débat public : 1. L’abstention et la résignation

Je tiens à relayer ici le commentaire que je viens de laisser sur le blog Le Gavroche, dans la mesure où il me semble constituer un vrai débat, dont devrait vite (le temps presse !) s’emparer la gauche.

 A l’heure où nous en sommes, que ce soit sur le web, et plus particulièrement dans la blogosphère politique de gauche (dans son acceptation très large…) comme dans la vraie vie, sur le terrain militant, dans les réunions de partis, il y a une propension à (déjà ?) évoquer des notions de vote utile, c’est-à-dire à prendre en compte une dimension prétendument stratégique impulsée par des vieux de la vieille, des routards de la politique qui n’ont pas encore compris que nous vivons une époque sans rapport avec le passé, qui appelle des solutions et des comportements nouveaux, plus emprunts de morale, d’adéquation entre les discours et les actes, dans laquelle les coups bas et tordus, les ententes incongrues de coulisse ne sont plus de mise.

 Il faut d’urgence éclaircir le débat et les parties en présence, et que la majorité de ceux qui votent et même de ceux qui ne votent pas ou plus entendent enfin se voir proposer un programme sans ambiguïtés.

 C’est pourquoi le billet de Matthieu m’a particulièrement interpellé, car le sujet de l’abstention et des moyens d’y répondre m’apparaît essentiel :

 

@matthieu : comme je l’ai signalé dans l’un de mes derniers billets, cet article est particulièrement intéressant et pourrait constituer une base de débat à gauche (vraiment) dans la mesure où il explore un thème peu souvent visité, qui est celui des bonnes raisons qu’ont les gens de ne pas ou plus aller voter…du phénomène de l’abstention donc, qui pourtant, stratégiquement, constitue si l’on sait le traiter et y répondre, une bonne réserve de voix pour la gauche, si l’on est en mesure de proposer un programme enthousiasmant qui répond à leurs préoccupations quotidiennes telles que celles que tu évoques ici.

Cela répond d’une autre manière, à mes yeux bien plus intéressante, à la question du vote utile… sous entendu « pour le PS, seul parti de gauche en mesure de l’emporter » alors qu’il est si étroitement concurrencé comme l’histoire électorale récente l’a prouvé (et certaines collusions dénoncées notamment par l’ami des pas perdus) par Europe écologie, qui semble avoir les mêmes intérêts (libéraux) et les mêmes valeurs légèrement teintées en sur relief par des motivations écologiques, avec de plus le même type d’électorat. On le voix bien à travers des personnages comme Marc Vasseur, blogueur (re) de son état, mais aussi militant politique (ce que je respecte) qui est passé du PS à Europe écologie pour en revenir très vite, soi-disant dégoûté par les appareils politiques, mais avant tout l’illustration de transfuges faciles car de ma place, ces deux partis, c’est bonnet blanc et blanc bonnet….

Un autre monde est possible (je suis avant tout de gauche mais alternatif) et je considère que pour le moment, seul le front de gauche et plus particulièrement le parti de gauche (que je vois comme un parti de transition de nature à agréger les différents courants de l’autre gauche et l’électorat populaire) est en nature de l’incarner.

Aussi, on ne peut pas tenir le discours sommaire qui consiste à déplorer le fossé entre les appareils politiques et les gens ordinaires (le peuple, ce n’est pas un gros mot pour moi !) et ne pas se préoccuper de proposer un programme qui montre à nos concitoyens qui ne votent plus que nous pouvons leur proposer quelque chose qui tienne la route et qui réponde à leurs préoccupations. Et qui par ailleurs démontre à tout un chacun, en le prenant en compte dans son organisation, que les politiques ne sont pas tous les mêmes du genre « tous pourris »..  Pour cela l’une des propositions que j’ai vue exprimée dans le programme partagé du front de gauche qui consistait à faire définir une constituante par et pour le peuple, et d’interdire ensuite à ceux qui y ont participé de participer au gouvernement qui concrétiserait ce projet m’apparaît comme un bon moyen de lutter contre la professionnalisation des politiques. Et donc de répondre concrètement aux critiques courantes, ayant une base bien réelle, de ce que tu qualifies à juste titre de « sentiment général d’indignation face à l’impunité des puissants » et de la collusion des pouvoirs politiques et financiers.

J’attends avec impatience les commentaires suivants de la gauchosphère que j’ai invitée à se joindre à nous (je crois même que je vais le faire de manière encore plus visible et tonitruante) sur le sujet. Il m’apparaît essentiel pour la sauvegarde de notre démocratie. Sans quoi, nous n’allons faire que reproduire les errements du passé, et la reconduction d’appareils politiques qui se résumeront à un duel Sarkosy (ou Le Pen) versus DSK… et la reconduction d’un type de société inégalitaire que nous sommes de plus en plus nombreux à dénoncer.

