« La politique, on s’en fiche ! Nous, on veut de l’action »…

Et si on s’adressait enfin à ceux qui se foutent comme de l’an 40 de la politique ?

Ou « Quand Les pêcheurs à la ligne en ont marre qu’on les mène en bateau…« 

.

Une étude récente du Cevipof, , à l’aide de cet outil qu’est le baromètre de la confiance politique, nous apprend qu’il n’y a jamais eu autant de défiance envers le pouvoir en général et la politique en particulier… A garder les pieds dans la vraie vie et à écouter les vraies gens parler autour de soi, au quotidien, on pouvait s’en douter. Mais là, c’est vérifié scientifiquement.

Voilà une chose que je me tue à tenter d’expliquer autour de moi, mais peut-être que je m’y prends comme un manche, (à force de cogner dessus comme un bûcheron vosgien, ça ne m’étonnerait pas…), puisque tout un chacun continue de faire comme si de rien n’était. Cette étude sérieuse vient donc me soutenir fort à propos.

Ainsi, pour seul exemple, de nombreux blogueurs continuent d’assener leurs leçons de choses, en faisant dans le billet pédagogique à l’intention de celui ou de celle qui n’aurait pas bien étudié ses cours de politique française et tentant d’expliquer inlassablement ce qui est en train de se passer, en quoi ce n’est pas bien, et pour qui il vaut mieux voter. Et comme ils tiennent le haut du pavé, au hasard, c’est Europe Écologie, le parti socialiste, le modem, ou je ne sais trop quoi de semblable du genre social démocrate tendance centre mou… de droite ou de gauche, à ce niveau là, ya plus beaucoup de nuances… tellement la confusion idéologique est grande, au point qu’on y trouve assez facilement quelques accointances entre blogueurs, comme j’ai pu le vérifier à l’occasion du – faux – débat sur le No Sarkozy Day.

Pourtant, s’il est un combat que je veux mener, à propos duquel j’aimerais bien ne pas être si seul, (bien que je sois moi aussi inscrit dans le jeu politique puisque je suis militant du Parti de gauche), c’est celui qui s’adresse à ceux qu’on nommait autrefois pudiquement les « pêcheurs à la ligne »… j’ai nommé les abstentionnistes. Ma cible : tous ceux qui se foutent royalement de la politique, considèrent (à tort ou à raison) qu’elle les a un peu trop menés en bateau, et qu’à présent il s’agit de construire, oui, mais en comptant sur soi-même et pas sur tous ces beaux parleurs qui n’ont qu’une seule idée en tête : accéder à des postes dont ils profiteront aussitôt arrivés au pouvoir pour confisquer leurs voix au seul profit du leur et de leurs proches.. Ce n’est pas mon avis, mais il nous faut de toute urgence en tenir compte, si l’on ne veut pas se mettre le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. Ainsi, Sarkozy sur ce point là comme sur d’autres, ne les a pas vraiment démentis, atteignant même le summum de l’indécence intéressée. Ça, tout le monde le sait, inutile d’insister… à moins de prendre les français pour des cons. Il suffit d’aller voir par exemple les billets de Sarkofrance pour plus de détails.

C’est pourquoi je n’ai pas très bien compris la position des opposants au No Sarkozy Day, par delà la personnalité et les erreurs de son initiateur (nul n’est parfait, il suffirait tout comme moi de tenter de l’entourer, de le conseiller) pour des gens qui se prétendent si intelligents, au point de ne pas hésiter à railler ceux qui ne le seraient pas…. J’ai appris via twitter que Rosselin (le rédac chef, si je ne m’abuse, de Vendredi, le journal des blogueux) serait plus mesuré, et qu’il se demanderait si finalement le NSD ne serait pas une bonne initiative… Voilà qu’une lueur d’esprit se révélerait dans ce camp là ?

«  @rosselin: Je me demande si en fait cette histoire de No Sarkozy Day est si con que ça… Mérite réflexion tout de même. » (source ici)

Et s’il est une initiative qui s ‘adresse bien aux déçus de la politique, c’est bien celle là, ce No Sarkozy Day, et je n’en vois nulle autre dans le camp de nos détracteurs…. Leur ayant pourtant accordé le bénéfice du doute, épiant avec optimisme la moindre de leur début de proposition d’une autre action atteignant davantage le cœur du problème… j’ai attendu désespérément qu’un autre événement permette à ces gens là d’exprimer leur ras le bol, ces gens que je sens si méprisés et oubliés, au risque de grandes déconvenues, voire d’explosions sociales inattendues et dangereuses, non canalisées, destructrices, ou de grand dégoût collectif qui ne sert pas vraiment l’intérêt collectif, et qui mine les fondements de notre ciment sociétal…

Nos amis du groupe des 24 (surtout quand on s’appelle Peuples !) feraient bien de s’en inquiéter un peu plus… Ils oublient que la France n’est pas exclusivement constituée de personnes politisées comme ceux auxquels ils ont tant l’habitude de s’adresser…. Et la masse des indécis, de ceux qui ne votent pas ou sporadiquement peut changer le cours des choses, comme on l’a vu à notre grand détriment en 2002… avec cette trogne brune de bouledogue haineux se pointer sur notre grand écran. Plus jamais ça !

