le programme du PS me laisse un peu sur ma faim…

Vous êtes bien aimable, Monsieur…

Bon. Voilà quoi. Il se trouve que par delà l’envie ou pas, je suis un homme de devoir. Alors quand Stef du blog Une Autre Vie m’a demandé de faire savoir ce que je pensais du programme du PS, il faut dire que je n’étais pas vraiment chaud bouillant… Comme si ce truc avait été imprimé à froid sur du papier glacé, là où je rêve (et les circonstances l’imposent) d’un programme de combat gravé à coups de burin sur des pavés en lettres rouges pour les jeter dessus la gueule des puissants de ce monde qui passent leur temps à tenter de nous enfumer tout en nous broutant la laine sur le dos…

Moi aussi, je rêve d’une autre vie. Mais là, on ne me propose que de légères améliorations à la marge alors qu’il nous faudrait quelque chose de beaucoup plus consistant à nous mettre sous la dent pour trouver l’énergie nécessaire de bousculer cette montagne de merde purulente qui nous envahit au point d’avoir envie de la recracher par toutes les pores de notre peau. Sont trop gentils, les socialos. En face, ils le sont moins, ils ont les crocs, ils sont gourmands, arrogants, tellement sûrs d’eux… Ils ont le pognon, les médias, les grands industriels avec eux. Et nous seulement nos convictions, nos beaux projets, nos belles idées qui se retrouvent coincées contre le mur de la démagogie politique, de la xénophobie, de l’égoïsme et du rejet de tout ce qui est différent…

Alors, je veux bien tenter de croire que le fait de créer une banque européenne d’investissement sera de nature à nous sortir de la mouise… (encore faudrait-il que nos partenaires européens soient d’accord, là où certains en sont encore à tenter de s’opposer aux diktats de Junker..) plutôt que d’engraisser de nouveaux banquiers qui n’ont pas encore montré une particulière préoccupation de l’avenir du genre humain…

je veux bien tenter d’imaginer qu’une baisse de l’impôt sur les sociétés de 33 % à 20 % pour les entreprises qui réinvestissent intégralement leurs bénéfices permettra de moraliser le capitalisme…

je veux bien me forcer à caresser l’idée qu’émettre des emprunts européens (eurobonds) afin de financer les investissements du futur nous permettra d’embrasser dans quelques années un monde meilleur, avec la bénédiction évidente de nos voisins européens,

je veux bien manger mon chapeau de travailleur social qui a déjà vécu plusieurs dizaines de dispositifs d’accompagnement vers l’emploi en digérant sans montrer le moindre signe de déglutissement malheureux 300 000 « emplois d’avenir » au bout desquels il s’agira de récupérer des désespérés qui pourtant se seront défoncés et auront cru en un avenir meilleur après plusieurs années de galère qu’ils vont forcément retrouver parce que (qui le leur dira ? Cette fois-ci certainement pas moi !) des emplois il n’y en a pas pour tout le monde malgré ce que certains parmi les plus à droite font mine de leur laisser accroire…

je veux bien encore croire avec indulgence et sans trop de difficultés que les socialistes réussiront à décourager les licenciements boursiers par des pénalités financières dont il s’agit qu’elles soient sacrément dissuasives sans quoi ce sera pisser dans un violon… ce qui en cas de succès permettra aux droitards revanchards de revenir ensuite au pouvoir en brandissant l’argument magique selon lequel ce genre de mesures a favorisé les délocalisations et l’expatriation de patrons pourtant méritants prêts à investir dans notre beau pays tout en planquant son pognon dans des paradis off-shore…

je veux bien pareillement considérer que le fait d’augmenter les droits de douane sur les produits provenant de pays ne respectant pas les normes internationales en matière sociale, sanitaire ou environnementale ira dans le bon sens et contribuera à éduquer les sociétés à se comporter en entreprises citoyennes et responsables…

je veux également penser que nous pourrons réduire l’endettement de la France et que nous affecterons à la réduction de la dette la moitié des marges financières que nous dégagerons, grâce au fait de ne surtout pas remettre en cause une RGPP qui a déjà permis de dépasser toutes nos espérances en la matière en mettant à la casse plus d’un fonctionnaire sur deux…

Croire aussi que la TVA « éco-modulable, l’orientation des achats alimentaires des collectivités locales vers l’agriculture et la pêche de proximité, les économies d’énergie et l’utilisation d’énergies renouvelables sans remettre en cause fondamentalement notre modèle d’indépendance énergétique basé sur le (tout) nucléaire…

et croire que ceci, et que cela et que… bleurkkk…. Désolé. J’ai vomi tout mon quatre heures à la 21ème mesure… Pas le courage d’aller plus loin. Je vais aller prendre une douche et faire un petite sieste moi… Besoin de rêver un peu.

Oui, c’est ça, voilà le point focal de ma brillante analyse de fond : il manque du cœur, à tout ça… Je ne crois franchement pas que cela va faire rêver les français. Qui en ont pourtant bien besoin, d’histoires de mondes meilleurs… Là, c’est vraiment sec, inodore et sans saveur. Désolé, les gars… et les filles. Ce n’est pas là une poire pour ma soif… de justice sociale.

Je vais donc aller voir ailleurs, où l’herbe est plus verte

Et puis au fait, vous vous êtes mis d’accord pour qu’on sache enfin qui va porter tout ça, parce que ça commence à bien faire le suspense, là, non ?

.

D’autres avis (de droite et de gauche)  sur le sujet ici.

