En acte de pure contrition alliot-mariesque…

 

Je suis conscient du fait que je ne vais pas me faire que des amis par ce billet, mais je me devais de réagir, une petite voix au fond de moi me l’ordonnant expressément. Croyez bien, chers confrères que j’en suis désolé…

 Il m’appartient en effet de ne pas me prêter au faisceau de tirs nourris au ton si volontiers condescendant (pour une femme qui je le rappelle est – encore – ministre en exercice, et dont la parole ne saurait être remise en doute), engendrés par la polémique incessante (et finalement assez lassante, chacun en conviendra aisément) qui utilise chacun des faits et gestes de Mme Michèle Alliot-Marie, cette femme exceptionnelle et courageuse  pour en faire le bouc émissaire facile de tout un gouvernement qui n’a pourtant  (n’est-ce pas ?) aucunement démérité ces derniers mois… Ainsi, donnez moi zan un seul exemple, de cette corruption, de cette prétendue mafia oligarchique qui se serait emparée des rênes du pouvoir dans notre grande et noble patrie, comme le clament si haut et si fort cette horde de bolchéviques stalino-trotskystes à tendance islamisante qui tentent si ouvertement de faire vaciller les bases vertueuses de notre gouvernement pourtant emprunt de justice et de vérité   ? !

 Je confesse m’y être prêté, moi aussi,  autrefois,  poussé là malencontreusement par la préoccupation médiatique inhérente à toute activité de bloguage (qui écrit pour ne pas être lu ?),  mais je vous implore, Monsieur Sarkozy, Mr Ollier, Madame la Ministre, Monsieur et Madame Marie, de ne pas m’en tenir rigueur, ce fût là en effet pur pêché de gourmandise scripturale et d’imposture  narcissique …

 Répugnant à continuer ainsi de poursuivre le grand œuvre de mes collègues blogueurs (et gueuses) gauchistes et autres acteurs et interlocuteurs du champ politique français, qui s’acharnent si incompréhensiblement,  telles des hyènes lubriques assoiffées de sang qui ne chassent qu’en  meute, à massacrer plus ou moins proprement une femme à terre, ce qui est contraire à tous mes principes, je déclare donc solennellement me refuser désormais à toute entreprise de cette nature, qui ne saurait conduire immanquablement qu’au retour du chaos et de la chienlit dans notre grand et beau pays.

 PS. Mam chérie, surtout tiens bon, et ne démissionne pas : on t’aime ! ou pas

.

Une réflexion sur “En acte de pure contrition alliot-mariesque…

  1. Ego te absolvo …. etc.

    Comme pénitence vous me lirez trois fois les dix premiers articles de la constitution

    Allez en paix, mon fils et que Dieu vous garde.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.