Nom : Rioufol. Profession : vendeur de vomi

Je dois vous faire un aveu qui n’étonnera personne mais qui aura le mérite de dire tout le mal que je pense de Rioufol, cet aigri parisien gominé qui se prétend journaliste alors qu’il n’est qu’une bouche-dégoût : il me glace le sang, avec son air de serpent qui cherche une proie à mordre… si possible parmi les plus vulnérables.  Et en plus, son style est à vomir, contrairement à Didier Goux, que je n’aime pourtant pas non  plus, et pour le même genre de raison : leurs idées souffrent d’une telle puanteur et d’un tel égocentrisme qu’elles incommodent mon humanisme forcené, malgré toutes les attaques dont ce système de valeurs universelles est aujourd’hui victime. Ça fait mode, d’être réac. Non pas raciste, ni xénophobe, et encore moins antisémite, ou pire, homophobe, non, vous n’y êtes point, vous vous égarez : simple vecteur instruit, cultivé et d’une rare intelligence du politiquement incorrect, chantre du non-dit, héraut de la souffrance quotidienne du bas peuple… Grande vigie d’une civilisation en grand danger d’envahissement par des meutes d’infidèles qui vont venir brouter la laine sur le dos des petits français dans la misère  ! Qui s ‘y oppose ne respecte pas sa douleur de vivre avec des odeurs sur le palier… Même quand on ne vit pas vraiment en HLM….

« Bon, ben, le gars, si t’aime pas ça, n’en dégoûte pas les autres, t’a qu’à pas y aller et pis c’est tout, tu nous emmerdes avec tes polémiques et tes diatribes permanentes contre tel ou tel ! »

Pas d’accord. Je refuse de me taire.  Tout d’abord, parce que ce trou du cul mal baisé (mâle ou femelle, on s’en fout, mais que quelqu’un fasse quelque chose, bordel, il en va de la sérénité et de la qualité de nos débats politiques français !) vient de critiquer Hessel ¹ de la plus vile façon qui soit, ce qui pourrait suffire à vous livrer l’une de mes réactions épidermiques légendaires dans la basse-cour de la gauchosphère…

Ensuite, parce qu’à travers lui, il attaque dans son ensemble, sans distinction (comment, pas de discrimination, pour une fois ?)  ce « fort courant d’opinion pour les discours de culpabilisation de la France. En l’occurrence, elle est accusée, par l’icône, d’expulser les clandestins, de réformer les retraites ou de confier les médias « entre les mains des nantis ». »

Effectivement, j’en suis. Je considère pour votre gouverne – petit macaque sans autre intérêt que de personnifier ce contre quoi je me suis toujours battu et que je méprise cordialement tant cela me semble incarner le sarkozysme autrefois triomphant –  qu’effectivement expulser brutalement et indistinctement sans se préoccuper de l’avenir d’un être humain (qui rappelons le utilement n’est pas un simple sac de charbon) est un crime contre l’humanité : que dirait-on d’un pays qui ferait la même chose avec tous les français ?

Je pense en outre que la réforme des retraites a été opérée au seul profit de quelques uns déjà bien favorisés par le sort au détriment de la plupart. Je tiens d’ailleurs à vous faire savoir, à vous et aux gens de votre sorte, vils profiteurs sans vergogne, que j’ai la ferme intention d’extorquer à l’état français tout ce qu’il me vole en me faisant travailler deux ans de plus, ce qui n’était pas prévu dans le contrat de départ que j’ai signé en entrant dans la vie active il y a près de trente ans, d’ailleurs bien difficilement, soumis comme beaucoup à la précarité qu’on impose aux jeunes sans aucune contrepartie d’aucune sorte, ce dont vous êtes comptables, étant donné votre position de défenseur des élites bien ou mal-pensantes de la majorité présidentielle.

Je confirme également que le caractère monopolistique de la presse que je ne suis pas le seul à dénoncer (au point de m’abreuver à d’autres soruces médiatiques alternatives) et qui ne favorise pas vraiment  le pluralisme des opinions et des perceptions de la réalité tant politique que factuelle dans d’autres domaines est un grave coup porté à la démocratie, et que nous ne pouvons plus dans ses conditions nous faire une opinion éclairée en nourrissant notre besoin de savoir aux seules sources médiatiques ayant pignon sur rue, comme c’est le cas de la vôtre, vulgaire torchon dégoulinant de crasse xénophobe, comme s’en est indigné Guy ce matin, et moi, et d’autres avec lui… Mais dites-moi, à qui appartient le Figaro, déjà ??? !!!… Non ! Pas lui ! CQFD ?

