Hack the ≠Nicolas ;)

Voici le texte que vient de publier Nicolas Voisin, bien connu des blogueurs,  sur son site pour se justifier –  comme s’il en était besoin et que sa conscience le travaillait – de rejoindre à la demande de Sarko le Conseil National du Numérique (dites CNN si vous voulez paraître branchouille…).

 Quand on voit à quel point notre chef de l’état a tenu jusqu’à présent le monde d’Internet en grande et noble estime, et dans quelle mesure il est garant de nos libertés fondamentales, à travers de multiples exemples, et autres fichiers pullulants, sans parler du rapport sur la neutralité du net reporté aux calendes grecques, on est en droit de s’interroger publiquement nous aussi…. Avec les pros du secteur (TOUS ENSEMBLE, Tous ensemble, ouaih !), qui remettent déjà en cause la représentativité des 18 membres, le jour même de son installation par l’autre Nicolas (celui qui a du pouvoir). Ainsi,  L’April, notamment, et à juste titre puisqu’elle représente… le logiciel libre. CQFD.

Les 18 membres du Conseil national du Numérique

  Nom Entreprise / Association  
Gilles Babinet (président) Musiwave, Eyeka CaptainDash
Patrick Bertrand Cegid, Afdel
Jean-Baptiste Descroix-Vernier Rentabiliweb
Giuseppe Di Martino Dailymotion, Asic
Frank Esser SFR, FFT
Emmanuel Forest Bouygues Telecom
Gabrielle Gauthey Alcatel-Lucent
Pierre Louette Orange
Alexandre Malsch Melty.fr
Daniel Marhely Deezer
François Monboisse Fnac.com, Fevad
Xavier Niel Iliad-Free, Kima Ventures
Jean-Pierre Remy PagesJaunes
Marie-Laure Sauty de Chalon AuFéminin
Marc Simoncini Meetic, Jaina Capital
Jérôme Stioui Ad4Screen
Bruno Vanryb Avanquest Software, Syntec Numérique
Nicolas Voisin Owni

Source : Elysée

La composition de ce Conseil m’interpelle doublement car,  outre qu’ elle soit essentiellement à visée économique capitalistique, elle ne comprend aucun membre dont les compétences pourraient garantir nos libertés sur le Net. Et comme celles-ci sont régulièrement bafouées comme l’a encore démontré récemment cet exemple, qui est loin d’être isolé, dans la stratégie permanente de ce despote qui nous gouverne à tout vouloir régenter, comme sa pathologie le nécessite certainement… je ne suis guère rassuré.

 Mais bon, à vous de voir ce que vaut cette autolégitimation de cet autre Nicolas, en jugeant sur pièce :

Hack the CNN /-)

Fondateur et Directeur de la publication d’OWNI, Nicolas Voisin a été nommé au Conseil National du Numérique (CNN). Retour sur les raisons qui l’ont conduit à accepter cette nomination.

par Nicolas Voisin

L’Élysée m’a proposé de faire partie des 18 à 20 “sages” du Conseil National du Numérique (CNN), destiné à réunir les acteurs d’Internet “dans leur diversité”, et qui “sera consulté sur l’ensemble des projets de textes législatifs et réglementaires et sur l’action des pouvoirs publics dans les domaines de la société de l’information”, comme l’a précisé le ministre de l’industrie, ainsi que sur l’ensemble des politiques publiques touchant la société de l’information. Une instance sensée être interrogée à l’avenir avant de mettre en branle la machine législative à tort et à travers, en quelque sorte.

C’était une rumeur persistante, du genre de celle qui fait sourire tant elle parait improbable. “vu comme vous tapez sur l’exécutif, je ne vois pas cela se faire” nous disaient, unanimes, ceux avec lesquels nous discutions de ce qui n’était pas une information, mais des bruits de couloir.

La proposition était d’autant plus étonnante que nous avons lancé OWNI.fr – l’Objet Web Non Identifié dont je suis le Directeur de la publication – au moment de la “bataille de l’Hadopi“, pour incarner et diffuser un certain nombre de valeurs, de libertés, une conception du web que la loi Création et Internet mettait, sinon en péril, tout du moins en danger.

Il n’est pas un Internet sauvage et un autre civilisé, l’un qui faudrait dompter, l’autre auquel nous devrions nous résigner.

