Wikileaks, le droit humain à la Vérité.

 

 Julien Assange, dont on ne parle plus guère dans les médias français depuis que les câbles que diffuse wikileaks ne concernent plus la France, vient de se voir attribuer l’un des titres les plus prestigieux en matière de droits de l’homme de son pays : la médaille d’or de la Sydney Peace Foundation  « pour honorer son « courage exceptionnel dans la défense des droits de l’Homme ».

 Cette médaille d’or n’a été décernée avant lui qu’à trois autres personnes : le dalaï lama, l’ancien président sud-africain Nelson Mandela et le Japonais Daisaku Ikeda, de l’association bouddhiste Soka Gakkai, considérée en France comme une secte par certains..

 Je profite de cette information pour attirer l’attention de ceux qui me lisent sur le sort de ce Marine soupçonné de haute trahison pour avoir remis des télégrammes diplomatiques américains à WikiLeaks,  et qui encourt la peine de mort aux Etats-Unis.

 Suite à une polémique sur ses conditions de détention en cellule d’isolement dans son pays divulguées par Amnesty International, Bradley Manning, 23 ans, détenu depuis juillet 2010 à la prison militaire de Quantico (Virginie), près de Washington, vient d’être transféré hier à Fort Leavenworth, dans le Kansas. Cet établissement est selon les autorités mieux adapté à sa situation et il pourra y profiter de tous les soins médicaux nécessaires, y compris d’un point de vue psychique…

 Près de 300 universitaires avaient signé une  pétition pour interpeller l’administration Obama sur les conditions d’incarcération de Bradley Manning, parue dans le New York Review of Books.

 Etats-Unis, pays des droits de l’homme, où l’on peut condamner à mort un homme uniquement parce qu’il a contribué à faire connaître une vérité choquante… N’est-ce pas lui qui aurait dû avoir une médaille ?

 En savoir plus sur lui  :

 – courrier international

 Politis

@rrêt sur images

Une réflexion sur “Wikileaks, le droit humain à la Vérité.

Les commentaires sont fermés.