Qu’on le pende à ses bretelles !

je viens de lire le dernier billet de Juan, de Sarkofrance, et tout comme lui, ce mec là m’a toujours débecté… Je ne lui confierais pas mes gosses, et ça c’est le meilleur signe qui soit à mes yeux de la crédibilité morale qu’on puisse accorder à quelqu’un.  Je suis donc tout à fait d’accord avec mon confrère du haut du podium :  Charasse n’est pas socialiste.

Il serait donc tout à fait judicieux, à mon humble avis tout à fait non autorisé, si le PS en avait (des  » cojones« ),  de le virer du parti, ce qui aurait en outre pour mérite de ne pas donner l’occasion à Sarkozy, une fois de plus, de parader en arborant un nouveau trophée… A l’instar du fourbe Besson qui vient encore de démontrer avec une réactivité surprenante à quel point il tenait en  haute estime l’humanité souffrante…

Il est temps de marquer l’ennemi à la culotte. Et d’établir une ligne de démarcation plus claire… Sur le plan idéologique j’entends. La social-démocratie boueuse dans laquelle certains s’enlisent, en profitant du brouillard,  ne sert pas notre combat. Résistons à la menace capitaliste, d’où qu’elle vienne… et quelle qu’en soit la couleur.

Résistance !

6 réflexions sur “Qu’on le pende à ses bretelles !

  1. D’une part, dans une interviewe au monde jeudi (je crois), il a indiqué qu’il refuserait et, d’autre part, surtout… Tu pourrais te renseigner avant de taper sur le PS : il a déjà été viré.

    J'aime

  2. Merci Monsieur Jegoun, de m’avoir fait l’honneur de votre visite… je me prosterne à vos pieds et implore en toute humilité votre précieux pardon pour cette erreur grossière… Que je corrigerai quand vous enlèverai votre e au mot interview qui brutalise mes yeux…

    J'aime

  3. Non, mais de mémoire, il n’a pas demandé l’exclusion au PS ! (de mémoire, seulement).

    Ton système de commentaires est chiant : il faut que je ressaisisse mes coordonnées à chaque fois. Bug ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.