12 réflexions sur “le programme du PS me laisse un peu sur ma faim…

  1. Faut pas s’inquiéter comme àa garçon, François Hollande s’est montré d’emblée rassurant: -« Ce programme ambitieux ne se fera que dans le cadre de la durée et de la prééminence de la croissance…Les premiers résultats en fonction de la constance de la croissance -envisagée autour de deux points-trois ne devraient se faire sentir que dans les quatre ou cinq ans de la nouvelle législature-. Si la croissance ne suit pas, si elle n’est pas au Rendez-vous que nous lui avons fixé, nous ferons avec ce que nous aurons »…

    Alors quoi? Elle est pas belle la vue?

    J'aime

  2. 1/ il s’agit d’un projet et non d’un programme. Le programme est l’aboutissement final du projet, il repose sur lui mais comprend une hiérarchisation et des innovations apportées par le ou la candidat(e) sans remettre en cause le projet pour autant. Par exemple le projet parle de sortir du tout nucléaire, Aubry parle de sortir DU nucléaire.

    2/ Les militants du PS sont amenés a se prononcer sur ce projet en proposant notamment des amendements donc avant de tirer des conclusions définitives vous vous pouvez aussi vous dire que ca changera du fait de l’apport des militants et du fait du candidat (cf 1/)

    3/Le but est d’avoir un projet à la foi crédible et porteur d’utopie. Le problème c’est qu’a droite comme à gauche, dès que le PS parle de société du vivre ensemble basée sur une écoute mutuelle, une solidarité inter-générationnelle, sur la nécessité d’une politique culturelle forte, on répond « vous êtes des bisounours ». Je peux ressortir les phrases assassines sur Aubry et le « care » si besoin…

    Mais prenons par exemple l’allocation autonomie ou allocation d’étude, qui permettra a chaque étudiant de vivre de façon indépendante de ses parents avec environ 800 euros par mois, c’est quelque chose d’énorme dont beaucoup ne mesurent pas les conséquences…ca c’est porteur d’avenir pour moi…

    4/ Vivement que le PG ou le front de gauche défendent des propositions concrètes et chiffrées pour démonter qu’il existe une alternative au projet du PS. Dès lors les citoyens choisiront. Pour le moment, je suis désolé, mais ce n’est pas le cas, alors excusez le PS, faute d’avoir sur sa gauche cette alternative programmatique, d’apporter ces propositions, d’ailleurs issues d’un travail avec des associations, des économistes, des syndicalistes …

    Je ne pense qu’un parti à gauche plus qu’un autre souhaite faire « le moins » pour les Français lorsqu’il arrivera au pouvoir. Alors la gauche doit travailler en bonne intelligence. Les verts ont fait évoluer le PS, notamment sur le nucléaire, à vous de faire évoluer le PS sur les points que vous voulez, en apportant une alternative crédible, je serai tout à fait prêt à défendre des amendements dans mon parti qui iront dans ce sens…

    J'aime

  3. Bon d’accord. Il y aura au moins dix milles nouveaux porteurs de matraques, je ne sais combien d’emplois « d’jeun’s. », des pions dans l’Éducation Nat’, un grand élan d’espoir auquel s’ajoutera la garantie du retour à la confiance épaulée par une politique novatrice en matière de formation des personnes, la garantie de pouvoir quitter le turbin à 80 balais pourvu que l’intéressé ait assumé sa part d’annuités, et pas au plumard…Sans compter un effort sans précédent en matière de « transparence » et d’information sur le nucléaire.
    C’est « acté »: Les candidats à l’investiture pour la présidentielle s’y conformeront à la nuance près qu’il leur restera tout de même le choix de définir et d’agencer la mise en route de l’ordre des priorités à mettre en œuvre.
    Rions, tu as raison. Surtout pas trop quand même.

    Foie d’ivrogne sobre!

    J'aime

  4. @back2 etc : je doute que si nous repeignons tes volets roses en rouge, le pS n’appelle pas la maréchaussée… (100 000 gendarmes et policiers en +, vous êtes sûrs, vraiment ?)

    J'aime

  5. 10 000 policiers en plus ou je suis sûr que c’est une nécessité, on ne peut rétablir une politique de sécurité en laissant la BAC intervenir dans nos cités seulement lorsqu’une bagnole prend feu, il faut une police de proximité, au contact des citoyens, sur le terrain, c’est ça le service public.

    C’est d’ailleurs ce que demande une bonne partie des policiers aujourd’hui, la fin de la politique du chiffre pour retrouver une police de proximité. Cela dit ces mesures doivent s’accompagner (et c’est le cas) de mesures sur le chômage, notamment des jeunes, sur l’éducation etc…

    Je demande juste au PG un contre projet chiffré pour pouvoir comparer avec le PS, pas de repeindre quoi que soir. Si vous voulez critiquer le PS il faut apporter derriére des solutions, sinon c’est la porte ouverte à tout..

    J'aime

  6. Jean Sarkozy se lance dans les courts métrages !
    Il veut rester anonyme mais c’est difficile quand on s’appelle Jean Sarkozy !! 🙂

    J'aime

  7. ….-« en laissant la BAC intervenir dans nos cités seulement lorsqu’une bagnole prend feu, il faut une police de proximité, au contact des citoyens, sur le terrain, c’est ça le service public. »….

    Là, tout de suite on voit un certain socialisme à l’œuvre: rassurant, pater-familias, bon-enfant….Martine et François en mère et père fêtard, Ségolène en institutrice avec chignon plat comme les semelles des frangines du couvent d’à coté…Un projet qui semble plaire à back2basic+ versus musclée…
    Nous voila comme deux ronds de flanc à six sous !
    Enfin quoi au 36 ème dessous….

    J'aime

Les commentaires sont fermés.