Il nous faut sortir des cadres habituels. L’époque et nos concitoyens, et plus particulièrement les plus modestes (voir carrément en difficultés…) le réclament à corps et à cris…

Ne laissons pas par notre inaction et absence d’action  ces cris devenir des actes… dont la tension, la frustration et le sentiment d’injustice (qui ne demandent qu’à s’exprimer) qu’ils véhiculent transformeraient bien vite en violence

Ce ne sera pas faute d’avoir prévenu.

 Post-scriptum : je complète ce que je viens d’écrire en signalant que ce que j’écris à propos du programme partagé du front de gauche n’est pas une illusion, contrairement à ce qu’en pourraient penser nos détracteurs.

Regardez du côté de l’Islande… La crise financière est une catastrophe, mais aussi une chance pour le peuple de se ressaisir et de prendre son destin en main, en refusant la résignation, très concrètement :  Oui, un autre monde est (réellement) possible

 

Je propose donc  à présent aux  collègues de ma liste de blogs amis à venir prendre parti au débat.  J’appelle donc à la barre :

..

18 commentaires

  1. Pour répondre en 1 phrase : il semble que les véritables changements s’obtiennent par rapport de force c’est à dire dans la rue (si les syndicats avaient appelé à la grève générale cet automne tout le monde s’y serait mis et l’autre n’aurait eu d’autre solution que de plier), tandis que le vote peut AU MIEUX porter au pouvoir une « gauche gentiment réformiste » (c’est d’ailleurs à peu près ce que disait François Ruffin dans le dernier « Fakir » (1)).

    (1) http://www.fakirpresse.info/articles/367/preparer-l-apres-sarkozy.html

    J'aime

  2. @ GdC, oui, si Mélenchon prend toute la place dans les médias – s’il est le chouchou des médias parce qu’il fait le spectacle à lui tout seul et qu’il est facile également à attaquer – et qu’il semble donc s’imposer dans le Front de gauche, il n’en reste pas moins qu’il n’est pas tout seul en lice dans cette aventure. Et les autres ont également leur mot à dire.
    On verra ce qui se passera le moment voulu, mais il est clair qu’il faudrait se décider pour un leader assez vite.
    Quant à espérer que le changement passera par les urnes, je voudrais bien, mais, dans le cas de figure actuel, c’est impossible. Rien ne les fait bouger, ni le respect des institutions, ni les manifestations pacifistes, ni un sursaut moral, rien.
    Il ne reste que la résignation ou les actions violentes. En espérant qu’elles se feront avec le moins de casse possible.
    Pour ce qui est d’une victoire de la gauche (de gauche) aux élections, c’est impossible également à l’heure actuelle. Tout est verrouillé par la propagande. Et ils ne lâcheront pas, bien au contraire, jusqu’en 2012.

    J'aime

  3. Consumériste : ahah ! je vois , je vois !!! putain t’as eu vite fait de résumer mon article toi ! apparemment t’as lu que la fin ! c’était une image voyons ! …eh oui, quand on voit tout ce qu’on voit de nos politiques , eh bein, oui , y’en a qui vont à la pêche ! et qui se disent  » elections piége à con « 

    J'aime

  4. Consumériste ? ..Alors là je ne vois pas ..la moindre lueur dans mon article ..

    « Je ne pense pas quant à moi que les politiques soient des fromages »

    tant que y’en aura pas un qui fera voler en éclat la démocratie représentative , qui admettra que le peuple a toute sa place , à chaque moment ! tant que la Constitution ne sera pas écrite par le peuple ..tant qu’il n’y aura pas un contrôle permanent du peuple … Pour moi, ce seront tous des fromages , qui se complaisent dans le systéme , qui leur va si bien , pour fabriquer des élites ! des carriéristes à vie !…

    Etre révolutionnaire , pour moi, c’est çà ! ….Foutre en l’air ce systéme de caste ! de réseaux ! ..la politique ce n’est pas un métier ! c’est une vocation ! … je n’autorise pas tous ces gens là qui se relaient les uns les autres , par le jeu de l’alternance, à penser éternellement pour moi, et faire mon bonheur ! …Au diable les professionnels de la politique ! tous autant qu’ils sont ! …

