Et si on remettait le F-haine a sa place ? A la niche !

Pour un sursaut républicain : jusqu’à quand laisserons nous le FN nous dicter les règles du jeu ? Et le thème de nos débats…

 Il y aurait une certaine jouissance à se délecter du spectacle de l’implosion de l’UMP façon puzzle, auquel répondait il n’y a pas si longtemps encore, comme en miroir, celle du PS, si de ces ruines ne surgissait, tel une fleur (malodorante, la fleur !) sur un tas de fumier, le vote lepéniste.

 Car c’est bien l’affaiblissement à la fois idéologique et moral de chacune des formations dominantes de la droite et de la gauche qui est à l’origine de ce chaos politique qui affaiblit notre démocratie, qu’il s’agit à présent de restaurer. Mais comment ?

 Tout d’abord, en signant une charte tacite de bonne conduite politique, qui consisterait à ne pas désigner à la vindicte populaire telle ou telle catégorie de la population, chemin malsain sur lequel Sarkozy s’est toujours évertué à cheminer tel un forcené, et dont on récolte aujourd’hui les fruits empoisonnés.

 Le Président de la République ne devrait-il pas justement se montrer le meilleur garant de l’unité nationale ? Ce fut pourtant d’emblée le principal facteur de désunion, de division, et de trouble à l’ordre public, d’empêcheur invétéré de la solidification pourtant éminemment nécessaire de notre entente collective, de notre ciment social, qu’il s’est tant ingénié, à diverses reprises, à dynamiter à son ignoble façon. Aujourd’hui, il se montre d’ailleurs bien  impuissant à rassembler, ne parlons même pas du pays, mais simplement de sa propre majorité. Y compris son premier ministre, dont on se demande à quel jeu il joue soudain… Et si celui-ci était prémédité, comme le soupçonne Autheuil, dont la position politique (très) différente de la mienne ne m’empêche pas de respecter son jugement ? Mon scénario se vérifierait-il ? J’attends de pied ferme ceux qui m’ont traité de guignol à cette occasion… On va bien rire : jaune. Voilà qui modifierait en effet sérieusement la donne de 2012…

  Ensuite, ne plus laisser des partis qui n’y ont aucune légitimité démocratique mener le débat et choisir les thèmes pour l’ensemble de la population. Regardez les derniers débats qui ont agité la classe politique française : pensez vous vraiment qu’ils soient le reflet de la préoccupation de tous  ?

 Les chiffres sont là pour le démontrer, quoique peuvent en dire actuellement les médias qui jouent sur un effet de surexposition électorale qui ne correspond en rien à la réalité, le vote lepéniste, c’est grosso modo 15 % (à moduler en fonction de la nature des élections),  c’est-à-dire le même depuis bientôt 30 ans. Point barre. CQFD. (voir ici).

 Prenons l’exemple du pseudo débat sur la soi-disant laïcité. Personne n’est dupe de la stigmatisation potentielle qu’il porte. Là aussi, l’UMP est très divisé, et certains se réveillent en réalisant soudain qu’il n’est pas digne de notre société, qu’il cache d’autres visées, tente de récupérer sournoisement d’autres objets que ce à quoi il est soi-disant destiné. L’histoire de celui-ci le porte d’ailleurs en lui : ne s’appelait-il pas auparavant débat sur l’Islam ?.

 Ne conviendrait-il pas à présent, pour toutes les forces démocrates de ce pays, bien plus nombreuses que la réalité médiatique ne permettrait de le laisser penser, de proposer des sujets de débat nationaux plus porteurs de sens collectif, de rétablissement de lien social, plutôt que de polémiques inutiles qui ne favorisent qu’un seul camp : celui de la régression démocratique ? Et de surcroît facteurs de guerre, de violence, d’agressivité, dans un contexte international qui n’a vraiment pas besoin de cela…

 Pour terminer avant de devenir lassant, forçons nos politiques, que nous soyons de gauche, de droite ou du milieu, mais démocrates, à s’intéresser enfin à de vrais sujets qui nous réunissent tous, plus fondamentaux que certains épiphénomènes qui font le fond de commerce des opportunistes politiques arriérés qui nous tirent vers le bas.

