un commissariat (que ce soit avec des feux d’artifice ou des coktails molotov) n’étant pas vraiment anodin, je dis qu’il y a danger d’instrumentalisation à caractère fascisant.

De plus, on connaît trop bien les effets néfastes de la surmédiatisation de ce genre d ‘événements. Il a d’ailleurs conduit les autorités pour cette même raison (ça se discute…) à ne plus communiquer sur les trop célèbres incendies de voitures en fin d’année, qui donnaient lieu à de véritables championnats entre villes de France.

En outre, on sait trop bien qui va tirer profit électoral de la surenchère sur ces sujets… Là précisément où Sarkozy ne s’est pas vraiment montré particulièrement efficace malgré ses beaux discours, les électeurs bas du front risquent bien de demander à d ‘autres de faire ce sale boulot. Et je doute fortement que le Front National  soit davantage efficace, les solutions simplistes n’étant pas toujours les meilleures, les solutions concertées, collectives,  l’étant bien plus sûrement, par delà les clivages partisans. Et je parle d’expérience, n’étant pas que blogueur.

 je ne suis donc pas certain qu’ Hashtable et l’Hérétique s’honorent à plonger tête baissée et vue basse dans de telles bouches dégoût, sans attendre par exemple que la situation s ‘éclaircisse, avant de crier si aisément au loup…Plutôt que de prendre du recul.

 Car, comme le disait je ne sais plus quel humoriste (involontaire ?), il semblerait que « le désir s’accroît quand l’effet se recule  ».

Celui du bloguage n’y gagnerait-il pas plus de maturité ?

.

3 réflexions sur “Des risques du traitement pulsionnel de l’information en milieu à priori libéral : l’exemple du commissariat de Champigny

  1. Hashtable et l’Hérétique sont des timorés, puisqu’ils n’envisagent même pas la possibilité de tirs à balles réelles, contre les enragés arabo-africains.

    (Putain, si je ne me fais pas censurer avec un com’ pareil, c’est vraiment à désespérer de la gauche dogmatique…)

    J’aime

  2. J’avoue que j’ai fait très basique, sur ce coup…

    Cela dit, je ne serais pas choqué outre mesure si les policiers se défendaient VRAIMENT contre ces bandes de mafieux allogènes.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.