    J'aime

  5. @emcee : merci pour cette réponse argumentée qui vaut son pesant de cacahuètes.. je l’ai mise en lumière sur twitter, et j’aimerais que bien des gens méditent tes propos, que je partage, même si la vérité est dure à entendre pour quelqu’un de mon âge, si légitimiste que je suis. En effet, contrairement à ce que les gens pensent, je suis très respectueux de l’ordre républicain… quand il l’est. je ne me serais pas réveillé en politique si je n’avais pas vu poindre la menace sarkozyste. Chirac ne me dérangeait pas tant que cela. Mais aujourd’hui, ma conscience politique s’est affirmée, affinée… Et ce que je vois m’est insupportable : depuis le non au TCE, effectivement, quelque chose à changé, tu fais bien de le souligner… le mérpis que les classes dominantes ont signifié au peuple par le piétinement de cette expression populaire, ils devront bien le payer un jour ou l’autre.. Je préférerais que ce soit par les urnes plutôt que par des explosions de violence dans lesquelles personnes n’a rien a gagner… Et surtout pas les gens « d’en bas » », qui comme dab, paieront encore les pots cassés. Les pauvres ont toujours tort.

    Quant à ta question sur Méluche, effectivement, elle est sensée. Il faudra bien (et plus rapidement qu’au ps, si possible…) départager les deux candidats. Et ce n’est pas qu’une question d’appareil politique, mais de méthode… et de pratique de la politique. Chassaigne et Mélenchon, ce n’est pas vraiment bonnet blanc et blanc bonnet; Même phrygien. Que les électeurs décident. Moi je sais où va ma préférence… Et ce n’est pas qu’une question d’idées, de programme, mais également de compétences différentes. Que le meilleur gagne !

    J'aime

  6. Et, puisque je gagne, je joue encore … 😉
    Je voudrais revenir sur l’abstention: elle a été minime lors de l’élection de Sarkozy, et tout a été fait pour que celui-ci soit élu. Ils (l’oligarchie) se sont choisi la candidate la plus improbable qui, par ses tergiversations, ses reculs, l’absence de clarté dans son programme et son ego, n’était pas un danger pour l’autre camp. Mais qui a fait, malgré tout, plus ou moins le plein (avec mauvaise grâce) des voix de ceux / celles qui savaient que si sarko était élu, nous allions encore plus à la catastrophe.
    Mais tout le monde n’est pas politisé et les boniments simplistes, bien qu’invraisemblables, de NS ont fonctionné.
    Il allait, la main sur le cœur, augmenter la retraite des personnes âgées, débarrasser les rues de la racaille, permettre de « travailler plus pour gagner plus », augmenter le pouvoir d’achat, etc.
    A la suite de cette élection, tout le monde a cherché des boucs-émissaires parmi la population. C’était les vieux, les abstentionnistes, que sais-je encore, qui avaient fait perdre les élections.
    Non, c’était la propagande acharnée de l’oligarchie qui présentait NS comme le meilleur candidat et les fourberies du PS qui avait été incapable (/ n’avait pas voulu) de présenter un (e) candidat(e) crédible et ancré à gauche – et qui, de plus, avait mis des bâtons dans les roues de la candidate théoriquement choisie « démocratiquement ».
    Mais plutôt laisser filer la présidentielle que de se tourner vers la gauche. D’ailleurs, Royal ne faisait-elle pas des appels du pied à Bayrou?
    Pour revenir à l’abstention, je lis: « s’abstenir, c’est faire le jeu de la droite « .
    Donc, s’abstenir, c’est être irresponsable.
    Oui mais voilà: pour qui doit-on voter si on ne veut pas « faire le jeu de la droite »?
    Où on en revient au « vote utile »: soit on va directement voter pour le PS (qui, je le rappelle, ne « s’inscrit plus dans un projet socialiste ») , soit on va voter pour la gauche de gauche. Oui, mais : ceux qui ont voté pour des petits partis ont aussi été accusés d’avoir « fait le jeu de la droite ».
    Et donc, quand on dit qu’il ne faut pas s’abstenir, on veut nous dire de voter non pas selon notre propre choix, mais pour le candidat (qu’on aura soi-même privilégié, à l’exclusion de tous les autres) qui serait le mieux placé à gauche (même si celui-ci ira se jeter directement dans les bras du PS, sans conditions et pour des strapontins) – ce qui nous ramène une fois encore au « vote utile », qui s’avèrera complètement inutile, puisqu’on aura milité pour des idées qui ne seront plus représentées.
    Ce qui est la négation d’une élection démocratique, puisque nous n’avons pas le choix, puisque nous nions aux petits partis toute existence, pire encore, nous acceptons que ce soient les seuls qui auront à payer leur campagne électorale s’ils veulent faire entendre leur voix.
    Abstention, vote blanc, vote utile: voilà nos seules possibilités aujourd’hui.

