Mordor, ou l’idéologie dominante

Sur la place du marché, forcément libre et non faussé, un homme (seul ?) devant un bulldozer : l’idéologie libérale, de marque RGPP, en France…

 

A brûle-pourpoint, comme ça, au fil des pensées, m’est advenue, à la suite de cet article du Monde, l’idée de tenter de caractériser sans aucun support, en totale impro, l’idéologie dominante.

Ce la donne un peu près ça, à gros traits (pour les nuances, vous repasserez plus tard, je compte sur vos commentaires pour affiner ma pensée et vous la préciser davantage)…

Il n’y aurait donc aucun salut en dehors de la sacro-sainte religion du marché libre et non faussé, de la libre concurrence, cette idéologie inexpugnable professée, véhiculée et imposée à grand train de réformes soi-disant pragmatiques et incontournables par des technocrates européens, dans notre (autrefois) beau pays, sous prétexte de meilleure santé économique… Noble préoccupation ma foi fort altruiste ! Mais quelle économie ? Cette razzia sur les biens publics et l’intérêt communs que nous observons tous n’apporte en effet que souffrance, destruction d’emplois et disparition d’entreprises, d’administrations, sans parler de délocalisations sauvages qui voient des salariés se retrouver un lendemain, qu’on dirait de cuite, devant une usine déménagée la nuit, ou informés par téléphone (comme cela s’est passé dernièrement aux états unis..) de leur licenciement immédiat. Violence totale d’une idéologie qui ne dit pas son nom, qui se couvre sous le masque de l’adaptation à la réalité, alors qu’elle est bien une idéologie, c’est à dire l’action impulsée par un dogme, qui se qualifie de moderne, alors qu’il est mû par l’émotion la plus ancestrale, voire préhistorique : la cupidité du chasseur qui vole sa proie à un autre membre du clan, sans considération pour ses liens de parenté, d’amitié, ou de proximité… même réduite à la dimension géographique.

Cela porte un nom : le libéralisme, cette « doctrine qui pose en priorité que, dans un poulailler, les poulets sont totalement libres… tout comme le renard » (Joao Mellao Neto) (ça, j’ai du le rechercher, je vous le concède, je ne me souvenais plus de l’auteur…).

Cette doctrine traverse tous les courants de pensée, tous les mouvements politiques, et s’est introduit lors de ces 20 dernières années dans tous les domaines d’activité, y compris ceux qui devraient de par leur nature y échapper : éducation, formation, énergie, eau, social, santé… j’en passe et des meilleurs (ainsi, actuellement, le passage en force de la RGPP dans le domaine de la justice, et de la sécurité publique). Cette idéologie a introduit sa froide et inhumaine logique purement technicienne, administrative et comptable (avec de grandes similitudes avec celle qu’on a pu observer dans la planification de la « solution finale ») dans les méandres les plus éloignés à priori de la nécessité de rentabilité, comme pour seul exemple dans mon milieu professionnel, l’accompagnement des personnes handicapées, physiques et psychiques. Elle contraint tous les acteurs à se plier à une logique purement marchande dans laquelle chacun et mis en concurrence de l’autre, sur le plan individuel et collectif, avec pour seuls critères d’évaluation de la performance (qui atteint jusqu’au secteur public ! Étrange paradoxe… crucifiante ambigüité…) des éléments chiffrés, comme si la bonté, la bienveillance, le souci de rendre le monde harmonieux et plus doux (dans un monde si brutal..) pour les moins favorisés d’entre nous, la ferme intention de voir respectés les droits les plus élémentaires de chacun, alors qu’ils pourraient être si facilement violés face à des personnes aussi démunies, tout cela pouvait se quantifier dans un tableau de bord de gestion avec des ratios aussi basiques que la pensée qui les a vus naître… je ne sais pas si Dieu existe, mais le diable, très certainement : c’est un comptable. Pas d’états d’âme. Seuls des chiffres viennent électriser son réseau de neurones déficient : il y manque quelque chose…

C’est ce quelque chose qu’il nous faut réinventer, nous sommes nombreux à en avoir conscience, ce plaisir d’être ensemble, ce zeste d’humanité dans un monde qui n’est pas que structure osseuse, mais aussi chair, sang, sentiments, émotions, pulsions, impulsions, et… oui, aussi raisonnement. Il faut de tout pour faire un monde, comme disait ma grand-mère. Et celui qu’on nous présente comme le seul possible est amputé de tant de ses parties qu’il en devient comme l’ombre de lui-même. L’univers de Mordor

Il est urgent de contribuer, chacun à notre manière et selon nos possibilités, à l’avènement d’une autre forme de société, plus généreuse, plus soucieuse de chacun, sans laisser qui que ce soit, même les plus humbles, les plus souffrants, les plus étranges (et étrangers..), qu’ils soient jeunes ou vieux, en pleine possession de leurs moyens (ou pas) sur le bord de la route. Qui commence un peu trop, dans la société française actuelle, à voir ses bas côtés jonchés des victimes de la guerre économique qui se joue sous nos yeux, sorte d’ouragan idéologique sournois contre lequel il s’avère si difficile de lutter tant l’ennemi est invisible, tapi derrière des écrans de contrôle de flux boursiers, lové bien à l’abri derrière des fonds de pension, drapé du beau discours de la nécessité économique et des directives européennes…

Pourtant, et c’était là le sens de notre non, en 2005, une autre Europe est possible. Celle-ci se montre bien cruelle envers nos voisins, nos amis les plus démunis face à l’hydre capitaliste, qui les broie sans égards ni remords… et sans jamais penser que l’on puisse faire autrement. Pragmatisme vous dis-je !

