Oui, changeons de cap. Mais pas avec lui.

 

(merci à Catherine Créhange à qui j’ai eu l’audace de piquer ce dessin, et qui nous a fourni le tweet sous ce billet)

.

Le tartuffe a parlé. Son discours s’intitule Changeons de cap. Je vous laisse seuls juges de la sincérité de celui-ci. Moi, je vais m’occuper ailleurs. J’ai d’ailleurs déjà tout dit concernant l’écologiste de salon, comme le nomme précisément Stéphane Lhomme, moins connu mais certainement plus crédible, de par son parcours assez impressionnant, que tous ces bonimenteurs qui se vautrent dans la sauce du green-washing sans rien changer de leur façon de faire, de voir, et de s’adonner impunément à leur cupidité sans bornes…

Depuis que je sais à quel point Hulot s’enrichit (enfin, lorsque ses ressources étaient encore transparentes…), et quels sont ses soutiens – qui ne l’ont d’ailleurs pas déserté depuis qu’il a annoncé sa candidature¹, j’ai du mal à considérer qu’il puisse être d’une quelconque utilité au débat démocratique qui nécessite certainement selon moi une rupture radicale avec ce fonctionnement capitalistique tant honni à juste titre, dont on voit aujourd’hui les désastres évidents. Il peut toujours se revendiquer soudain de cet anti-capitalisme là, sur ce registre aussi, il n’est pas très crédible :

« Le modèle économique dominant n’est plus la solution, mais bien le problème, estimait-il. Le capitalisme sauvage réduit tout à l’état de marchandise. Je m’insurge contre cet objectif de croissance qui n’a d’objet que lui-même. J’envisage le principe d’une croissance et d’une décroissance sélectives. Je crois à la sobriété heureuse. »

Oui, moi-aussi, j’y crois : lorsqu’on fonctionne selon les critères mêmes que l’on dénonce, on devrait peut-être faire preuve de davantage de pudeur. Effectivement, changeons de cap : une autre économie est possible, et souhaitable. Mais pas avec ce genre de gugusse qui tiennent des double-discours…

Mes précédents billets vous en donneront quelques exemples plus circonstanciés :

Le masque vert de Nicolas

Message à EELV : débarrassez-vous d’Hulot !

un candidat hélicologiste aux présidentielles de 2012

Paquet de news

.

Et si le coeur vous en dit… (moi, vous savez, les journalistes de RTL, pas trop mon truc… mais bon, faut bien bouffer, hein !) :

pierresalviac
#Présidentielles Viens de créer le comité contre candidature inutile de #Hulot (CCCIN). Abonnez vous à mon compte #tweeter et comptons nous!
.

 

.

¹ Normal, il ne les bousculera pas vraiment, même élu (ce qui a mes yeux est très improbable) : on ne peut pas dire que les écolos comme lui remettent bien fortement en cause le système économique qui les a vu naître, et se gaver…

4 réflexions sur “Oui, changeons de cap. Mais pas avec lui.

  1. Quelle pitoyable prestation!
    Pourquoi pas dans l’utra-vide existant se vautrer encore derrière  » Nique-de-la-Bouygues les couches-cullottes » dont nous venons d’ouïr le discours bourré de lapsus et essentiellement constitué de « mots-clés », verrouillant ainsi une grande vacuité pour ne pas dire un océan de « lieux communs » et je ne sais qui encore…: Nicolas Mac Hulott’ vient de nous inventer le fil tiède du « béton-fluide »…Tout comme les les apparatchiks de Eur.Ecolo, viennent de nous démontrer qu’au delà de tout programme primait de beaucoup surtout la notoriété; le racolage au point de se questionner sur l’opportunité souveraine d’une candidature en béton…

    Bouygues: un monde-béton est armé…et vous?
    C’est Nique haut là!!!

    Nous on se marre, une fois de plus!!!

    Là encore: on s’en contre-cogne! Mais faudra bien qu’ça cesse!!!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.