    Quant au PG, je suis surprise de voir que Mélenchon est considéré comme candidat officiel du PG aux présidentielles. Que je sache, au PG, il y a AUSSI, le PC, qui théoriquement, a plus de militants encartés.
    Qui donc sera le candidat du PG?

    J'aime

  7. Bon, eh bien, puisque j’ai été sollicitée, je répondrai. Mon blog ne se prêtant pas à ce genre d’exercice, je le ferai ici.
    Mais c’est très compliqué, et cela fait plusieurs jours que je réfléchis à tout cela.
    D’abord, le problème, ce n’est pas l’abstention: c’est l’offre. Une offre qui est avant tout commerciale.
    Les politiques se fichent pas mal de n’être élus que par une poignée d’électeurs, pourvu qu’ils soient élus (il n’y a qu’à voir comment ils pleurnichent quand ils sont virés du gouvernement ou d’ailleurs).
    En fait, plus ils désespèrent la population – qui renonce donc à voter, plus ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Ils n’ont plus de comptes à rendre à personne. Ils se retrouvent entre eux, entre oligarques et valets de pied.
    Sarkozy s’est fait élire sur des promesses qu’il s’est empressé de trahir.
    Et le PS, on le voit actuellement (et on l’a vu avec Royal), se garde de proposer un programme précis, parce qu’il joue sur le même terrain que la droite (sécurité, Europe, privatisations des services publics, etc.), alors que s’il veut être élu, il ne le sera qu’avec un électorat de gauche (et donc sur des valeurs opposées). Il ne faut pas compter sur les déçus de sarko pour voter PS (sauf, peut-être, s’il s’agit de DSK, ce qui n’est même pas moindre mal). Jospin a été élu avec une petite frange de gens de droite (modérée), qui l’a abandonné en 2002, mais c’est la gauche qui l’a fait perdre.
    Le but de la manœuvre est donc de se faire élire en alternance, comme aux US, et de se répartir les sinécures par ailleurs (pourquoi s’accrochent-ils tant aux mandats multiples? pour ne pas élargir le cercle des privilégiés), tout en bloquant complètement toute ouverture à gauche, d’où viendrait, pour eux, le danger.
    Quand Luc ferry dit qu’il préfère M le Pen à Besancenot, il dit tout haut ce que les autres font en catimini: La Le Pen est dans la même ligne qu’eux: elle soutient l’oligarchie et le système qu’elle a mis en place.
    Il faut donc faire des Mélenchon, des Besancenot et autres les épouvantails, les excités, ceux qui ruineraient la population: quand on voit le bilan, on peut comprendre que tout cela procède évidemment de la propagande acharnée à laquelle se livre la classe politique dominante au profit des grands groupes financiers internationaux et dont ils récupèrent les miettes.
    Alors, voter? pas voter? Voter utile? voter pour un(e) candidat (e) de son choix?
    Nous sommes pris dans un piège et nous n’en sortirons pas grâce aux urnes, qui sont bien gardées.
    Quant à Europe Ecologie, c’est également un leurre pour attirer l’électeur dans les mailles du filet des professionnels de la politique. Parce que, s’ils soutiennent beaucoup l’Europe, ils s’en tapent complètement de l’écologie. Car l’un n’est pas compatible avec l’autre.
    Pour ce qui est de la comptabilisation du vote blanc, ce serait une aberration dans le système actuel pour la classe politique. Ils ne vont quand même pas se tirer une balle dans le pied en direct!
    La démocratie était moribonde, elle est morte après le déni du vote populaire sur le TCE.
    Il est alors devenu très clair pour beaucoup de monde que l’UE n’avait été qu’une longue marche pour donner le pouvoir à quelques affidés et se distribuer entre soi les richesses sans que le peuple ait un droit de regard.
    Je conclurai en disant que, dans l’état actuel des choses: qu’il vote ou qu’il ne vote pas, le peuple crèvera quand même.
    On le voit, d’ailleurs, avec les Etats en faillite comme la Grèce et l’Espagne, où la population avait probablement « voté utile » pour ne pas avoir la droite dure … Mais pour la population, la « droite » molle n’a pas fait mieux. Elle l’a fait plonger tout pareil.

