Quand un niqab peut en cacher un autre

source de l’illustration

 

.

« niqab ta mère ! »

– « Mais vous n’y êtes pas du tout, mon jeune ami ! »

.

 Cette étude intéressante, commandée par un milliardaire qui n’a sûrement rien d’autre à foutre (Georges Soros) et qui se revendique philanthrope quand bien même on lui attribuerait la paternité des hedge funds , m’a d’autant plus interpellé qu’elle va à l’encontre de bien des préjugés. Ici, une pensée spéciale dédicacée à Suzanne… et à ses obsessions. Partagées.

 Gardons nous toutefois d’ interprétations aussi abusives et hâtives que celles du camp d ‘en face. Le panel ne m’apparait pas vraiment suffisamment important pour se révéler représentatif … si l’on en juge par le chiffre de 1900 femmes concernées sur tout le territoire indiqué dans le rapport de la mission parlementaire qui a précédé… (volume donc statistiquement secondaire mais suffisant tout de même pour en faire une loi … de plus.  Devra-t-on en faire une de toutes les émotions pulsionnelles régressives françaises … de souche ?

 Cependant, l’étude est tout de même plus instructive que les rumeurs, les ont-dits, les préjugés et autres projections émotionnelles qu’il m’est donné de voir sur le sujet, au point qu’il suffit d’écrire le mot niqab dans un titre pour voir très rapidement le fil des commentaires coupé tant cela donne lieu à de fréquents débordements… détestables. Le discours sur le sujet pourrait se caricaturer ainsi (donner du grain à moudre à nos habituels opposants, c’est faire preuve de générosité…) : ce sont des femmes soumises, apeurées, peu instruites, battues par leur mari, dont le voile intégral cache les blessures, qui sont forcées de porter cette véritable camisole religieuse, généralement victimes innocentes d’intégristes religieux de type sectes salafistes… (et je n’écris là que le plus avouable… pour avoir lu et entendu bien pire).

 La réalité partiellement exprimée ici est toute autre : sur les 32 femmes interrogées, donc, 20 sont d’origine d’Afrique du Nord, quatre sont originaires d’Afrique de l’Ouest et huit sont converties à l’islam. 27 d’entre elles ont moins de quarante ans – et instruites : quatorze d’entre elles ont au moins décroché leur bac, dont cinq qui ont fait des études supérieures, mais elles ne sont que dix à travailler. Ces femmes font part d’un sentiment d’insécurité (des agressions verbales pour l’essentiel). «Certaines femmes se sont fait cracher dessus »… Et dire que l’on prétend lutter contre la violence faite aux femmes en leur ôtant ce carcan vestimentaire ! Faudrait voir à commencer par les respecter avant !

 «Les femmes de notre échantillon ne sont membres d’aucune organisation musulmane a l’exception d’une – qui est membre du bureau de sa mosquée locale». Et nombreuses sont celles qui affirment de façon intransigeante qu’elles refuseront de retirer leur voile lors de l’entrée en vigueur de la loi le 11 avril».

 Effectivement, il m’a suffit de taper niqab à l’instant sur mon moteur de recherche pour me retrouver devant ceci, ultime provocation de gens qui ne supportent pas cette réalité qui leur est imposée. Mais qui se révèlent étrangement manipulés, toutefois, par un drôle d’individu qui n’en est pas à son premier coup d’essai, et qui, contrairement à ce que l’on pourrait croire au vu de son patronyme, n’est pas un dangereux intégriste musulman, mais un provocateur friqué.

je ne suis pas très sûr, malgré mon goût pour cette provocation lorsqu’elle est constructive, de partager cette initiative là, qui en manquant de réflexion sur la manière dont cela serait perçu ne fait que raviver la haine, et renforcer des préjugés qui, compte-tenu du contexte, n’ont vraiment pas besoin de cela…

Petites précisions avant d’en finir : pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté, je tiens à écrire ici que :  je ne suis pas du tout favorable au port du voile, pas plus que de la burqa et du niqab, qu’il y a des difficultés purement techniques à l’application de cette loi¹, qu’effectivement je considère que consentantes ou pas,  le fait de porter un niqab ou une burqa nient l’identité de la femme et sa féminité… Qu’il est également difficile de contrôler l’identité d’une personne en cas de nécessité si l’on ne peut voir son visage… et enfin  qu’il me semble ridicule de légiférer sur pareils cas anecdotiques sans prêter à stigmatisation… Ainsi, comme l’actualité le montrera ensuite, à force de taper sur les musulmans sous prétexte de laïcité, les autres religions vont en avoir le retour de boomerang (merci Mr Sarkozy, facteur de paix sociale, décidément…) en se retrouvant elles-mêmes l’objet d’un  débat qui n’en terminera pas sans dégâts, comme je l’écrivais ici.

On peut également utilement se dégager de ce débat aveuglément français en adoptant la position  « vue d ‘ailleurs« …  qui comporte d’autres excès.

.

¹ Même les moins gaucho  en conviennent

.

6 réflexions sur “Quand un niqab peut en cacher un autre

  1. « à force de taper sur les musulmans sous prétexte de laïcité, les autres religions vont en avoir le retour de boomerang »

    C’est bien pourquoi il va falloir en finir une bonne fois avec cette laïcité devenue parfaitement inopérante, et affirmer bien clairement que l’ennemi à contenir, sinon à abattre, c’est l’islam et rien que lui. (L’islam en tant que facteur de haine et de servitude, et non les musulmans en tant que personnes, cela devrait aller de soi.)