Mon approche et ma vision de l’Internet pourraient ainsi être perçues comme entrant de plein fouet en contradiction avec celles portées par l’actuel gouvernement. Je n’en ai pas moins accepté de faire partie du CNN, parce que sa composition et sa feuille de route me laissent à penser que les missions qui lui ont été attribuées ne seront pas vaines, et qu’il pourra bel et bien servir d’instance de concertation, et d’orientation, des politiques publiques appliquées au numérique.

Les pouvoirs publics, en France en particulier, ont le plus souvent fait montre d’une vision biaisée, pour ne pas dire anxiogène, de l’Internet. La création du CNN montre qu’il peut – peut-être – en aller autrement et que notre société a beaucoup à apprendre de ceux qui, chefs d’entreprises, entrepreneurs des nouveaux médias, contribuent à faire de cette société de l’information une partie de la solution, plus que des problèmes, auxquels nous sommes collectivement confrontés. Plus encore, qu’il n’est pas un Internet sauvage et un autre civilisé, l’un qui faudrait dompter, l’autre auquel nous devrions nous résigner.

La tentation quasi adolescente de claquer la porte a été forte. En acceptant cette nomination, j’entends bien me faire le porte-voix de tous ceux pour qui l’Internet constitue une chance pour nos démocraties, et qui défendent donc :

La neutralité du Net et des réseaux, la possibilité pour les citoyens de s’y exprimer, le droit d’accès libre et universel au web, la société du partage, du remix, de l’open-source, de l’open-data et du Creative Commons, notamment.

Enfin, Internet est également une formidable opportunité pour nos économies : le rapport McKinsey a ainsi récemment estimé que l’Internet, qui pèse 60 milliards d’euros dans l’économie française, a créé plus de 700 000 emplois, soit 25% des emplois créés en France depuis 1995.

Je n’ai pas fait l’ENA. Pire, je n’ai pas de diplôme, juste un joli BAC en poche. Mais j’ai créé ma première entreprise à 18 ans et en lançant, en 2006, le PoliTIC’Show, un blog vidéo qui donnait des temps longs aux candidats à la présidentielle de 2007 pour s’exprimer, j’ai tenté de montrer qu’un blogueur, un citoyen, un amateur, pouvait apporter une véritable valeur ajoutée aux débats politiques. Aujourd’hui, avec OWNI, nous tentons de montrer ce qu’Internet peut apporter au journalisme, à la médiation culturelle et à la redéfinition de l’écosystème médiatique. Je me plais à penser que cette nomination au CNN témoigne d’une évolution dans la perception que se font les pouvoirs publics de ceux qui peuvent aujourd’hui contribuer au débat public.

Mais je ne suis pas dupe : le Parlement n’aura probablement guère le temps d’être saisi de textes majeurs relatifs à l’Internet d’ici la présidentielle de 2012. Je n’en fais pas moins le pari que le travail du CNN permettra, d’ici là et je le souhaite par la suite, de contribuer au débat sur ce que peut apporter l’Internet en particulier, et le numérique en général, à notre démocratie – et qu’il serait dommage de s’en priver.

Si tel n’était pas le cas, j’en tirerai les leçons, avec vous et le million et demi d’internautes séjournant ici chaque mois, avec l’ensemble des 38 salariés associés d’OWNI et le millier d’auteurs que nous avons réunis, qui accompagneront, je n’en doute pas un instant, l’exigence qui devra être celle des “sages” du CNN et du petit artisan nommé ce jour, afin de vous représenter.

Crédits photos CC FlickR Rémy Saglier, Quasimodo

5 commentaires

  1. On parie combien que Owni va crouler sous les subventions pour la presse et récupérer de juteuses commandes de l’Etat ?

    Après les Labs de l’Hadopi, l’Etat continue les pots de vins… En même temps, ce n’est pas comme si Owni avait gagné quelque batailles que ce soit en matière de libertés numériques, il se sont contentés de surfer sur la vague, de s’accaparer des termes comme ‘open source’, ‘hacking’ et autre sans rien n’y comprendre… Du hype et du marketing, rien de plus, si ce n’est beaucoup d’arrivisme.

    Financée par le Modem au début, puis par les régions de gauche, voilà la soucoupe qui vire à droite où la soupe est plus copieuse.

    J'aime

  2. Je crois que Nicolas Voisin se fait des illusions. Si Sarkozy est réélu, il mettra le rapport sur la neutralité du Net à la poubelle…

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.