Justice : forte avec les faibles, faible avec les forts ?

 

Alors que la loi de réquisition dite loi Dalo (voir ici pour + de détails) n’est  jamais  appliquée, la loppsi 2 quant à elle semble l’être déjà pour la plus grande joie des puissants puisque le TGI de Paris à ordonné hier matin  « l’expulsion immédiate et sans délai » du collectif jeudi noir de l’immeuble qu’ils squattaient Avenue Matignon, dont  le propriétaire, à l’origine de la plainte, a il est vrai grand besoin de l’usufruit de ses loyers puisqu’il s’agit ni plus ni moins que… d’AXA.

Le collectif dénonce à juste titre  cette décision visant à expulser « des jeunes précaires au coeur de l’hiver« ,  puisqu’une une trentaine de personnes occupent depuis le mois de décembre le bâtiment de huit étages¹, vide depuis trois ans et situé au 22 de l’avenue Matignon, à deux pas de l’Elysée, pour dénoncer la crise du logement. L’assureur a évoqué des problèmes de sécurité pour réclamer leur départ … le lecteur appréciera.

Je vous ai donné l’adresse… Maintenant,  pour ceux et celles qui le peuvent, vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous voulez leur apporter votre soutien. Je pense qu’il sera bienvenu.

 

¹ On imagine que c’est pour leur plaisir et l’amélioration de leur confort quotidien…

 

P.S. : A l’heure qu’il est, voilà où l’histoire en est… Je propose de réactualiser ce billet en temps réel, grâce à vos yeux, et aux miens… par des liens adéquats.

Le figaro (et oui..), vers 16H00.

L’agence Reuters, à 16H17 (réactions du groupe communiste et parti de gauche au conseil de Paris, du Parti socialiste, d’ Europe Ecologie-Les Verts).

20 mn. fr : expulsion imminente… Les squatters se préparent à l’état de siège…

Le 17 février 2011, 0H34 : l’expulsion n’a toujours pas eu lieu…

18 février 2011, 8H30 : fin de l’aventure. Expulsion terminée. Détails dans un billet à suivre.

6 réflexions sur “Justice : forte avec les faibles, faible avec les forts ?

  1. Bernard Marie, le père de Michèle Alliot-Marie, a donné, mardi soir sur Europe 1, une autre version que celle de sa fille concernant le choix leur destination de vacances.

    Celles-ci étaient initialement en Dordogne mais le mauvais temps l’aurait incité à contacter son ami Aziz Miled, «chez qui nous étions déjà allés». L’homme d’affaire leur aurait proposé de séjourner dans son hôtel de Tabarka.

    «C’est à ma demande que Monsieur Miled a organisé notre séjour ensemble dans un hôtel», a précisé Bernard Marie.

    Leur hôte aurait mis son avion à leur disposition pour leur éviter «deux heures et demie de voiture en pleine nuit».

    Le père de MAM ne voit pas pourquoi sa fille et son gendre «auraient pris la route alors que Monsieur Miled mettait son avion à notre disposition pour nous amener là-bas».

    http://www.leparisien.fr/politique/contrat-et-sejour-en-tunisie-mam-et-son-pere-sur-la-defensive-15-02-2011-1317059.php

    Ce n’est pas du tout ce qu’avait expliqué Michèle Alliot-Marie devant les députés.

    Voici la déclaration de Michèle Alliot-Marie à l’Assemblée Nationale, mercredi 2 février, quand elle répond au député Olivier Dussopt :

    «Arrivant après Noël à Tunis, un ami (NDLR : Aziz Miled) qui allait à Tabarka, lieu final de destination avec son avion, m’a effectivement proposé de voyager avec lui, puisqu’il avait des places, plutôt que de faire les deux heures de voiture. Il n’a, à aucun moment, mis son avion à ma disposition. Je l’ai accompagné pendant vingt minutes de trajet en avion.»

    http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html

    Alors, qui dit la vérité ?

    Bernard Marie ?

    Ou alors Michèle Alliot-Marie ?

    J'aime

  2. Je croyais qu’il ne fallait pas réagir sous le coup de l’émotion et encore moins remettre en cause les juges qui font leur travail. ça doit dépendre des sujets…

    J'aime

  3. Ce qui est grave dans ces histoires de squat, c’est que les propriétaires n’ont plus le droit de disposer de leur bien comme ils l’entendent. Et comme le disent certains, il y a effectivement des places en HLM en banlieue. Mais beaucoup moins chic, moins fun que d’occuper illégalement un immeuble dans les beaux quartiers. Ces bobos gauchos ont ainsi l’impression qu’ils vont soulager la misère du monde. Pour ma part, je paye pour les appartements de mes enfants étudiants. Malheureusement, aujourd’hui, beaucoup ont perdu le sens de l’effort et exige tout de l’État maman. Avoir tout, tout de suite, sans rien faire. Voilà la nouvelle devise.

    J'aime

  4. @oui, ça dépends des sujets. Contrairement à vous, je n’ai pas une opinion arrêtée sur tout : j’étudie la question. Et là, en l’occurrence, je fais référence à la loi (Dalo) et non à l’émotion.

    J'aime

  5. Je croyais que nos magistrats et la Justice française étaient au dessus de tout reproche!!!!!!
    Maintenant, parce qu’une bande de rigolos se font expulser d’un squat par les mêmes, la Justice est injuste….
    Il faudrait peut être arrêter les conneries et réaliser que la démocratie est fondée sur le respect des lois de la République. Ce respect est fondamental, même s’il ne fait pas toujours plaisir, ou pire, s’il entraine ce qu’on perçoit comme une injustice!

    J'aime

  6. @xgerard : je viens de répondre ci-avant… sais tu lire ? La loi doit être respectée par TOUS… c’est une décision politique, et non judiciaire, sans quoi le droit de réquisition serait lui aussi respecté, et certains ne seraient pas obligés de faire ce genre d’actions pour faire respecter leur droit le plus élémentaire : celui d’avoir un toit. Croyez vous qu’ils squattent par plaisir ? Enfin, en écrivant cela, on voit de quel côté vous êtes…. Celui d’Axa et des puissants, et non des plus démunis. Le masque tombe, trolls frontistes…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.