Laissons les riches spéculer tranquillement sur le marché de l’art

  Source

.

Taxer ceux qui font de l’argent sans travailler, est-ce une si mauvaise idée ?  Encore un signal malheureux pour ceux qui attendent davantage de justice, y compris fiscale.

 Serait-ce une illustration de la tactique des contre-feux ? Pour faire oublier l’injustice de la disparition progressive de l’ISF et ses conséquences néfastes sur le budget de l’état, l’UMP fait-elle exprès de lancer son offensive anti-RSA ?

 Peut-être est-ce mon esprit totalement contaminé par un gauchisme malvenu, mais je ne cesse de voir un contraste de plus en plus saisissant entre l’accumulation des gages  favorables offerts par le gouvernement sarkozyste aux plus riches, et cette chasse de plus en plus agressive envers les plus pauvres.

 Toujours est-il que l’assemblée nationale a rejeté hier l’amendement Le Fur, repris par l’opposition (et certains centristes…), qui proposait d’intégrer les œuvres d’art dans le champ du calcul de l’ISF. C’est fortement regrettable. J’entendais d’ailleurs hier Serge Portelli dans l’émission Ce soir ou jamais (≠csoj pour les twittos)  dire tout  le ridicule qu’il y avait de la part de l’UMP à prétexter l’évasion des artistes et des œuvres d’art pour justifier ce refus. Il rappelait en effet à bon escient, et c’est utile en période de totale démagogie de la part d’un gouvernement hystérique, qu’il ne fallait pas confondre l’art spéculatif et un autre mode artistique qui voyait ses créateurs, pour beaucoup,  percevoir le RSA, justement,  puisqu’ils n’en vivaient pas…. Décidément, on voit bien à travers ce sujet la préoccupation obsédante des plus hautes instances de l’état, et quelle catégorie de personnes hante ses orientations… au mépris de la réalité. Prétendre défendre l’art en ne défendant là aussi que les plus riches, voilà qui est choquant. Si cet argument était sincère, pourquoi ne pas créer un statut de l’artiste, qui le mette à l’abri du besoin, dans la mesure où les artistes en galère représentent bien plus sûrement l’art vivant que cette poignée d’artistes internationaux dont on se sert pour profiter de niches fiscales ?

 Pourtant, j’avais trouvé intéressante la proposition d’un député ( socialiste ?) de suspendre la taxation lorsque l’œuvre était exposée dans un musée, ce qui aurait permis de rendre bien davantage d’œuvres d’art  accessibles au grand public. Il sera donc dit que l’art pourra être confisqué par les grandes fortunes de ce monde là.

 Un autre est possible.

.

Une réflexion sur “Laissons les riches spéculer tranquillement sur le marché de l’art

Les commentaires sont fermés.