Tant de cerveaux disponibles…

arton3355-86e4ejpg

.

TF1, degré zéro de l’information.

.

La liberté de la presse est entière ; il suffit d’avoir les milliards nécessaires (Alfred Sauvy).

.

Aujourd’hui, j’avais le plaisir de partager un succulent déjeuner avec mes (grands) enfants quand, devant les informations nationales, quelqu’un a malencontreusement appuyé sur le bouton de la télécommande ¹, et nous voilà soudainement plongés dans le monde fascinant de la Une…

.

Et là, le cerveau nous en tombe : la vente de fringues au poids, le marché de la chrysanthème, l’interview d’une toque blanche, une sélection de films familiaux, la mort des commerces à Chateauneuf, « l’histoire d’un village fier de ses racines », la foire agricole de Trifouilly les oies, un peu d’exotisme facile en Nouvelle Calédonie… Rien que de la bonne. Joyau de ce florilège, la sortie du nouvel album d’Hugues Auffray, un peu plus de 80 ans… New Yorker. Assurément, un titre inoubliable. Grâce à cette série de perles médiatiques, on est assuré de se trouver sur une chaîne nationale, où rien ne viendra déranger notre tranquillité morale, conformément à notre (incertaine) identité nationale. Aucun sujet ne va nous fâcher, alors que l’actualité est par ailleurs si chaude.

.

Ce pseudo journal se termine enfin sur l’annonce de la météo d’Évelyne Dhéliat , « avec beaucoup de douceur », tient à préciser, pour calmer sans doute le péquin moyen qui aurait des velléités de subversion, le non journaliste dont on taira par humanité le nom que l’on ne connait pas.

.

Ma grande fille, devant ma stupéfaction m’annonce : «  ben, au moins ça change ! Pour le cerveau, c’est plus reposant… ».

.

Et oui…. CQFD.

 » Il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation (…) de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages.  »   « … à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (…). (source Acrimed).

.

Voilà pourquoi la France va si mal : c’est la faute à TF1.

.

¹ Non, ce n’est pas Jean-François Lamour

.