le fantôme de DSK ne doit pas revenir polluer le débat

Un pur délire semble s’être emparé des médias qui n’ont certainement rien d’autre à faire que de bâtir des châteaux en Espagne,  et surtout des asiles politiques pour DSK, leur petit protégé. Pourtant, la nouvelle n’est pas encore confirmée, selon laquelle il serait lavé de tous soupçons. Et quand bien même :  tous, vraiment ? je ne crois pas… Sa réputation est faite et je doute que le PS se saborde pour l’accueillir de nouveau en son sein, maintenant que les jeux sont faits. De quoi auraient l’air les nombreux députés qui se disaient proches de lui et ont déjà annoncé leur soutien, pour la plupart à François Hollande ?

 Ce ralliement de dernière minute de la part des dskistes en dit d’ailleurs  suffisamment long sur le positionnement politique de Hollande… Là où Montebourg et Aubry voudraient voir plus de gauche, et de socialisme peut-être aussi,  dans leur propre vision de leur éventuel futur mandat.

 Pour ce qui concerne cette dernière, je la vois mal à présent faire machine arrière pour laisser la place à quelqu’un dont on ne sait d’ailleurs pas s’il en a maintenant tant envie que cela, après ce qu’il vient de subir… Non pas que je le plaigne, son séjour de luxe à Tribeca, 50 000 dollars par jour,   n’étant pas forcément un régime de rigueur. Mais les dégâts psychologiques sont certainement bien réels, face à un tel maelstrom judiciaire et médiatique.

 Ceux qui demandent la suppression pure et simple des primaires socialistes (comme cette Madame Sabban qui me laisse vraiment sans voix, tant cela est absurde),  au vu de ce seul revirement de l’actualité, sur la base d’un simple fait divers, se couvrent de ridicule, et ne grandissent pas vraiment  l’idée que nous nous faisons de la politique.

.

3 réflexions sur “le fantôme de DSK ne doit pas revenir polluer le débat

  1. Comme si la pollution d’un non-débat n’existait pas déjà en amont de cette affaire-ci. Comme une farce.
    nosotros.incontrolados
    juil 01, 2011 @ 16:39:05 [Edit]

    – »Tout Y est ou Presque… »-

    Tout ce qui apparait n’est pas « ce qui est », et « tout ce qui est » n’ est pas « nécessairement ce qui apparait », dans ce grand jeu de dupes.

    Ce serait faire montre d’une grande myopie très naïve que de ne voir que du cul là où il était question plutôt de longue vue que de longs vits.

    Ce serait déjà selon moi la première observation un peu sensée et distante à soutenir dans ce piège à thons où subitement – si je puis m’exprimer ainsi- on vient de remettre effrontément le couvert, avec, comme souligné cette effronterie dégueulasse, indécente et gerborative caractérisant de plus en plus toutes espèces d’investigations policières ou journalomerdistiques , à charge ou à décharge, commanditées et essentiellement ne relevant pour l’essentiel et très visiblement que d’une sorte de supercherie de crapules de tout acabit ayant coincés et DSK et Nafissatou dans le même bourbier, et aussi tous les spectateurs qui le voulaient bien…

    De même, s’attacher à des analyses courtes et manichéennes telles que celles avancées péremptoirement et stupidement par les »féministes » de nos temps qui ont plus fait pour servir l’aliénation de la femme que pour son émancipation de toute espèce de servitude, me semblera également limité et fâcheusement romantique. Itou la seule explication par « le rapport des classes »…

    Et pourtant il y aura du vrai dans tout cela, très exactement, indiscutablement.

    Et c’est à partir de cela dont on peut dire que la méthode du « falsifier-vrai » aura cette fois-ci culminé //encore une fois: si je puis m’exprimer ainsi// au top du genre et sur des tableaux d’apparences supposément contraires.

    Tu auras donc bien raison cher Josh en me répondant de soutenir un versant de la critique et hélas tort aussi de ne pas non plus en soutenir d’autres, d’autant plus et mieux que dans tous les cas de dissertation possible, cela reviendra immanquablement à la critique de ce monde, à la critique des séparations et du règne du spectacle comme tu le fais mais incomplètement tout en citant Guy Debord…

    Il se démontre à chaque fois que les instruments indispensables au montage de toute machination font eux-mêmes l’objet de violentes et brutales critiques, de dénigrement, de mises au rebut et souvent mêmes se trouvent sommairement abattuEs…

    Bien cordialement
    Steph

    http://nosotrosincontroldaos.wordpress.com

    J’aime

Les commentaires sont fermés.