Mais comme disent certains, Jean-Marie n’a même pas eu besoin d’être élu pour que ses idées passent…

Bookmark and Share

5 réflexions sur “« La politique, on s’en fiche ! Nous, on veut de l’action »…

  1. camarade, moi aussi je milite pour aller parler a celui qui s’en fout de la politique. bon je suis plus proche du npa que du pg mais on s’en fout.

    le truc c’est que je suis contre le no sarkozy day et contre le no no sarkozy day, je vois bien l’idée de l’initiative, mais simplement je pense malgré que ce n’est pas avec ca qu’on parlera a celui qui va la peche. la construction d’une alternative se fera pas avec une manif, meme immense, contre sarkozy.
    la preuve ? 3 millions de travailleurs dans la rue a deux reprises l’an dernier. et rien.
    Egalement, le no no sarkozy day avec sa legitimation de l’election comme absolu et son absence de proposition m’enerve.

    donc on fait quoi ?
    le probleme c’est construire l’alternative, pas la contestation.

    pour ca faut aller parler a celui qui va a la peche. et lui parler … de peche.
    comprendre ce qui l’interesse dans sa peche, bref descendre de notre piedestal de militant, y compris dans le langage et accepter que le « peuple » glorifié ne soit pas conscientiser a la dynamique d’exploitation de classe. je parle pour moi aussi.

    avant tout.

    et ensuite montrer que son poisson est degueu parce que l’eau dans laquelle il peche est peut etre polluée. et voir avec lui d’ou vient la pollution, de l’usine, où se trouve des travailleurs en lutte …
    etc etc

    ca semble avant gardiste et paternaliste mais faut juste que l’on comprenne aussi bon militant et volontariste que nous sommes, nous ne sommes pas ceux qui feront cette alternative, mas c’est ce type qui va a la peche.

    resumons : on doit faire le plus chiant des boulots militants, sur la durée, individuellement ou en petit groupe, sans attendre de mouvement immédiat, pour ensuite permettre le déclenchement d’un mouvement de masse au terme duquel nous n’obtiendront personnellement rien sinon au mieux, de la satisfaction collective d’avoir fait ce qu’il faut, au pire nous ne serons plus de ce monde.

    Si on est pret a ca, alors les choses sérieuses peuvent commencer.

    J'aime

  2. Bien vu ton billet.

    Je les trouve aussi un peu dépassés par ce qui se passe en France les « politiques » (au sens des plus politisés, que ce soient ceux qui « vivent » de la politique, les élus, comme les militants et aussi trop souvent les bloggueurs les plus engagés).

    Il me semble déjà entendre les commentaires de l’après régionale où les mêmes qui pensent avoir tout compris à tout vont s’étonner d’une abstention comme jamais vu…

    Au risque de me répéter, tant que les partis à la gauche du PS n’arriveront pas à s’entendre et continueront à aller seuls au charbon électoral, le nombre des pêcheurs à la ligne continuera d’enfler. Hélas.

    @ Greg:
    Ok aussi sur ton constat: le boulot le plus ingrat est devant nous et pour longtemps.

    J'aime

  3. No Sarkozy Day,

    Je viens de découvrir cette initiative et ma curiosité a été éveillé par cet étrange appel contre le No Sarkozy Day, je me suis donc mis à faire le tour des 24 blogs signataires .

    On y trouve des appréciations curieuses , comme les politiques sont tous pourris !!!

    Ou encore que Sarkozy n’a pas d’idée, que le gouvernement ne fait rien .

    Cette idée est dramatiquement fausse . Sarkozy a des tas d’idées, et le gouvernement travaille à mettre en œuvre ces idées, dont la pierre angulaire est de remettre la France à l’heure du capitalisme, ce capitalisme d’avant 1936, d’avant le programme du Conseil National de la Résistance, d’avant 1968 . Revenir à un Etat qui s’en tiendrait à ses fonctions régaliennes, police, justice et défense (la monnaie étant déjà placé sous la responsabilité d’une instance extérieure) . Qui laisserai aux entreprises privées la Totalité des activités humaines .

    J’ai cru déceler dans ce No au No Sarkozy Day, un arc qui va d’Europe Ecologie au Modem en passant par le PS, qui prêche l’attentisme (attendons 2012), et se montre méprisant, voir insultant envers les forces politiques, syndicales, sociales qui agissent au quotidien .

    J’ai cet étrange sentiment que ceux-ci, se sont autoproclamés le dessus du panier de la « blosgospère politique » , un brin donneurs de leçons de savoir politique .

    Je vais schématisé mais au sortir de ces lectures j’ai cru y entendre un message qui voulait dire :

    « Laissons Ségolène Royal, Daniel Cohn Bendit et François Bayrou décidé de la meilleure stratégie à adopter pour battre Sarkozy, et s’il vous plait abstenez vous de prendre des initiatives qui pourraient nuire à cette stratégie » . Laissez donc la politique aux grands .

    L’un des reproches qui est fait à cette initiative, l’anti-sarkosisme primaire, suinte dans bon nombre de ces blogs .

    J'aime

Les commentaires sont fermés.