Une grève de plus n’abolira jamais le sarkozysme

Le petit Nicolas peut bien faire sienne aujourd’hui la fameuse tirade de Marie-Antoinette : « S’ils n’ont plus de pain, qu’ils mangent de la brioche ! »

Après les manifestations exceptionnelles d’hier, nous étions nombreux à attendre de pied ferme les annonces, ce matin, du teigneux qui nous gouverne, bien qu’entretenant peu d’illusions quant à quelqu’un qui s’est toujours montré aussi aveugle et sourd aux préoccupations des masses laborieuses, préférant protéger les intérêts de ces catégories privilégiées qui ont financé sa campagne… auxquels il doit rendre des comptes aujourd’hui, au travers de cette réforme purement idéologique. Contrairement à ce que dit son gouvernement et la soupe qu’il nous sert sur un certain prétendu pragmatisme et un caractère inévitable. Ce n’est pas ce que nous disent certains économistes.

Là où certains, comme le relaie C’politic, proposent un référendum justifié quand on se veut démocrate (mais là aussi, peu d’illusions…) qui permettrait de réunir les conditions optimales pour un débat indispensable sur un tel sujet de société, d’autres préfèrent penser que les millions de manifestants d’hier ne sont que de vulgaires égoïstes, corporatistes et cramponnés sur leurs avantages acquis, qui ne penseraient pas un instant à tous ceux qui ne peuvent pas manifester, la précarité de leur statut ou le chantage à l’emploi jouant en leur défaveur… Preuve que la campagne de propagande gouvernementale bat son plein, elle qui martèle à qui veut bien l’entendre ou le lire à travers des médias aux ordres ou enfumés que la journée d’hier n’était pas si spectaculaire que cela, pour justifier le statu quo du gouvernement…

Sarko a donc jugé : il ne reculera pas d’un pouce. Woerth n’est pas coupable, c’est un homme exceptionnel et intègre et ce sera 62 ans et puis c’est tout. Ceux et celles qui attendaient des efforts plus substantiels que ces miettes qu’il a jetées aux pauvres ce matin, comme l’abaissement du seuil de pénibilité ou la prise en compte des carrières longues (de plus en plus rares donc un effort qui ne coûte pas grand-chose…) en seront donc pour leurs frais. Et seront condamnés à travailler envers et contre tout 2 années de plus sans la moindre contrepartie… alors que les sociétés qui les emploient continuent à faire des bénéfices éhontés. La crise est loi… Mais par pour tout le monde.

Cet après midi, les syndicats qui se réunissaient à 15H00 pour déterminer la forme que prendra la suite du mouvement ont partagé ce constat et décidé de la suite à donner à ce mouvement…

Je souhaiterais quant à moi que lesdits syndicats, s’ils ne veulent pas se transformer en vulgaires outils d’accompagnement d’une logique libérale désastreuse comme ils l’ont un peu trop été à mon goût ces dernières années (ce qui explique aussi leur désaffection), prennent acte du refus du gouvernement de négocier sur autres chose que sur la base d’une telle condescendance et d’un tel mépris du bas peuple, et fassent savoir qu’ils ne participeront pas à un simulacre de débat, préférant ainsi stratégiquement gagner du temps pour imaginer des modes d’action plus novateurs qu’une énième manifestation qui rencontrera la même attitude méprisante de la part du p’tit teigneux et de ces affidés.

Mais il est vrai que je suis toujours (souvent) très naïf… et je viens d’apprendre, à l’instant où j’écris ces lignes, sorti tard du boulot, qu’ils viennent de se mettre d’accord sur une nouvelle journée d’action le 23 septembre 2010. Misère… Le mille-pattes est reparti. N’ont-ils donc rien compris, où font-ils semblant ? Quel manque de vision stratégique ! Notre époque réclame d’avantage d’audace et ce n’est pas une grève de plus, qui commence à lasser vu leur multiplication cette année, qui va faire plier le gouvernement !

Pourquoi ne sommes nous pas capables, à gauche, d’inventer des formes d’actions plus originales et surtout plus efficaces ?

Il faut toucher les forces dominantes là où ça leur fait le plus mal : au porte-monnaie.

Ils sont si peu et nous sommes des millions !

_____________________________

D’autres sources sur le sujet :

  • PS : « la réforme du mensonge » (AFP)

Bookmark and Share

10 réflexions sur “Une grève de plus n’abolira jamais le sarkozysme

  1. Les syndicats n’ont pas d’autre fonction aujourd’hui de canaliser la colère populaire pour l’empêcher d’exploser à la gueule des exploiteurs. Tout le reste n’est que littérature.

    J'aime

  2. @Roland : Je comence à le croire… Quoiqu’avec la vidéo de Chérèque dans une réunion du Médef, qui joue les copains comme cochon et adopte le même discours, on avait déja des doutes…

    @Le Monolecte : Et oui, je l’avais pressenti.. mais alors, quels pourraient être les moteurs de notre action pour déboulonner le gravos ? Les partis, c’est pas mieux ! Va-t-on longtemps encore laisser faire tout et n’importe quoi et nous laisser tondre ?