    Désolée, c’était un peu long … 😦

    J'aime

  8. Voilà en vidéo ! Vous pouvez vous en servir si ça correspond bien à votre désir.
    Bonne année !
    « A vos blogs citoyens !
    Réunissons-nous en cliquant sur une petite souris, seule capable de venir à bout d’une politique qui ne tient plus debout.
    Et exprimons-nous de concert, sur les sujets les plus divers à travers nos créations imaginaires… pour que le passé soit dépassé et l’avenir ré-ouvert.
    Il vous suffit d’associer votre site, votre blog ou votre réseau à cette nouvelle vague qui voudrait ré-enchanter le monde au lieu de le désenchanter.
    Un coup de main, rien de plus, rien de moins, pour que l’élection de 2012 ne voit pas l’ombre d’une abstention.
    Et si on utilisait une vieille recette de grand-mère en criant tous : Au viol ! Au viol ! Au lieu de marchons ! Marchons ! Parce que ça ne marche plus…
    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Bigblog

    J'aime

  9. @Joël : je suis allé ton billet à l’instant… Si le choix politique se réduit à un pur élan consumériste, c’est triste. Je ne pense pas quant à moi que les politiques soient des fromages… Sauf pour certains, indéniablement à pâte molle… et aseptisés. Comme les fromages de Hollande.

    @leunamme : d’accord avec toi.

    @Joël (re) : effectivement, les votes blancs… je suis de ceux moi aussi qui pensent qu’il serait plus démocratique de les prendre en compte. Et au delà d’un certain seuil, l’élection serait illégitime. Ce serait un bon moyen de prendre en compte l’insatisfaction face à l’offre politique de tous les votants.

    J'aime

  10. oK avec Lenamme , sur cet aspect . J’ai moi-même tenté de m’abstenir , vu ce systéme électoral ..et qu’on vienne pas dire que je suis  » un résigné  » …déjà comptabiliser les votes blancs , ce serait une bonne chose pour réduire l’abstention ..( çà se fait en monarchie parlementaire , comme en Belgique 🙂 )….mais compte pas là dessus dans notre belle république ! Un jour , il finiront par être élus avec 10 % des exprimés ! et çà ne lui posera aucun probléme , à notre chére classe politique ! …

    Est ce que le PG , est prêt à faire cette révolution ? …et accepter de faire écrire une nouvelle Constitution par une constituante , mais par des représentants du peuple , tirés au sort , ( pas l’élite ) Un Conseil Constitutionnel issu du peuple , pour controler les excés du pouvoir , quel qu’il soiT ?…De vrais sages ! jamais élus , mais tirés au sort ! …

    J'aime

  11. Le vote utile et l’abstention ne sont que les deux faces d’un même problème pour le PS : comment faire voter pour lui des électeurs qui sont de moins en moins enclins à le faire.
    La réponse est pourtant simple : en étant vraiment de gauche et clairement opposé au capitalisme. Tant que ce ne sera pas clairement le cas, les électeurs de gauche, les vrais, pas ceux qui font du zapping électoral en fonction des personnalités, ceux qui votent avec de vraies convictions politiques, ceux là auront toujours envie de s’abstenir ou d’aller voir ailleurs.

    Ceci dit, Joyeux Noël à vous !

    J'aime

  12. Quel que soit le programme , le plus séduisant possible …Il y a une crise du politique , en France , du politique , pas de la politique …l’abstention , n’est pas la résignation , je crois que c’est un message envoyé à Nos politiques ! ..D’autre part , ce systéme électoral , qui exclut toute participation des citoyens entre chaque élection , y est pour quelque chose aussi . ..Il y a aussi ce phénoméne de la caste politique , ce genre d’élitisme , ou nos politiques se sont presque trouvés incarner une mission divine ineternum , pour le bien être du peuple ..

    L’abstention , on y avait déjà répondu dans une chaine :
    Pourquoi les Français boudent la politique ?
    Mon avis est ici :
    http://larepubliquedupeuple.over-blog.com/article-pourquoi-les-fran-ais-boudent-la-politique-53200559.html

    J'aime

  13. @dpp : ce serait en effet intéressant de prolonger le débat…
    @marc : hors parti, point de salut alors ? Nous verrons à l’avenir…
    @juan : je ne comprends pas ta réponse… Merde alors !
    @benjamin : fais comme tu peux: je fais pareil… j’ai écris ça entre deux rendez vous…

    J'aime

  14. depuis que je blogue, c’est une question que j’aborde régulièrement… enfin c’est bien de le découvrir :p

    Sinon, une piste, je crains que cela dépasse le seul discours du toujours plus à gauche sinon la LCR ou LO feraient des scores plus importants. Même si il paraît encore un peu juste, faute de recul, de faire un // avec le FDG, je doute néanmoins que cela change la donne.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.