un geste fort pour un homme juste


Il s’agit d’un proviseur du Nord, cité par l’AFP (ne cherchez pas, c’est repris par plusieurs journaux tel quel) qui se nomme Michel Ascher.

En fait, les journaux ne se sont pas trop foulés en reprenant le communiqué de l’AFP puisqu’il s’agit d’un proviseur honoraire, une distinction due à sa compétence et à son expérience… au point qu’il ait été promu Chevalier dans l’ordre des Palmes Académiques par François Bayrou, et le 1er octobre 2004 par François Fillon, ministre de l’Education Nationale de l’époque, au grade d’officier dans l’ordre des Palmes Académiques.

« Je reçus cette distinction comme un honneur » avoue-t-il… C’était probablement dans une autre époque, où ce genre de distinction avait encore un prix… Aujourd’hui qu’elle n’en a plus à ses yeux, il a donc décidé de la retourner à l’expéditeur. Motif : son mécontentement face à la logique exclusivement comptable de ce Ministère. Il se déclare en effet « scandalisé » par un décret du 12 novembre 2010 qui institue une part variable dans les primes versées aux recteurs « en fonction des objectifs atteints », parmi lesquels figurent les suppressions de postes.

Cette« part variable » dont le montant pourra aller jusqu’à 45% de la part fixe, représente donc de 0 à 6.840 euros. Au total, un recteur pourra avoir jusqu’à 22.000 euros de prime. « Qu’est-ce que ça veut dire d’agiter 7.500 euros au nez des recteurs s’ils arrivent à supprimer un maximum de postes dans les académies ? »

« Ceci m’a paru tellement scandaleux, que la coupe est pleine, il fallait que symboliquement, je fasse un geste fort »

Ce geste, il l’a fait. Au nom de beaucoup d’autres, je crois, je lui en suis reconnaissant. C’est une partie de l’infamie que nous vivons au quotidien qui se retrouve un peu lavée par son geste.

Merci Monsieur Ascher. Toute mon admiration.


Post-scriptum :

Voici la lettre qu’il a envoyée au Ministre de l’éducation nationale, Luc Chatel. J’en retiens ce passage, qui m’a particulièrement touché :

« Par votre mépris et votre cynisme vous humiliez tous les personnels de l’Education Nationale qui n’en peuvent plus de devoir accomplir leur mission dans des conditions que votre politique à très court terme rend de plus en plus déplorables.

Je ne peux, Monsieur le Ministre que vous transmettre l’expression de ma très profonde tristesse »

J’y joins la mienne. Avec la pointe de révolte qui me caractérise aussi.

4 réflexions sur “un geste fort pour un homme juste

  1. Là je n’ai pas le temps je pars travailler, mais j’en ferai une copie de cette lettre pour la mettre sur le panneau syndical du lycée. Merci pour le document.

    J’aime

  2. Fonction publique : nouvelle offensive contre le statut des fonctionnaires.

    Le député Jean-François Mancel (UMP) a déposé le 13 janvier 2011 une proposition de loi qui propose une évolution radicale du statut de la fonction publique et des services publics. Elle vise à réserver le statut de la fonction publique aux seuls agents exerçant une fonction régalienne (Justice, Police, Armée).

    http://www.lagazettedescommunes.com/53951/fonction-publique-nouvelle-offensive-contre-le-statut-des-fonctionnaires/

    La proposition de loi est la suivante :

    Article 1er

    Les articles 2 et 3 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires sont ainsi rédigés :

    « Art. 2. – La présente loi s’applique aux agents civils des administrations de l’État, des régions, des départements, des communes et de leurs établissements publics y compris les établissements mentionnés à l’article 2 du titre IV du statut général des fonctionnaires de l’État et des collectivités territoriales, à l’exclusion des fonctionnaires des assemblées parlementaires et des magistrats de l’ordre judiciaire, qui ont vocation à occuper les emplois définis à la seconde phrase du premier alinéa de l’article 5 bis.

    « Les autres agents sont régis par les dispositions du code du travail.

    « Art. 3. – Sauf dérogation prévue par une disposition législative, les emplois civils permanents de l’État, des régions, des départements, des communes et de leurs établissements publics définis à la seconde phrase du premier alinéa de l’article 5 bis, sont, à l’exception de ceux réservés aux magistrats de l’ordre judiciaire et aux fonctionnaires des assemblées parlementaires, occupés soit par des fonctionnaires régis par le présent titre, soit par des fonctionnaires des assemblées parlementaires, des magistrats de l’ordre judiciaire ou des militaires dans les conditions prévues par leur statut. »

    Article 2

    Les dispositions de l’article 1er s’appliquent aux agents recrutés à compter de la publication du décret mentionné à l’article 3.
    Les agents recrutés avant cette publication peuvent, à leur demande, être régis par les dispositions du code du travail, dans les conditions définies par le même décret.

    Article 3

    Un décret en Conseil d’État fixe les modalités d’application de la présente loi.

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3088.asp

    J’aime

Les commentaires sont fermés.