    J'aime

  3. Seuls ceux qui n’ont plus rien à perdre se défendent. Dans certains endroits de France, à certains moments, ça arrive: un homme isolé pète les plombs et tue, un groupuscule se révolte et met le feu, mais c’est sporadique. Nous ne sommes pas assez empathique pour qu’il en soit autrement, et puis nombre d’entre-nous ont trop à perdre (crédit perso, crédit immo, petit boulot). De plus, entre le système quasi monarchique du libéralisme (défendu par l’UMP/PS) et les tentatives désastreuses du communisme à travers le monde qui entend la sage voix du Parti de Gauche ?

    J'aime

  4. @Lutopick : même le parti de gzuche, auquel j’appartiens (en partie seulement) et que je soutiens ne peut pas grand chose dans le cadre de cette guerre économique et idéologique qui nous occupe ici.

    Tu as raison de souligner que nous sommes pour beaucoup prisonniers de ce système par des contraintes de nature très terre à terre.

    Cependant, il va bien falloir s’en échapper un jour, tant l’orientation sociétale que prend la france aujourd’hui devient insupportable. Jusqu’à quand vendrons nous notre âme au diable pour une poignée de cacahuètes ? Nous cautionnons par notre inacttion tous ces défauts : retraites, chasse aux roms, attteintes à la liberté d’expression (les 6 de Tour…), au droit syndical, modèle consumériste outrancier de notre société…(j’arrête là, je vais vomir).

    J'aime

  5. Woerth maintenu envers et contre tous !

    Que peut-on reprocher à l’un des dix doigts du Roi de France ?
    -D’avoir menti à une presse qui lui a porté atteinte en diffusant ses empreintes ?
    -D’avoir remis au goût du jour la notion de privilèges qui existe depuis toujours ?
    -D’avoir servi indirectement son pays, en favorisant directement son parti ?
    -D’avoir misé sur les plus grosses fortunes pour permettre à son Roi de décrocher la lune ?
    -D’avoir un peu souillé l’éthique du grand public pour confirmer la primauté du politique ?
    Mais le majeur n’a rien fait d’autre qu’obéir à la volonté générale, incarnée par son Roi et exercée par les neuf autres doigts.
    On ne peut pas le couper sans couper la main, le bras et la tête de celui qui l’a maintenu rien que pour nous montrer ce que c’est qu’un doigt d’honneur.

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20Woerth

    J'aime

  6. A gauche ? .. à part 1 syndicat ou deux mais minoritaires , tu crois que les autres sont encore à gauche ?

    et quand tu dis : Je comence à le croire… Quoiqu’avec la vidéo de Chérèque dans une réunion du Médef, qui joue les copains comme cochon et adopte le même discours, on avait déja des doutes…

    tu crois que y’a que la vidéo de Chéréque ? .. Vise un peu ! :

    Bonne lecture , si les liens ne marchent pas c’est sur mon blog .

     » Mais comment ont-ils fait pour décider aussi vite d’une autre journée d’action

    la réponse est peut être ici en ce qui concerne la CGT :

    – La première chose dont il faut dire un mot, c’est de la consultation interne à la CGT. Franchement, c’était du jamais vu, un déluge d’appels, de mails pour faire remonter le bilan de la journée, détails et chiffres à l’appui, délais précis bien calés. C’était encore en cours que la nouvelle du 23 tombait sur les radios ! De là à se dire qu’on se moque de nous, il n’y a pas loin ! Aujourd’hui encore jeudi, la consultation se poursuit dans les UD et les Fédés, réunions extraordinaires de CE partout, mais pour quoi faire ? Pour faire passer la pilule ?

    ou là et peut être encore là

    ou ici :

    Marianne, Novembre 2007 : « Pourquoi Sarkozy veut sauver la CGT de Bernard Thibault » (autour du conflit des régimes spéciaux)
    Mediapart, Juin 2009 : « EdF, malaise à la CGT », sur le deal de 2004 entre Sarkozy et Thibault autour du statut de EdF
    Nouvel Observateur, 26 novembre : « Thibault le réformiste », sur le compromis tacite entre les deux camps
    Libération, 25 novembre : « Les trois piliers de Proglio : à la CGT reconnaissante », autour du mic mac à EdF
    Marianne, Novembre 2009 : « Sarkozy adhère à la CGT »

    tu vois y’a pas que la Vidéo de Chéréque ! 🙂 ..

    Le monolecte a été plus court que moi, mais çà résume bien ! ..Ce ne sont que des ouvreurs de soupapes , pour éviter que la marmite ne saute !.. les canalisateurs officiels de la colére ! ..comme le principe du para-tonnerre ! ..

    Cordialement .

    J'aime

  7. @dpp : je ne minore pas le pouvoir de l’europe. Mais j’ai choisi d’aller au plus près. tous nos lecteurs ne sont pas forcément au fait des différents enjeux. Et suceptibles de les entendre… un sujet après l’autre s’il vous plait, msieurs dames ! mais tu as raison, ouvrons les yeux à nos cons de patriotes…

    @tueurs du net : tu fais de beaux poèmes, qui ne font en rien avancer le schmilblick. Merci quand même pour ta contribution.

    @Joel : je sais, je sais… Va voir le billet que je viens d’écrire ici, je pense que ça répond clairement à ton observation : https://gauchedecombat.wordpress.com/2010/09/09/les-parlotes-ca-suffit-tous-a-paris/

    J'aime

Les commentaires sont fermés.