Nucléaire ? Non merci, au PCF aussi.

 

Des commentateurs peu scrupuleux et mal informés tentent souvent de discréditer le Front de Gauche en utilisant les prétextes les plus fallacieux, jouant sur les thèmes de potentielle division de ses composantes, tactique usuelle, pour ne pas dire usée. Ainsi, le nucléaire, et la position soi-disant intraitable du PCF, qui se rapprocherait de celle du PS, réputé d’essence productiviste, en est un lieu commun. Comme si, au PS, les positions étaient toutes concordantes sur le sujet…

 Et si l’on tordait le cou à ce préjugé qui arrange peut-être certains, mais d’une fausseté qu’il convient de démontrer ? Peut-être cela fût-il vrai il y a… trente ou quarante ans ? Mais seuls les imbéciles ne changent pas d’avis !

 Commençons tout d’abord par cette déclaration récente de Pierre Laurent, représentant d’un parti qui ne me semble pas si fermé que l’on a coutume de tenter de le faire croire et qui, comme moi et beaucoup d’autres, estime qu’un débat démocratique est nécessaire. C’est un bon début. Mais cela ne suffit pas. Aussi, pouvoir lire dans un tract du PCF que ce parti souhaite renforcer la sécurité en attendant que l’on puisse « sortir de l’utilisation des sources carbonées et investir massivement dans les énergies renouvelables » et « Créer les conditions pour dépasser la fission nucléaire par un investissement public massif dans la recherche » constituent d’autres réponses de poids à nos détracteurs qui feraient mieux de tourner sept fois leurs langues dans leurs bouches (ensemble ou séparément) avant de parler. Et faire comme moi en tapant simplement une ou deux fois PCF nucléaire sur google avant d’écrire n’importe quoi.

 Certes, au PCF, tous les cadres ne sont pas du même avis sur la question. Ainsi, André Gérin, l’un des principaux opposants à Mélenchon et derniers représentants des communistes archaïques, est contre la sortie du nucléaire, il fallait que cela soit écrit. Par contre, Chassaigne, plus nuancé et à la réflexion quelque peu plus élaborée sur le sujet, propose lui aussi un grand débat démocratique sur l’énergie, articulant son argumentation, entre autres, autour du fameux scénario Négawatt. Voilà qui fait plaisir à voir. Et qui me suffira pour l’instant à clouer le bec aux anti-communistes primaires.

En attendant de sortir du nucléaire, le PCF propose non seulement un débat, mais également de nationaliser le secteur de l’énergie. Ceci m’apparait effectivement judicieux pour protéger celui-ci d’une logique capitalistique qui a peu à voir avec la défense de l’intérêt commun et avec la nécessaire maîtrise de l’énergie qui irait contre ses intérêts, tout comme la sécurisation indispensable de tous les sites nucléaires, qui passe de l’avis de beaucoup d ‘acteurs par la fin du recours à la sous-traitance, aux risques mal maîtrisés.

 En outre, il ne m’apparaît pas que la question soit aussi tranchée partout dans le monde, puisque le Parti Communiste Japonais, pour seul exemple (orienté, je le reconnais), peut avoir des positions légèrement différentes de celles de son homologue français, puisqu’il prône quant à lui officiellement « un abandon progressif du nucléaire » (ce que ne proposent pas encore les communistes français) et « un investissement massif dans les énergies renouvelables »… Tout comme le PCF. CQFD. Tout n’est donc pas tout noir ou tout rouge chez mes amis communistes, ce qu’il me tenait à cœur de démontrer à ceux qui ont intérêt à prétendre le contraire. Et je ne citerai pas de noms. Ils se reconnaîtront.

.

6 réflexions sur “Nucléaire ? Non merci, au PCF aussi.

  1. @dgoux : je vous avait prévenu : l’expression de l’homophobie n’est pas une opinion mais un délit. Conformément à l’avertissement publié ci dessus, vous voilà expulsé.

    J'aime

  2. Bon faut bien dire que le PCF à le bal tique et aussi de la gite.
    Ne pas changer d’avis serait assez impitoyablement submersible.
    Un peu comme un sous marin à Mourmensk, des cités interdites, nucléarisées à donf, dans l’Oural et ailleurs, des bagatelles comme….
    Bref, passons.
    Sur ce coup-là, pas de démarcation avec le PS, c’était un Maginot politique des plus fendard: le PS aurait totalement noyauté le PC.!
    Les vieux militants du vieux PS en sont à se cogner le cul par terre mais dans le dignement apparent, avec atermoiements divers et tout le toutim…

    Bon Ok, nous sommes vachards, mais reconnaissez qu’il y a de quoi; même Fidel a rendu son treillis!

    J'aime

  3. Le PCF n’appelle pas à la sortie du nucléaire (tout juste à un débat), il reste (comme le PS) un parti productiviste (même si certains dont Chassaigne commencent à prendre conscience de la tare que constitue le productivisme pour l’humanité).
    Le nucléaire est et restera quoi que l’on fasse une technique dangereuse, le principe de précaution devrait s’appliquer.
    La position du Pcf reste frileuse, on veut bien faire un débat mais pas donner sa position. Sont-ils oui ou non pour une sortie du nucléaire et pas du « tout » nucléaire comme les enfumurs du PS?????????????,,

    J'aime

  4. N’en attendait pas moins de vous : c’est grâce à cette censure prévisible et bouffonne que je comptais faire rire Corto. Un coup de billard à deux bandes, si vous voulez. Merci de votre aide !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.