l’essence de nos révoltes…

source : Attac Montélimar, ici.

 

NON Monsieur : la retraite n’est pas l’essence de notre révolte… mais un catalyseur.

 

Sarkozy a perdu. Et la bataille, et la guerre, et la face. Devant une opinion nationale acquise au mouvement de contestation mais également, encore plus grave, devant l’opinion internationale, qui ne manque pas de critiquer sa gestion du conflit.

  Même dans son propre camp, on lui demande de négocier, ce qu’il se refusait à faire jusqu’à présent. Monsieur préfère en effet employer d’autres ruses, entourloupes, et stratagèmes en tous genres : le mensonge, le mépris, la propagande…

 je ne suis pas sûr que tout cela soit de nature à le grandir, à fortifier sa crédibilité (déjà bien ébranlée par les affaires) et à apaiser la colère du peuple, bien au contraire : voudrait-il souffler sur les braises, dans l’arrière-pensée machiavélique de détourner la violence qui ne manquerait pas de se produire alors à son profit, pour montrer à ses flancs d’extrême droite qu’il sait mater les récalcitrants, en utilisant la seule arme qui lui reste, cette force publique qu’il se voit déjà contraint d’employer, faute d’arguments recevables ?

 On sent bien ici qu’il va pourtant être obligé de faire un geste d’apaisement, sous peine de passer pour l’irresponsable qu’il est déja un peu trop aux yeux de beaucoup.  Cette situation ne peut se poursuivre sans dégâts collatéraux importants, et tout le monde le sait. Mais certains, et de plus en plus, qui ont déjà été si souvent mis à mal par ses réformes n’ont hélas  plus grand chose à perdre.

 Et c’est là que j’interviens : j’espère que les syndicats, aujourd’hui forts d’avoir mis le président à genoux, quoiqu’en dise ce gouvernement qui se complait dans la négation de la réalité, ne vont pas baisser leur pantalon pour des miettes symboliques qui n’auraient pas notre assentiment. Il faut que tout un chacun ait vraiment conscience que ce qui est en train de s’exprimer actuellement va au-delà de ces deux ans de retraite supplémentaire, ce qui n’est déjà pas rien en terme d’effort unilatéral, mais qui n’est pas le seul fondement de notre révolte.

 Ce qui est en jeu, et plusieurs le savent et le disent, c’est un profond sentiment d’injustice fondamentale qui voit les puissances de l’argent gagner à tout coup sans aucun effort de leur part quand ceux qui sont en train de produire la richesse dans ce pays et dans les autres se voient exagérément spolier de leurs droits les plus essentiels.

 Et ça, il faudra bien que ça se paie. Un jour, ou l’autre. Et peut-être même pas un grand soir, mais un paisible lendemain, quand personne ne s’attendra plus à rien…

 « Dans les galeries aseptisées d’un égout à loyer modéré

des enfants insoumis plantent à même le béton

des tournesols de papier gras

  La révolte est un plat qui se mange par grand froid… »

 

 

10 réflexions sur “l’essence de nos révoltes…

  1. Alliance avec le FN : un député UMP brise le tabou.

    L’élu du Nord Christian Vanneste milite pour la fin du «cordon sanitaire» à l’égard du parti frontiste en vue des législatives de 2012. Un sujet sensible pour les leaders de l’UMP et du FN.

    Coutumier des déclarations chocs, le député UMP du Nord Christian Vanneste a encore frappé. Interrogé le 6 octobre dernier au micro de Radio Courtoisie – une antenne proche de l’extrême-droite -, l’élu du parti majoritaire s’est clairement prononcé pour une alliance avec le FN lors des législatives de 2012.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2010/10/20/01002-20101020ARTFIG00478-alliance-avec-le-fn-un-depute-ump-brise-le-tabou.php

    J’aime

  2. Jean-Louis Borloo : « Quatorze dépôts de carburant sont toujours bloqués ».

    Interrogé sur le retour à la normale dans les stations-service, dont environ 5.000 étaient à sec ou en rupture d’au moins un produit jeudi, le ministre n’a pas voulu s’avancer :

    « Je ne peux pas le dire précisément, et celui d’ailleurs qui le dirait, je pense qu’il serait bien imprudent. »

    http://www.lepoint.fr/economie/jean-louis-borloo-quatorze-depots-de-carburant-sont-toujours-bloques-21-10-2010-1252267_28.php

    J’aime

  3. Carburants : « Gros problèmes » dans 1 station sur 2.

    La moitié des stations-service françaises (hors grandes surfaces) ont de « gros problèmes d’approvisionnement » en carburants, a prévenu jeudi Christian Roux, représentant des exploitants de stations-service.

    « Il y a la moitié des stations-service qui ont des gros problèmes d’approvisionnement, qui sont à vide ou en manque d’un produit », a dit à l’AFP M. Roux, qui préside la branche des propriétaires-exploitants de stations-service au Conseil national des professions de l’automobile (CNPA).

    Cette branche représente les plus de 7.000 stations françaises (sur 12.300 au total) non détenues par des grandes surfaces, a affirmé M. Roux.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2010/10/21/97002-20101021FILWWW00434-gros-problemes-dans-1-station-sur-2.php

    J’aime

  4. « ne vont pas baisser leur pantalon pour des miettes symboliques qui n’auraient pas notre assentiment. »

    Hélas , je crains que si . Le front syndical se fissure . Chéréque trouve positif un amendement sur la retraite à points , et le syndicat CFDT des routiers majoritaire suspend le mouvement . La CGC n’est pas d’accord avec les bloquages de dépots , quant à Tibault , il se refuse toujours à parler de grève générale , cherchant sans doute une issue honorable à ce conflit , mesurant l’impasse..

    Il ne reste que des ilots de resistance à la base , qui risquent de s’affaiblir de jour en jour, faute d’une dynamique au plus haut niveau syndical .

    Hélas et hélas , il manque quelque chose dans ce pays , pour mener une révolte à terme . Ce n’est plus comme  » dans le temps  » ( 36 ou 68 ) .. ou comme en 1789 !

    J’aime

Les commentaires sont fermés.