Le mépris de ceux qui nous nourrissent… c’est Sarkozy.

Le début de la fin…

Pour ne pas l’avoir compris, le petit homme qui se croit si important va s’abîmer dans le néant de son erreur fatale

Car les hommes de la terre, en majorité favorables aux théories fumeuses de la droite, à mon avis pour de mauvaises raisons, ne vont plus désormais lui faire de cadeaux…

«À droite quand on n’a pas le vote agricole, on perd », prévient Hervé Novelli chef de file dans le Centre.

Pour une fois que cet (ancien ?) extrémiste de droite ne dit pas que des conneries…

Ceci d’autant plus que nos pourvoyeurs d’assiettes fournies biologiquement viennent de perdre 30 % de leurs revenus en 2009…

Alors, entre le soi-disant souci idéologique réformiste  (mais ce doit être sans doute plus compliqué que cela…) qui les a fait choisir ce nain en 2007 et celui de leur propre survie actuelle…. Ya pas photo !

Soyons confiants…




3 réflexions sur “Le mépris de ceux qui nous nourrissent… c’est Sarkozy.

  1. Les agriculteurs de la FNSEA commencent à hurler la baisse de leur revenus dès que le champ médiatique est ouvert porte de Versailles et que des élections pointent le nez. De toutes façons, il ne seront pas les derniers à être arrosés par la manne publique à l’instar de leurs camarades restaurateurs. J’aimerais un jour, qu’un « agriculteur » céréalier de la Beauce, vienne devant les caméras et explique combien il touche en subventions diverses et variées. La notion d’assistanat est à géométrie variable et ne s’applique que pour les salariés et les chômeurs?
    Les banquiers , les industriels de l’ agro-alimentaire et les fabricants de semences et pesticides, ont plongé la tête des agriculteurs français dans la fosse septique et la droite les y enfonce depuis des années allègrement . Alors à quand le réveil ?

    J'aime

  2. @captainhaka : captainhaka ou yaka ? Bien que le raisonnement puisse se tenir pour les céréaliers de la Beauce qui n’ont plus rien de paysans mais de gros industriels, il ne faudrait pas mettre tout le monde dans le même sac… de blé.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.