    J'aime

  2. @didier Goux : NON. A lire : une autre laïcité : https://gauchedecombat.wordpress.com/2011/04/15/projet-de-loi-pour-une-laicite-plus-equitable/

    Pour qu’elle ne soit plus à géométrie variable, cette laïcité, et qu’elle s’adresse aux musulmans, comme aux catholiques, aux juifs et à toutes les autres sectes qu’elles qu’elles soient. Sans distinctions : Liberté, égalité, fraternité. Marre de ces discours diabolisant l’islam. Voire pire : ainsi, toi qui parle d’abattre l’islam. Tes propos se rapprochent de plus en plus de ceux du FN; Gaffe : si tu franchis la ligne (voir ici les conditions : https://gauchedecombat.wordpress.com/avertissement/ ) je te vire sans états d’âme, comme les autres malpropres et malpolis, qui ne s’essuient jamais les pieds sur le tapis…

    J'aime

  3. @Didier Goux
    Comme Suzanne dans le billet que GdeC cite, vos obsessions sont un révélateur de vous-même, pas de la réalité.

    Quant à la laïcité, elle n’est pas condamnable en soi, c’est son instrumentation par les sarkozystes et les lepénistes à des fins électorales qui l’est. La laïcité n’est ni l’athéisme, ni la promotion de ce dernier (et c’est un croyant, musulman en plus, qui vous le dit). Elle est la neutralité vis-à-vis de toutes les options spirituelles, qui ont le droit de s’exprimer dans l’espace public (sinon, les processions catholiques auraient été interdites). Elle ne favorise ni ne discrimine aucune croyance, tant qu’elle ne trouble pas l’ordre public. J’ai beau être contre la burqa et le niqab, j’aimerais qu’on démontre clairement en quoi elles menacent présentement l’ordre public. Prouvez-nous qu’il y a un complot des musulmans en vue de transformer la France en république cléricale à l’iranienne ou à l’afghane…

    @GdeC
    Pour moi, la burqa et le niqab sont des trucs archaïques qui relèvent d’une lecture discutable du Coran, et bloquent la communication avec les individus. Mais je suis contre son interdiction. La loi sur la burqa et le niqab pose problème non seulement sur le plan technique comme les forumeurs de liberaux.org le signalent à juste titre (mais aussi Tarvalanion sur son blog : http://www.tarvalanion.net/blog/index.php?post/2011/04/13/Cachez-ce-voile-que-je-ne-saurais-voir ), mais aussi sur le plan intellectuel. Il semble que la majorité des femmes qui portent la burqa et le niqab le font volontairement. Elles ne se perçoivent pas comme des opprimées. Les promoteurs de l’interdiction disent agir pour la libération de la femme. Comment fait-on pour libérer quelqu’un contre son gré, et qui ne se considère pas comme privé de sa liberté ? On lui colle une amende ? On l’emprisonne ? On le tue ?

    J'aime

  4. GdC : la question n’est pas de savoir SI vous allez me censurer, mais QUAND vous allez le faire. et je trouve fort divertissant qu’un athée déclaré tel que vous interdise à ses commentateurs de critiquer l’islam. À moins que vous ne soyez beaucoup moins athée que vous ne le prétendez ?

    Pullo : je n’ai rien à vous prouver, et je me fous complètement de la burka ou du Niquab qui ne sont que des « signes extérieurs de névrose », si je puis dire. Je ne défendrai jamais une laïcité qui mettrait sue le même plan toutes les religions, feignant de croire comme vous le faites que l’islam a autant de légitimité en France (et en Europe) que le christianisme.

    J'aime

  5. @d.Goux : être athée ne signifie pas haïr les religions, bien au contraire… je fus libre-penseur, et m’en suis détaché justement pour cette raison : se battre sans cesse contre les religions est selon moi un signe assez obsessionnel de son attachement à celles-ci… Votre obsession est plus suspecte que mon souci de respecter tout un chacun. Y compris les musulmans. Mais pas seulement. La laïcité, c’est justement pas de traitement de faveur pour qui que ce soit. Le problème est bien là… On ne peut dénigrer la place de l’islam en ayant une attitude de type deux poids/deux mesures vis à vis d’autres, comme le catholicisme, qui peut continuer tranquillement à faire des processions dans la rue sans que ça ne gêne personne… Ou comme ces aménagements vis à vis des étudiants juifs, par exemple, dont on parle beaucoup en ce moment, par exemple…

    J'aime

  6. C’est que vous semblez n’attacher aucun prix ni poids à l’histoire, à l’épaisseur des siècles, tandis que moi oui. Les processions catholiques ont parfaitement leur place dans ce pays parce qu’elle font partie de lui, qu’elles ont contribué à en faire ce qu’il est, alors que les prières de rue des musulmans sont une sorte de kyste étranger. Les flèches des cathédrales sont pleinement légitimes, les minarets des mosquées ne le sont en aucun cas.

    La religion juive fait elle aussi (mais selon des modalités évidemment toutes différentes !) partie du paysage moral, historique et culturel de la France. Elle est donc, elle aussi parfaitement légitime et les aménagements dont vous parlez ne me choquent pas du tout.

    Ce qui me choque c’est lorsque j’entends de petits journaleux collabos parler de l’islam comme de la « deuxième religion de France » : l’islam N’EST PAS une religion de France.

    Cela dit, il est malheureusement de plus en plus probable qu’il le devienne. auquel cas le catholicisme, le protestantisme et surtout bien sûr le judaïsme n’auront plus grand temps à vivre – à vivre libres en tout cas.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.