la faillite sécuritaire du sarkozysme

 Ce n’est une surprise pour personne que certains grands ensembles paupérisés soient l’objets de trafics en tous genres et constituent des zones de tensions plus ou moins importantes au cas par cas.

 Ce qui se passe à Sevran et qui vient d’être si fortement médiatisé depuis hier  existe aussi ailleurs en France. Et pas depuis hier… Je me souviens pour avoir travaillé juste à côté dans une structure d’insertion qu’une école primaire du Haut du Lièvre, à Nancy, il y a de cela une dizaine d’année, avait fait l’objet du même type d’incidents qu’à Sevran, où des coups de feu ont éclaté près d’une école, primaire celle là.

 Je m’étonne donc de ce que nos politiques, qu’ils soient de droite ou de gauche, n’aient pas pris davantage le problème à bras le corps, tant il est symptomatique d’une société déliquescente dans laquelle on laisse des secteurs entiers sous contrôle mafieux et cela même (justement) malgré ma fibre sociale.

 Je trouve également assez surprenant que cet individu qui se fait passer pour un champion de la sécurité n’ait fait que des moulinets avec ses petits bras et des beaux discours pour capter son électorat, sans grands résultats probants. N’a-t-il pas été plusieurs années Ministre de l’Intérieur ?  N’avait-il pas promis de « karchériser » les cités, en les débarrassant de la « racaille », terme que je réprouve car si peu soucieux du respect de l’être humain ?  Ne  se retrouve-t-il pas enfin,  aujourd’hui, accessoirement, depuis maintenant 4 ans,  Président de notre défunte république ? Beau palmarès pour en arriver à un tel appel au secours d’un élu local  auprès de son ministre de l’Intérieur par ailleurs bien plus virulent envers les plus fragiles… :

  «Je demande au ministre de l’Intérieur d’envisager une présence de l’armée 24 heures sur 24 avec une fonction de force d’interposition afin de faire cesser les règlements de compte et d’éviter les risques de balles perdues et de tragédies» a déclaré à l’AFP le maire de Sevran.

 Comme Gatignon, de nombreux maires se retrouvent confrontés aux limites de forces de police de plus en plus impuissantes face à des comportements à caractère mafieux et d’une telle violence que leurs effectifs et leur formation ne suffisent plus à les contrer…

 On remerciera donc doublement Mr Sarkozy de demeurer inflexible quant à sa volonté de supprimer un fonctionnaire sur deux. Dont des fonctionnaires de police, pareillement. Rappelons ainsi qu’il a fallu la grève inédite de plusieurs compagnies de CRS au début de cette année ¹ pour imposer le retour en arrière au Ministère de l’intérieur sur sa décision d’en supprimer plusieurs, dont celle de Jarville, sur mon secteur géographique. Il y a forcément un moment où les politiques se retrouvent confrontés à leurs décisions… ou à leur absence d’action. CQFD.

 On ne peut en tous les cas accuser Gatignon d’être l’un de ces croisés de réacs du tout sécuritaire, à l’image de la droite dure, comme Raoult, puisque le maire de Sevran, élu EELV, prône également, parallèlement,  l’instauration d’un marché régulé du cannabis… qui constituerait selon lui une amorce de solution pour combattre les trafics de stupéfiants.  C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’Hulot avait choisi sa ville pour faire sa déclaration de candidature aux présidentielles. De là à dire, qu’Hulot lui aussi fume du haschich, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas… Quoi que : pour se présenter aux présidentielles avec si peu compétences et d’expérience, on peut se demander si… Mais là n’est pas notre sujet du jour.

  

¹ Billet qui m’a attiré les railleries de certains gauchistes pour le coup particulièrement primaires. Car qui pourrait nier, à part des libertaires irresponsables qui ne gèreront jamais rien, que de tous temps des structures de maintien de l’ordre se sont avérées nécessaires ? Simplement, pas n’importe comment… et au service de n’importe qui !