Monsieur Roubignolles, estimez-vous donc heureux que je daigne évoquer ici les miasmes pestilentiels d’un tel cloporte. .. Vous faisant ainsi une publicité que vous ne méritez pas. Foutez le camp d’ici, vous salissez mes tapis !  je ne vous salue pas, grossier personnage, vous connaissez le chemin…

Ah oui, j’allais oublier l’essentiel, ce qui a justement constitué le déclic de ce billet d’humeur : qu’est-ce qui vous permet dans votre carrière ou votre vie personnelle de mépriser un tel homme là où vous vous êtes à ma connaissance contenté de répandre futilement pendant plusieurs dizaines d’années vos excréments sur un journal réac qui ne sert à personne, pas même à se torcher le cul ? Et c’est quoi, ce titre à la con ? A qui pensez vous avoir affaire en désignant cet homme à la vindicte populaire en tentant de le faire passer pour ce qu’il n’est pas, un dangereux antisémite, alors qu’il a consacré toute sa vie à combattre les ignominies de ce siècle et de l’autre ? Est-ce que tous les gens qui, comme moi, refusent qu’Israel commettent le même type d ‘exactions que celles pour lesquelles les ennemis de ce peuple ont été justement pourchassés vont se retrouver systématiquement rangés dans la purge sectaire des antisémites en costume d’apparat d’anti-sionniste ? Ce procédé est indigne et honteux, et je tenais à vous le faire savoir publiquement, car ce registre écoeurant commence un peu trop à mon goût à faire florès… et commerce.

Rassurez-vous, je n’attends pas de réponse : il n’y en point qui vaille. Vous laisserez dans l’histoire, contrairement à Mr Hessel, moins de traces qu’un pet de mouche sur une toile cirée… Allez dégagez, maintenant !

 

« Honte. Honte. Trois fois honte sur vous

messagers de la haine et cracheurs de venin

Vos suppôts sont seuls dupes

de vos airs enjôleurs…

Nous autres                                                     silencieux

connaissons trop la force des paroles

pour en faire des flèches

de tous bois     de tous feux

Allez donc persiflez dans votre antre malsain

Et cessez de tremper vos mains sales

dans le sang de tous ceux

qui ne veulent point vous ressemblez !

.

¹ qu’il qualifie ignoblement au passage avec l’air de ne pas y toucher de cette sournoise manière qu’il a de caresser les gens dans le dos qui semble caractériser son écriture, d’ »onctueux pape du bien-pensisme », comme je pourrais incidemment le susnommer infâme grouillot de l’opulente raterie du capitalisme carnassier, ce qui ne mangerait pas de pain, et correspondrait en outre à une triste réalité… virtuelle ? Vraiment ?

.

7 réflexions sur “Nom : Rioufol. Profession : vendeur de vomi

  1. Jean Sarkozy se lance dans les courts métrages !
    Il veut rester anonyme mais c’est difficile quand on s’appelle Jean Sarkozy !! 🙂

    J'aime

  2. Quand la sénilité avancée se conjugue avec l’antijudaïsme primaire et que le tout est ficelé par un cruel manque de talent, cela donne “Indignez-vous !”, cette excellente opération commerciale. Mais bon : c’est que ça finit par coûter, la bouillie et les couches…

    (Le côté ignoble c’est pour vous conforter dans vos réflexes de pensée : il faut toujours conforter les imbéciles si l’on veut qu’ils donnent leur pleine mesure.)

    J'aime

  3. Qu’est-ce que c’est que ce Didier Goux ? Il ne ressent pas à voir ce Roufiol des boutons purulents lui pousser sur la peau ? Alors, quand il cause, il exhale la senteur pourri de son « Figaro »…
    Vengeur, ton article !!

    J'aime

  4. Qualifier un ancien résistant de « judéophobe », il fallait oser. Mais il paraît que c’est à ça qu’on reconnaît les cons…

    Rioufol, il est assez rigolo dans son genre parfois. Il est persuadé d’être la voix de la majorité silencieuse, tout comme Zemmour d’ailleurs. Je l’ai même surpris une fois en train de demander un référendum sur la retraite, persuadé que dans les urnes, les Français iraient majoritairement demander le passage à la capitalisation. Mais l’essentiel de sa prose est surtout islamophobe.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.