Le foot ou la liberté, le gouvernement espagnol a choisi… la honte.

je tiens à dire ici et à faire savoir à quel point je suis profondément heurté par ce qui se passe actuellement en Espagne, notamment à Barcelone, où la police locale a délogé à coups de matraques et de flash ball les occupants des campements d’indignés…  alors qu’ils manifestaient pacifiquement. Les Inrocks  nous informent sur ces exactions intolérables, ici,  grâce à plusieurs vidéos.

Comme le mentionne l’article,

« il y a des priorités dans la vie. C’est probablement guidées par cette saine maxime que les autorités ont entrepris de libérer la Place de Catalogne, à Barcelone, des « Indignés » qui y séjournent depuis dix jours. En effet, leur campement aurait pu gâcher la fête prévue samedi soir à cet endroit en cas de victoire de Barcelone face à Manchester en finale de Ligue des champions.« 

Misère de la société libérale…. Et honte sur nous, qui ne savons pas empêcher cela :

j’espère que les socialistes français vont réagir fermement face à de tels actes de répression, et d’étouffement de la démocratie au profit d’autres valeurs plus…. discutables.

5 commentaires

  1. Occupation des places des villes européennes : ça bouge aussi au Portugal.

    Lisbonne : les mani­fes­tants, réunis place du Rossio, cons­cients qu’il s’agit d’une action de résis­tance en cours, décla­rent :

    « Nous, citoyens et citoyen­nes, femmes et hommes, tra­vai­leurs et tra­vailleu­ses, migrants, étudiants, chô­meurs et retrai­tés unis par notre indi­gna­tion et face à la situa­tion poli­ti­que et social suffocante que nous refu­sons d’accep­ter comme iné­vi­ta­ble, ocu­pons nos rues. Rejoignant ainsi ceux qui par le monde lut­tent aujourd’hui pour leurs droits face à l’oppres­sion cons­tante du sys­tème éco­no­mico-finan­cier régnant.

    De Reykjavik au Caire, du Winsconsin à Madrid, une vague popu­laire tra­ver­se le monde. Sur elle, régne le silence et la dés­in­for­ma­tion de la commu­ni­ca­tion sociale qui ne ques­tionne pas les injus­ti­ces per­ma­nen­tes du pays dans lequel nous vivons, et se contente de pro­cla­mer que les mesu­res d’aus­té­rité, la fin de nos droits et de la démo­cra­tie sont iné­vi­ta­bles.

    La démo­cra­tie véri­ta­ble ne pourra exis­ter tant que le monde sera géré/diri­gé par une dic­ta­ture finan­cière. L’opé­ra­tion de « sauvetage » signée der­rière notre dos avec le FMI et l’UE a séques­tré la démo­cra­tie et nos vies. Dans les pays où est passé le FMI, l’espé­rance de vie a dimi­nué. Le FMI tue ! Nous ne pou­vons que le reje­ter.

    Nous refu­sons les dimi­nu­tions de salai­res, des pen­sions de retraite et aides socia­les alors même que les cou­pa­bles de cette crise sont épargnés et reca­pi­ta­li­sés. Pourquoi devrions-nous vivre entre chô­mage et pré­ca­rité ? Pourquoi veu­lent-ils nous reti­rer les ser­vi­ces publi­cs, nous volant ainsi, au tra­vers des pri­va­ti­sa­tions, ce pour­quoi nous avons tra­vaillé toute notre vie ? Nous répon­dons non.

    Nous défen­dons le retrait du plan de la Troïka (= FMI, banque mon­diale…). Suivant l’exem­ple d’autres pays de par le monde, comme l’Islande, nous refu­sons d’hypo­thé­quer notre pré­sent et notre futur pour une dette qui n’est pas la nôtre. Nous nous refu­sons à accep­ter le vol de notre avenir. Nous pré­ten­dons assu­mer le contrôle de nos vies et inter­ve­nir de manière effec­tive dans tous les domai­nes de la vie poli­ti­que, sociale et économique. Nous le fai­sons, aujourd’hui dans les assem­blées popu­lai­res réu­nies. Nous appe­lons à ce que tous se joi­gnent à nous dans les rues, les places, à chaque coin de rue, à l’ombre de chaque statue, pour que uni(e)s, nous puis­sions chan­ger une bonne fois pour toutes les règles viciées de ce jeu.

    Ceci n’est que le début. La rue est à nous. »

    https://juralib.noblogs.org/2011/05/24/ca-bouge-aussi-au-portugal/

    J'aime

  2. Je ne comprends pas : ton titre parle du gouvernement espagnol et ton billet parle de la police locale donc la mairie qui est passée a droite dimanche dernier d’où je crois ce changement brutale dans la « gestion » de ce mouvement par la police…enfin, dans les deux cas oui c’est innacceptable !

    J'aime

  3. Les socialistes ou les gens de gauche ? 🙂 C’est absolument édifiant mais j’ai cru comprendre que la police cède du terrain en ce moment et que les indignées reprennent le campement. A confirmer ?

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.