Dimanche, rester chez soi, c’est voter Sarkozy…

.

Il y a certaines évidences qu’il est salutaire de rappeler, en ces temps troublés qui se perdent en confondantes rhétoriques alambiquées distillées à doses non homéopathiques par de scabreux analystes décrédibilisés par une certaine crise dont ils ont pourtant été les acteurs plus qu’entreprenants… et les étonnants conseillers du Prince, devenus aujourd’hui étrangement amnésiques malgré leurs méfaits.

A l’heure où nous apprenons la destruction définitive de 357 000 emplois ¹ en 2009, ce qui fait de cette année la plus « récessive » depuis la dernière guerre, ne vous semble-t-il pas aberrant d’assister à la suppression de dizaines de milliers de postes de fonctionnaires y compris sur des corps entiers qui en manquaient pourtant déjà si cruellement et qui à présent croulent sous le boulot ? Il n’y a qu’à citer les personnels hospitaliers, l’éducation nationale, la police, la justice, pour seuls exemples parlant (ou plutôt criant) d’eux mêmes… sans parler des institutions autrefois publiques dont les réorganisations si brutales ont des conséquences si funestes sur la vie même de leurs salariés.

Ne vous apparait-il pas incohérent de conserver coûte que coûte un bouclier fiscal épargnant les plus riches quand tous les autres, qui auraient tant besoin quant à eux  d’un bouclier social, sont mis à contribution à tous niveaux et courbent l’échine sous les prélèvements et la multiplication des taxes alors que leurs droits sont de plus en plus restreints, qu’on rembourse de moins en moins leurs soins ou leurs médicaments ?

Notre pantin ultra-libéral en chef peut bien jouer les tartuffes en proposant une pause dans ses réformes dont la plupart sont si injustes, unilatérales et élitistes, personne n’est dupe de ce qu’il ne s’agit là que d’un effet d’annonce à la veille des élections régionales pour rassurer à bon compte les éventuels crétins qui le croiraient… Mais y en a-t-il encore ?

Certains ont beau jeu de dire qu’il ne faut pas se tromper d’enjeu. Ce sont ceux là mêmes qui ont le plus à y perdre… et qui ont tant contribué à troubler ce jeu là, autrefois plus clair

Alors fausse gauche ou vraie droite, à vous de choisir… Moi, je sais déjà à qui je vais mettre un coup de boule dimanche… La suite au deuxième tour. Rendez-vous dans deux jours.

¹ Selon L’Est Républicain du jour, et 321 500 selon L’Usine Nouvelle

5 réflexions sur “Dimanche, rester chez soi, c’est voter Sarkozy…

  1. Pour le coup de boule je suis partant, alors même si à gauche je n’y trouve pas encore mon compte – il y a des coups de pieds qui se perdent – je suis convaincu de la nécessité de donner une correction à ces gens qui en manquent. A dimanche !

    J'aime

  2. Mouais… ne pas se tromper d’enjeu, c’est peut être aussi regarder comment ces régions sont gérées, au niveau de leurs rapports aux gens qui y travaillent, comment plein de petits potentats socialistes font régner un climat délétère, suspicieux, irrespectueux, méprisant, j’en passe… et comment ces messieurs dames qui vous vendent l’alternance vont appliquer la rgpp qui va réduire les postes dans la fonction publique territoriale au nom des réductions budgétaires imposées par l’état, tout en clamant leur défense de l’emploi et du travailleur.
    Supprimer sarkozy pour voir revenir royal ou dsk, quel intérêt, dites moi ?
    “Il y a certaines évidences qu’il est salutaire de rappeler, en ces temps troublés…”

    J'aime

Les commentaires sont fermés.