 

.

10 commentaires

  1. « soit on refile le juteux commerce à la Seita et on renfloue les caisses de l’Etat » priver les banques des paradis fiscaux d’un telle manne financière est de l’inconscience, pourquoi ne pas s’attaquer aussi à l’évasion fiscale, aux blanchiments des pots de vin, de l’argent des maquereaux et du trafic d’armes 🙂

    J'aime

  2. … et je m’étonne aussi quant à moi que l’on puisse avoir l’impudence (pour ne pas dire la bêtise) de comparer la légalisation (encadrée !!!) du canabis avec la vente d’armes… Un peu stupide, non ? Mais bon, il suffit d’aller voir sur votre blog pour juger du niveau de réflexion de celui-ci… Hors l’étonnement, point de salut ?

    J'aime

  3. ]plume : ce n’est pas faux. Les problèmes que tu évoques sont parallèles, effectivement. Mais le fait d’être au chômage ne justifie pas tout. Je l’ai été, et pour autant n’ai jamais vendu de came !

    J'aime

  4. Si les structures de maintien de l’ordre sont nécessaires, ce n’est pas par elle que nous réglerons le problème de la délinquance. Il est sur que à court terme, on pourrait avoir l’impression que la police résout bien des problèmes, cependant, la politique doit (selon moi) être quelque chose qui se pense sur le long terme. Ainsi, il est sur que sans travail, en étant aussi discriminé socialement (et parfois aussi « racialement »), en se trouvant à la marge de la société et sans aucune perspective d’avenir, les personnes de banlieues se tournent vers la criminalité.

    Selon moi, il est trop simple de réprimer en augmentant le nombre de policiers sur place par exemple, ce qu’il faut c’est trouver du travail à ces personnes et surtout un avenir.

    Article pas mal dans l’observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr/spip.php?article419&id_mot=109 .

    Oscar Wilde disait qu’ « une communauté s’abrutit infiniment plus par un usage régulier de la répression que par une criminalité occasionnelle. »

    Malgré ce que le FN et autres voudraient nous faire croire, je reste persuadé qu’augmenter le nombre de policier en banlieues serait du gâchis. Il faudrait augmenter le nombre d’écoles, de profs, de lieux de travail, etc. …

    Bonne continuation

    J'aime

  5. Billet extrêmement savoureux ! Si j’avais le caractère moqueur, je risquerais bien une ou deux remarques…

    Sinon, la bisounoursonne qui s’est exprimé juste avant moi a bien raison : l’important, en toute chose, quel que soit le sujet, est de ne pas stigmatiser. Jamais. C’est très vilain de stigmatiser : après, on va en enfer.

    J'aime

  6. Plusieurs rapports en ce moment aboutissent à la même conclusion: la lutte contre la drogue est un échec. Vous pouvez mettre tous les militaires que vous voulez, les ventes se déplacent et le commerce continue. Je vais dire quelque chose qui risque de ne pas plaire, mais le commerce de la drogue n’existe que grâce à 4 ou 5 millions de consommateurs qui portent la lourde responsabilité des dégâts collatéraux de ce marché si lucratif. C’est un marché, comme celui de l’alcool ou du tabac, sauf qu’il coûte cher au contribuable, empoisonne la vie des habitants et stigmatise des quartiers pour le plus grands bonheur des politiques qui font l’amalgame : drogue=insécurité= étrangers= islam
    Soit les consommateurs de drogues arrêtent de consommer, et le marché s’effondre, soit on refile le juteux commerce à la Seita et on renfloue les caisses de l’Etat. Il n’y a pas de raison que le tabac et l’alcool soient en régie d’état et pas les drogues, qu’on en finisse avec cette hypocrisie! Et qu’on soigne correctement les drogués sans les stigmatiser. Je précise, au cas où ce serait nécessaire, que je ne suis absolument pas consommatrice de drogue.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.