La maison Borloo, un rêve à deux balles ? Ou à trois têtes..

« ni droite, ni gauche »… Alors rien, Nini peau de chien (battu) ?

  Comme j’assume mon côté gros con de gauche (bien que l’on ne puisse certainement pas me résumer à cela, gaffe !) je n’ai jamais compris comment on pouvait se revendiquer du Centre. Pour moi, cela relève d’une incapacité à choisir son camp, comme le serait un agnostique en d’autres champs… A toujours vouloir ménager la chèvre et le chou, et dans la difficulté de trancher, on peut y perdre son latin… Non, vraiment, pour moi, voter au centre, décidément, ce n’est pas très catholique. Mais puisque le Centre a, paraît-il, ses extrêmes, gardons nous d’ironiser. Et de sourire.

Oui, trêve de railleries faciles, on pourrait penser ( et d’autres le font aussi…) qu’aujourd’hui un Centre fort, en France, pourrait renouveler l’histoire de VGE¹, faisant ainsi mentir les analystes actuels avec leurs sondages à deux balles sur l’émergence indubitable et irrépressible du FN, contre lequel je suis le premier à lutter, à ma façon. Un vrai pôle centriste pourrait effectivement jeter le trouble dans les forces politiques en présence.

 C’est à ce projet bien périlleux en période de crise, où les extrémismes de tous poils se cristallisent au détriment d’orientations politiques plus mesurées, que semble s’atteler Borloo, avec sa tentative de confédération des centres, déjà évoquée ici.

 L’un de ses plus actifs soutiens actuels, Hervé Morin, fustigeait il y a peu « le style brutal de Sarkozy ». Pour quelqu’un qui fut son Ministre de la défense pendant plus de trois ans, l’Hérétique a raison, il est « gonflé » ! Vous pouvez consulter le pedigree de ce gugusse dans le rôle du non-candidat qui fait dans la politique de cuisine ici.

 Mais bon, dans la logique du « qui se ressemble s’assemble », Borloo, c’est pas mieux.  S’ils n’avaient pas été virés, auraient-ils songé l’un et l’autre à construire cette confédération centriste ? Pour des gens qui ont pour ambition de représenter «  l’aile sociale, l’aile humaniste de la majorité », ils se seraient montrés plus crédibles si nous les avions entendus avant, notamment pendant l’épisode des Roms, le débat sur l’identité nationale et autres débats sur l’Islam rebaptisé laïcité par la magie (noire) de l ‘influence Lepéniste !

 Pour ce qui concerne Borloo, rappelons tout de même qu’il a été ministre de gouvernements de droite successifs depuis… 2002, soit 9 ans,  sous la tutelle de Raffarin, Villepin et Fillon ! Comme virginité sarkozyste, on peut mieux faire !

 Comme je l’exprimais si justement (lançons nous des fleurs, personne d’autre ne le fera !) dans mon précédent billet sur le sujet :

 « Fallait-il attendre si longtemps que la France touche le fond pour réagir et s’émouvoir si tardivement de la droitisation de l’UMP et de ses dérives lepénistes ? »

 On verra comment cette brillante initiative destinée à reconstruire un parti d’autrefois, belle leçon de modernisme, va se poursuivre et avorter. Ou pas. Car après l’aval du nouveau centre de Morin, qui doit se décider aujourd’hui, il restera encore à convaincre la Convention démocrate d’Hervé de charrette le 25 mai , la Gauche dite moderne (tellement moderne qu’elle est à droite) de Jean-Marie Bockel le 28 mai et l’Alliance centriste de Jean Arthuis début juillet. Sans parler du parti de l’agitée anti-Pacs dont on ne sait même plus comment il s’appelle. Quelqu’un a dit que la gauche était divisée ? Non, sans rire !!!

 Et ce n’est pas fini ! Après toutes ces étapes de montagne, demeure en cette trajectoire qui risque bien, même si elle aboutirait, de se terminer par le retour à la maison mère au deuxième tour, un gros écueil, qui ressemble à un iceberg, malgré la pointe d’accent qui sent bon le soleil : celui-ci, dont on connait les dispositions particulièrement… démocrates.

 Bonne chance, les soc-dem ! Vous voilà rhabillés pour l’hiver, taillés pour la compétition, repartis au combat…. Un seul problème, toutefois : le front, c’est de l’autre côté. Et puis, tant qu’à faire, si vous vous faisiez représenter par  DSK ou Hollande ? Et pourquoi pas ?

Post-scriptum : on jettera utilement un œil aux statuts et à la charte des valeurs de la Maison Borloo, sur lesquels nous a aiguillé Laurent de Boissieu.

.

¹ qui était lui bien mieux coiffé que Borloo !

Publié par

GdeC

"Un jour, les successeurs des fascistes d'hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis ". * électron libre, blogue en sniper, avec une fâcheuse tendance à graviter plus volontiers à gauche (j'ai dit à gauche... Vraiment !). Politique et société, droits humains, défense des libertés fondamentales. #athee #antifa - Lutte contre les discriminations (LGBTQphobies - sexisme - racisme - fat shaming) - Anti-autoritaire ("et avec ça, faut-il vous l'envelopper ?")

8 réflexions au sujet de “La maison Borloo, un rêve à deux balles ? Ou à trois têtes..”

  1. Diantre ! « l’intelligence politique » si çà existait çà se saurait ! Le mot qui conviendrait le mieux est « opportunisme » jamais coupable , jamais responsable ! Virons les tous ces assistés et parasites de la République

    J'aime

  2. @NicolasO : tous ceux qui nient la ligne de démarcation gauche/droite ne le font que parceque ce les arrange. je persiste à penser que c’est efficient : vous le dites vous même, le centre est à droite dans la mesure ou il en renie rien du système économique libéral, ce même système qui s ‘arrange si bien de ses pauvres et de ses chômeurs, du moment que d’autres s’enrichissent … La cupidité constitue donc bien selon moi la ligne de partage.

    J'aime

  3. Tout commentaire n’apportant rien à cette éloquent billet ne serait que superfétatoire.
    Aussi m’en abstiens-je et me borne à en souligner l’appréciation dans laquelle je le tiens et soutiens….

    Steph.

    J'aime

  4. Vous faites, comme beaucoup de gens, une simplification impardonnable : le schéma politique gauche-droite, schéma archaïque laissant entendre que la société est un combat entre les prolétaires et les riches, est aujourd’hui tellement bien ancré dans la tête des citoyens, qu’ils en déduisent que forcément, être centriste c’est ne pas être capable de choisir son camp. Telle est la véritable erreur que vous comme bien d’autres faites.
    Le centre est un mot qui recouvre une réalité idéologique forte et incontestable : le centre en france, c’est un progressisme pragmatique, c’est la reconnaissance des bienfaits du libéralisme à partir du moment où celui-ci est encadré et ancré dans la société. Voici les valeurs les plus reconnaissables dans le centre. Certes, c’est actuellement un peu le fouilli, mais dire que le centre c’est ceux qui ne savent pas choisir et ne savent pas trancher, c’est un cliché désespérant et une insulte à l’intelligence politique.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.