c’est sûr que des primaires à droite ou au FN, ça risque pas…

«Primaires» à gauche, aigreurs à droite

Par Jean-Michel Helvig
Publié le 20 juin 2011

Editorial

Les partisans du président sortant sont entrés en campagne contre les « primaires » des socialistes comme un commando qui tenterait de couper l’électricité d’une salle où se tient le meeting d’adversaires politiques.

Ainsi, à entendre Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, les socialistes s’apprêteraient à effectuer un « fichage politique » des Français puisqu’ils disposeraient des listes électorales où auraient émargé, pour voter à leurs primaires, les Français se déclarant de gauche. Passons sur le fait qu’un fichier constitué de « volontaires » ce n’est quand même pas une atteinte irrémédiable aux Droits de l’Homme, mais l’argument subsidiaire est que c’est une pression sur les associatifs ou employés territoriaux qui ne viendraient pas se manifester.

Passons là encore sur le fait que les écologistes, communistes, mélenchoniens, chevénementistes et bien d’autres sympathisants de gauche ne participeront pas de toute façon à cette sélection du candidat socialiste à la présidentielle, cela ferait quand même d’interminables listes noires à établir en comptant les 40 millions d’électeurs inscrits qui, au minimum, ne se déplaceront pas, puisque les prévisions font état de 1 à 4 millions de votants.

En fait, ces interventions sont des batailles d’arrière-garde alors que les socialistes ont pris toutes leurs précautions en sollicitant des avis et recommandations du Conseil constitutionnel, de la CNIL et du ministère de l’Intérieur. Il est d’autant plus surprenant que Claude Guéant se mette maintenant à ergoter sur les « garanties » insuffisantes de destruction des listes d’émargement. La vérité est que ces « primaires » embarrassent fort la droite au cas où elles réussiraient.

Non qu’on y redoute a priori le vainqueur, mais le processus lui-même pourrait donner des idées à d’autres. Ouvrir un nouvel espace de démocratie c’est toujours bien vu – d’où que naisse l’initiative – et c’est surtout contagieux. Voilà peut-être la raison de l’agacement d’un président sortant qui serait tellement impopulaire que d’aucuns suggéreraient un vote préalable d’investiture avec d’autres candidats. Voilà surtout l’inquiétude d’un secrétaire général de l’UMP qui voudrait être le seul candidat légitime de son mouvement à la présidentielle de 2017.

Au début, on ricanait à l’Elysée et à l’UMP sur des « primaires » où les postulants socialistes allaient s’entre-déchirer. Depuis, on se demande si, tous comptes faits, ça ne va pas encourager la droite à s’entre-dévorer.

Source : la République des Pyrénées.

Je trouve cet article pertinent et cela rejoint mes propres conclusions, avec une divergence minime toutefois, à propos de ce passage  : « les écologistes, communistes, mélenchoniens, chevénementistes et bien d’autres sympathisants de gauche ne participeront pas de toute façon à cette sélection du candidat socialiste ».  Cela n’est pas si sûr. Certaines personnes autour de moi réfléchissent à la possibilité d’aller voter aux primaires socialistes afin d’infléchir le choix du candidat qu’ils souhaiteraient « plus à gauche », ou moins libéral, c’est selon. Mais peut-être ne seront-ils pas assez nombreux pour peser vraiment   ? A voir…

Par ailleurs, je n’y vois pas présenté l’argument vu ailleurs selon lequel il est plutôt risible qu’un gouvernement qui est à l’origine de tant de flicages et de fichages dénoncés pour certains (ainsi l’hadopi, mais d’autres sont encore plus attentatoires ¹ au respect des libertés fondamentales) par l’ONU puisse se soucier soudain du respect de nos libertés individuelles. C’est d’un ridicule ! D’autant plus que la France s’est distinguée sur le sujet des libertés individuelles sur Internet dans le cadre de l’e-G8 ! (voir ici) et que Sarkozy a carrément sabordé sciemment une proposition de Kouchner  visant à protéger la liberté d’expression sur le net…

En outre, l’argument essentiel demeure pour moi celui que j’ai développé davantage ici : on voit mal des primaires à l’UMP, vu le caractère très autocratique de notre Président, et de ce parti confectionné à son image. Et encore moins au Front National, parti autoritaire, clanique et népotique  par excellence.

¹Fichage des enfants, des syndicalistes, des Roms, fichage ADN  Edvige, sticcristina, PASP, EALSP… Vous en voulez d’autres ou ça vous suffira ? Et j’apprends à l’instant sur twitter, grâce à Slovar, qu’un autre fichier est en préparation…

.