les pauvres peuvent se brosser (et les riches exulter)

Voilà donc que l’on libère 300 000 personnes du joug du bouclier fiscal, parmi les moins riches des plus riches… L’UMP fait donc dans le social. Mais ce cadeau n’est que pour les siens, comme à son ordinaire. Jamais un geste pour les pauvres. Ils peuvent crever, crucifiés qu’ils sont par l’augmentation vertigineuse du prix de l’essence, des matières premières, du gaz au 1er avril, des difficultés à se loger, du prix des voitures neuves de plus en plus inaccessible, des assurances, etc etc etc… (exemple de liste plus exhaustive ici).

Et d’ici qu’on supprime le RSA parce qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses alors que cette mesure de libération fiscale va coûter au contribuable moins fortuné la bagatelle de 2 milliards d’euros supplémentaires ¹ , il n’y a qu’un pas qu’à mon humble avis l’UMP aurait déjà franchi, avec la bénédiction du Medef , s’il n’avait si peur des réactions populaires que cela ne manquerait pas d’engendrer…

oh, je sais bien ce que pourrait bien me rétorquer mes contradicteurs face à cet argument : « faire payer les riches, vous n’avez donc que cela comme argument » ? Les libéraux de tous bords quant à eux semblent bien avoir trouvé une autre solution :

Il faut prendre l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire chez les pauvres. Bon d’accord, ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres.   [Alphonse Allais]

C’est à Neuilly qu’on doit jubiler….

 

.

¹ Supprimer le bouclier représenterait une « économie de 679 millions d’euros » tandis que supprimer l’ISF reviendrait à « se priver de 3,4 milliards d’euros ». Et « le rendement budgétaire d’une tranche à 46 % serait compris entre 700 millions d’euros et 1 milliard d’euros ». « Il manquerait entre 1,7 et 2 milliards d’euros pour le bouclage budgétaire de cette réforme », relève le syndicat. (Union SNUI-SUD Trésor Solidaires ) (source Le Monde)

5 réflexions sur “les pauvres peuvent se brosser (et les riches exulter)

  1. Profits en hausse de 85 % pour les groupes du CAC 40.

    Les grands groupes français ont quasiment effacé le creux de la crise économique. En 2010, les sociétés composant l’indice CAC 40, ont réalisé globalement un chiffre d’affaires de 1 262 milliards d’euros, en augmentation de 6,92 % par rapport à l’année précédente.

    Une performance proche du point haut de 1 293 milliards d’euros atteint en 2008, selon les données compilées par le cabinet d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC) en exclusivité pour Le Monde, en partenariat avec France Info.

    Même constat en ce qui concerne les bénéfices : le résultat cumulé des quarante sociétés de l’indice atteint 82,5 milliards d’euros, soit 85 % de plus que l’année passée.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/03/04/profits-en-hausse-de-85-pour-les-groupes-du-cac-40_1488191_3234.html

    J'aime

Les commentaires sont fermés.