Vladimir Bizet-Stefani, au nom du peuple français, merci

Au centre, le courageux du jour. (source de la photo)

.

Oui, Vladimir a raison, Mr Sarkozy, votre politique est bien une insulte à la démocratie, à la République, et à la France.

Il me semble pertinent et utile, dans la mesure où de surcroît cet homme n’a commis aucun acte violent, de s’associer au geste courageux de Vladimir Bizet-Stefani, conseiller municipal de la liste Lanester franchement à gauche et militant CGT,  et de le saluer ici comme il se doit. Car, de gauche, il l’est franchement !

 Son crime ? Avoir fait savoir à l’autocrate qui nous gouverne, à l’occasion de la commémoration du 66e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945 à Port-Louis, dans la rade de Lorient (Morbihan), tout le mal qu’il pensait de lui :

 «Votre politique est une insulte, c’est la mort de la liberté, de l’égalité et de la fraternité !».

Comment ne pas être d’accord avec lui, quand on ne s’appelle pas Sarkozy ni Bruni ?  Vladimir a bien entendu aussitôt été traité comme il se doit, à grand coups de tatanes et de pompes dans le cul : « Une demi-douzaine de gardes du corps a saisi l’élu, qui a été placé en garde en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Port-Louis, selon le site du «Télégramme». « 

 Et si nous lui témoignons, tous et toutes ensemble, notre reconnaissance et faisions preuve de la solidarité qu’il mérite ?

 Ironie du sort, Sarkozy, dans son discours, honorait quant à lui la «capacité d’endurance et de résistance hors du commun» des Bretons. Et bien, voilà qu’il en a fait les frais, au présent. Et c’est tant mieux. Que je sache, parler n’est pas encore un crime… Et il n’y a pas d’insulte à dire ce que l’on pense de l’action d’un homme. Surtout quand cela est vrai. Et vive la résistance !

Voir l’interview de Vladimir par le Télégramme : c’est ici.