résistance dans la fonction publique

Comme le savent les lecteurs assidus de ce blog, c’est l’un des thèmes que je traite régulièrement : la souffrance au travail ¹. Les risques psycho-sociaux me semblent ainsi particulièrement négligés dans al fonction publique, alors que celle-ci connait un plan social sans précédent, suite aux ravages de la RGPP. Aussi, je ne saurais trop vous encourager pour ceux qui le peuvent à vous rendre à ce colloque organisé par la fondation Copernic.

Séance du Séminaire Copernic

Le mardi 14 juin de 19h30 à 21h30.
8 rue de la Banque, Salle des expositions, 1 er étage, Mairie du IIè, Paris.

Avec

Danièle Linhart, sociologue spécialiste du travail, auteur de La modernisation des entreprises et de Travailler sans les autres, Seuil, 2009,

Nathalie Robatel, sociologue, co-auteur de l’ouvrage collectif L’Etat démantelé, La Découverte, 2010,

Patrick Ackerman, fonctionnaire à France Télécom, membre de SUD et de l’Observatoire du stress et des mobilités forcées

Elisabeth Weissman, journaliste-essayiste, auteur de La désobéissance éthique, Stock, 2010,

Bertrand Ogilvie, philosophe et psychanalyste

« Souffrir et résister dans la fonction publique »

 On parle beaucoup moins de la souffrance au travail dans la fonction publique que dans le secteur privé. Pourtant dans certains secteurs le mal-être y est tout aussi inquiétant voire plus. Réductions des effectifs, fusions, réorganisations, rentabilisation bouleversent les organisations du travail et détériorent gravement les conditions de travail.

Des actions de résistance voient le jour, au niveau collectif, avec les syndicats, sous des formes diverses (à l’Education nationale, à Pôle Emploi, à l’hôpital et ailleurs).

Comment peut-on faire face à la situation et mieux la combattre ? Quels sont les
moyens réglementaires et légaux dont nous disposons ?

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les séances des séminaires Copernic sont filmées et mises en ligne sur notre site.

Vous y trouverez ainsi les vidéos des précédents séminaires. Avec notamment les interventions de:

I.Bruno, Maître de conférence en science politique « A propos d’un nouvelle sainte trinité: compétitivité, performance, qualité. Du management comme technologie politique » (mars 2011)

Hélène Thomas, Professeure de science politique et psychanalyste, »Egaux dans la servitude. Le gouvernement de la pauvreté » (avril 2011)

Anselme Jappes, « Critique du néolibéralisme ou critique de la société marchande? » (mai 2011)

 Rendez-vous sur : http://www.fondation-copernic.org/,

Rubrique « Copernic en image », onglet  « Vidéos – Séminaire Copernic.

Soit:

http://www.fondation-copernic.org/spip.php?rubrique41

N’hésitez pas à les faire circuler!

Vous pouvez vous faire une idée du sujet en regardant cette vidéo de l’une des intervenantes, Isabelle Bruno :


Séminaire – Isabelle Bruno – À propos d’une nouvelle sainte Trinité : compétitivité, performance, qualité. from Fondation Copernic on Vimeo.

.

¹ ce thème a notamment été visité sous différents angles dans les billets suivants :

Qui a tué le juge Tran-Van ?

Le suicide, maladie professionnelle (ou Du management par la peur)

le vampire de La Poste…

11 000 morts par suicide en France, une priorité de santé publique

ce salarié fusible qui nous interroge tous

.

4 commentaires

  1. Des cendres dans la rue !

    Qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour être défaite à ce point ?
    J’ai soulevé quelques passions inutiles
    Fait semblant de donner quelques conseils
    A quelques collègues soit disant fragiles
    J’ai introduit la mauvaise bactérie dans les consciences stériles
    La bactérie qui tue toute envie d’exercer la profession d’un âne qui ne dit pas son nom.
    « Faites ce que vous pouvez camarades… puisque vos supérieurs ne le peuvent pas…
    Faites ce que vous voulez camarades… puisque vos supérieurs ne le veulent pas
    Faites sauter la baraque…y a pas d’autre solution… puisque vos supérieurs ne le font pas.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/06/des-cendres-dans-la-rue/

    J'aime

  2. @ GdC : Merci beaucoup pour l’info : je ne peux évidemment pas m’y rendre, mais le lien pour voir les vidéos m’intéresse grandement.

    @ WorkingMama : Malheureusement, ce que vous racontez devient banal aujourd’hui à l’Education Nationale, dans le 1er et le 2nd degré, quelles que soient les situations familiales.
    Et lorsqu’on connaît quelqu’un qui est nommé à Petaouchnok, alors qu’il habite à Trifouillis, et que nous on travaille à Trifouillis, alors qu’on habite à Petaouchnok, 100 km de distance, avec de la route de montagne : rien à foutre, impossible d’inverser les rôles.
    Bienvenue chez Ubu.

    J'aime

  3. Je viens faire une petite MAJ de mon comm: depuis que je l’ai posté, ma belle-soeur a eu une nouvelle raison aujourd’hui au refus de son rapprochement de conjoint dans le Puy-de-Dôme: « trop de postes supprimés mademoiselle, nous ne pouvons vous affecter nulle part ici, il n’y a pas de place ».

    Voilà. On dit merci qui?

    C’est juste lamentable.

    J'aime

  4. Je te donnerai pour exemple de ce que tu évoques, le cas de mon grand frère et de ma belle soeur. En couple depuis dix ans, deux enfants en bas âge (5 ans et 1 an et demi). Lui est thésard, il ne peut pas bouger de sa fac avant d’avoir soutenu sa thèse, soit début d’année prochaine. Elle est prof d’histoire, TZR. Son congé parental arrivant à terme, elle a demandé sa mutation (à la naissance du premier, ils étaient vers Grenoble mais ont déménagé entre temps) pour rapprochement de conjoint, afin d’avoir un poste dans le Puy-de-Dôme (mon frère fait sa thèse à la fac de Clermont Ferrand).

    Résultat des courses: elle se retrouve mutée en Haute-Loire, soit à plus de 2h30 de son domicile actuel, et sur trois établissements distants pour 2 d’entre eux de plus de 40 kilomètres. Autrement dit, elle est donc obligée d’aller s’installer en Haute-Loire de façon permanente pour assurer le poste auquel elle a été affectée, et mon frère lui est coincé à Clermont pour sa thèse.

    A la question « comment pouvez-vous séparer ainsi une famille? », l’EN répond qu’ils ne peuvent pas déclarer les mutations au cas par cas.

    L’EN impose donc, sans aucun remords et après décision de je ne sais quel gestionnaire RH que l’Humain emmerde, l’éclatement d’une famille dans laquelle tout allait bien. Va expliquer aux deux petits qu’ils ne verront pas Papa de la semaine parce que c’est pour le travail de Maman « et qu’on a pas le choix »!

    Du coup, ma belle soeur s’interroge sur une éventuelle démission…afin de ne pas nuire à sa famille juste pour gagner sa vie et parce que quelqu’un aura décidé pour elle que l’équilibre familial, on s’en contrefout.

    Voilà voilà, un exemple parmi des milliers d’autres de souffrance au travail…

    Bon week-end!

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.