Ce pragmatisme là, ce réalisme là, je le conspue : c’est un nouvel obscurantisme, qu’il s’agit de démasquer. Avec ou sans l’aide de médias aux ordres, qui répandent le souffre de leur pensée certes dominante, mais nauséabonde.

Nous ne voulons pas de ce monde là.

10 réflexions sur “Mordor, ou l’idéologie dominante

  1. Des primes au mérite versées aux chefs d’établissement, confirme Luc Chatel.

    Rythmes scolaires, suppressions de postes, primes sur objectifs aux chefs d’établissements : les sujets d’actualité – et de polémique – sont nombreux autour de l’Education nationale.

    Le ministre Luc Chatel répond, point par point, au micro France Info de Raphaëlle Duchemin, et confirme la signature d’un accord avec les syndicats de principaux et de proviseurs : les salaires des chefs d’établissement intègreront une part variable.

    Primes sur objectifs :

    Le ministre de l’Education confirme sur France Info la signature d’un accord avec les syndicats de chefs d’établissements (proviseurs de lycées et principaux de collèges). Accord qui met en place une prime sur objectifs pouvant aller jusqu’à 6.000 euros tous les trois ans. « Le gouvernement a décidé de développer une rémunération variable liée aux performances de nos cadres, comme cela existe dans l’immense majorité des entreprises de notre pays ».

    http://www.france-info.com/chroniques-les-invites-de-france-info-2011-01-25-des-primes-au-merite-versees-aux-chefs-d-etablissement-confirme-511258-81-188.html

    Cette phrase de Luc Chatel sera la phrase la plus importante de l’année 2011 :

    « Le gouvernement a décidé de développer une rémunération variable liée aux performances de nos cadres, comme cela existe dans l’immense majorité des entreprises de notre pays ».

    Cette phrase de Luc Chatel résume la « philosophie » de l’UMP : tout doit être privatisé.

    Tout doit devenir une entreprise privée (sauf la Justice, la Police et l’Armée car il faudra réprimer les émeutes).

    J'aime

  2. Eh bien, répondons par la harangue d’Aragorn avant l’assaut du Mordor 🙂

    « Hommes du Gondor et du Rohan, mes frères..! Je lis dans vos yeux la même peur qui pourrait saisir mon coeur ! Un jour peut venir, où le courage des hommes faillira… où nous abandonnerons nos amis et briserons tout lien.

    Mais ce jour n’est pas arrivé ! Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’âge des hommes s’effondrera… mais ce jour n’est pas arrivé. Aujourd’hui nous combattrons !

    Pour tout ce qui vous est cher sur cette bonne terre, je vous ordonne de tenir, hommes de l’Ouest ! »

    J’avais fait un petit bouquet de liens vraiment très documentés, sur le même thème, pour nos amis Tunisiens… J’espère qu’ils pourront éviter, dans la construction de leur Démocratie, la case « otage des multinationales et des financiers » : http://bit.ly/hsDrW1

    Sinin : « Il n’y aurait donc aucun salut en dehors de la sacro-sainte religion du marché libre et non faussé »
    Quand on vous dit qu’un système est le seul possible… et qu’il envahit TOUS les domaines de la société, ça s’appelle le Totalitarisme.

    J'aime

  3. @gauchedecombat

    Mae Govannen !

    Oui, quand on utilise la porte de la Moria comme avatar un peu partout, c’est bien le moins de connaître Tolkien 🙂

    Et sinon, « Monsieur » est une dame… ^^
    Mon pseudonyme complet est « Lohiel Thilgalad de Fondcombe », même… Comme quoi la Résistance et l’esprit ludique ne sont pas incompatibles. D’ailleurs, vous remarquerez que la citation « l’Ombre s’est étendue sur les Terres de l’Ouest », venue de la fiction, reprend maintenant un sens très clair dans la réalité.

    J'aime

  4. Mercredi 2 février, devant l’Assemblée nationale, la ministre Michèle Alliot-Marie s’était expliquée une première fois : elle avait rencontré Aziz Miled à l’aéroport de Tunis. Aziz Miled lui avait alors proposé de voyager avec lui, dans son jet privé, jusqu’à Tabarka. Le vol dans ce jet privé avait duré 20 minutes.

    Rien d’autre. Rien de plus.

    Voici la déclaration de Michèle Alliot-Marie à l’Assemblée Nationale :

    «Arrivant après Noël à Tunis, un ami (NDLR : Aziz Miled, propriétaire de l’avion et de l’hôtel où a séjourné le couple) qui allait à Tabarka, lieu final de destination avec son avion, m’a effectivement proposé de voyager avec lui plutôt que de faire les deux heures de voiture. Il n’a, à aucun moment, mis son avion à ma disposition. Je l’ai accompagné pendant vingt minutes.»

    Samedi 5 février, Le Nouvel Observateur explose la ligne de défense de Michèle Alliot-Marie :

    Le deuxième voyage en jet privé de Michèle Alliot-Marie.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110205.OBS7561/info-obs-le-deuxieme-voyage-en-jet-prive-de-michele-alliot-marie.html

    J'aime

Les commentaires sont fermés.