 Parlons enfin de logement, de santé, d’emploi et de lutte (enfin efficace !) contre le chômage, d’énergies alternatives et de moyens de transports non polluants, de meilleure répartition des richesses que celle à laquelle s’est livrée honteusement notre (trop petit) président en la concentrant sur l’élite qui a financé sa campagne et l’a porté au pouvoir. Parlons des vrais sujets qu’il conviendra aux citoyens de désigner comme étant les leurs, et non ceux que l’élite politique rassemblée en la personne rabougrie qu’est marine Le Pen (et son staff de pseudos intellectuels égocentrés à la vision sociale régressive) aura pris soin de vous faire subir, parce que c’est dans son –seul- intérêt. Ce n’est pas le nôtre. Ce débat là, nous n’en voulons pas. Faisons le savoir. Haut et FORT.

 

ps. je suis ma foi fort satisfait de constater que Mélenchon vient de formidablement donner tort aujourd’hui à Jegoun… qui se trompe d’ennemi. Attendait-il une réaction de ma part ? La voila. (+ article à paraître sur les vraies raisons de l’absence de Mélenchon sur la péniche…)

Lire aussil’éditorial du Monde de ce jour

.

10 réflexions sur “Et si on remettait le F-haine a sa place ? A la niche !

  1. Et, plutôt que de « seulement » renvoyer à la niche « l’épouvantail de la peste brune », ce qui ne reviendrait jamais qu’à se garder sous les nouilles « une glande bourse de recours »- nous nous avisions de « prendre en main nos affaires nous-mêmes » en cessant de de déléguer aux uns comme aux autres le soin de nous concocter des âneries en rafales, en porte-fions, en burnes siliconées, en clystères additionnés dans le sens du vent et des pets tonitruants que nous lâchent sans discontinuité ces larbins de l’ordre existant? Et si nous cessions de leur servir de « valets de pied » leur présentant ces bourriques sur lesquelles « ils se mettent-et-se remettent en selle » dès lors qu’ils se trouvent un peu désarçonnés…ou bien mordent la poussière?
    A chaque fois c’est le même topo, les mêmes propos: le Front de la Raie publique, l’Union de la Gôche, le Veaute Utile, le Sursot Démocratique…

    Bordel: ça commence à bien faire non?

    J'aime

  2. Peut-être que dans le cadre « du gros cul de la personnalité » nous pourrions suggérer que Narine soit poursuivie pour usurpation des tas si vils:

    Sous son groin on retrouve en effet affichés un grand nombre de blazes appartenant à d’autres malodorantes truffes!

    J'aime

  3. Didier Goux est un de ces jaloux furieux qui secrètement trépignent de n’en avoir pas pris à temps…

    Il n’est en vrai pas méchant bien qu’il carbure sans doute pour cela au valium ou au prozac; ce qui lui donne quelques aigreurs…

    Tu veux un vieux Purple haze?

    J'aime

  4. Merci GdC, c’est bien aimable à toi. Mais l’argumentation du camarade D.G me semble policièrement courte.

    D.G ne ferait semble-t-il que « flikiatriser » – hélas- tout ce qui pourrait « sembler » décalé, sortir des sentiers battus des « normes de la contestation sérieuse et sacerdotale » auxquelles il semble attaché tel le prêtre à son missel de vêpres. Il renvoie chacun à une singularité qui nous fait songer que dans ce domaine à chaque fois c’est déjà la police qui est sur les lieux…

    L’humour radical s’est souvent montré dans l’histoire comme infiniment plus subversif pourtant que ce ton austère affiché par « certains camarades ».

    Si D.G ne veut s’éprendre de rire, afin de le dérider, bien que les commémo’ nous emmerdent copieusement l’ordinaire culturel laissé à notre portée, nous lui recommanderions volontiers d’aller trainer sa tristesse du côté de « la cité de la zique » où on peu découvrir/redécouvrir quelques joyeuses saillies vibrantes et parfois salaces du « vieux Jojo de Sête ».

    Pour le reste nous n’épiloguerons pas sur le caractère « maladroitement récupérateur » de cette commémo’-là…ça va de soi!

    Steph.

    J'aime

  5. Didier? tu nous sauves! il est ravissant d’apprendre à quel point « tu pensais ».
    C’est noté.
    Tu te mets donc au fromage de chèvre? Aux champignons? N’oublie-pas de nous en faire part. Il est de ces expériences culminantes que nous ne voudrions surtout pas manquer. Il est bon d’être parfois « de vieux cons
    T’en veux?

    Nan…sans dec: brisons-là…Tu ne vas pas nous les casser sur ce sujet pendant des lustres!? Il n’y aurait rien d’autre à débattre?

    On soupire!!!!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.