Partageons mon (exclusif) avis

blogueurs

Partageons mon (exclusif) avis

Rendez-vous compte : j’ai commis à plusieurs reprises le sacrilège de toucher à l’idole du wikio. Cela ne se fait pas, dans le monde (hypocrite) des blogs, où il est d’usage de caresser les (si relatives) stars dans le sens du poil, histoire de glaner quelques liens qui vous feraient remonter dans le classement… Moi j’m’en fous. Comme disait ma grand-mère vénérée, « caresse de singe donne des puces » …

Mais Monsieur Jegoun ne supporte pas qu’on le contrarie et me le fait savoir, ce qui est son plus strict droit, comme le mien de ne pas être d’accord avec ses avis parfois (souvent ?) si futiles que tout un chacun peut effectivement les comprendre sans trop d’efforts, ce qui contribue probablement à assurer une assise populaire à son succès…

Cependant, ce n’est pas parce qu’il se pose en icône intouchable de la blogosphère que je me dois de lui laisser dire (et pire, écrire) n’importe quelle connerie.

Et quand il évoque un (je cite selon son langage si agréablement fleuri) « prix nobel foireux » à propos d’Obama en se demandant « ce qu’il a fait pour la paix », je me sens moi, misérable insecte insignifiant qui veut probablement un peu trop signifier à son goût en devoir de réagir et de nuancer son propos duquel des centaines de visiteurs pourraient se saisir pour ne surtout pas penser…

Oui, n’en déplaise à cet auguste j’ m’en-foutiste qui se plait tant dans le registre du n’importe-quoi-pourvu-que-ça-mousse, j’ai la faiblesse de penser que nous avons une fonction citoyenne, pédagogique, éducative, et qu’on ne doit pas user de sa potentielle influence pour en user abusivement…

Mais Monsieur Partageons mon avis et lui seul préfère me tourner en ridicule en me prêtant avec l’élégance qui le caractérise des pratiques sexuelles autonomes qui ne sont que les propres projections de ses fantasmes inassouvis plutôt que de répondre plus intelligemment sur le fond du sujet, comme il a tenté pour être honnête de le faire ensuite à l’aide d’un article du Courrier International, d’une manière qui prouve bien combien son premier élan se confirme… Libre à lui de penser ce qu’il veut et de le faire savoir.

Et à moi de ne pas être d’accord, quitte à me prendre des coups dans les dents d’interlocuteurs que, de toute façon, je ne risque guère de fréquenter dans la vraie vie… Les gens qui, à droite comme à gauche ou au milieu, n’aiment pas être contrariés ne m’incitent pas vraiment au débat !

Laissons donc les là où ils sont… : dans le cloaque de leur égo un peu trop surdimensionné à mon goût.

Mon combat à moi est peut être con à tes yeux, Jegoun, mais sincère. Et je ne le mène pas que sur les blogs, contrairement à ce que tu penses. Ce dont je me fiche éperdument : tu n’es pas de mon camp, mais d’une contrée boueuse/brumeuse dans laquelle se saouler est la seule excuse à la paresse intellectuelle… Et je te merde.

.

28 réflexions sur “Partageons mon (exclusif) avis

  1. Ecoute, GDC, j’aime bien te lire, car je sens ta sincérité, et je crois que tu m’aimes bien aussi.
    Maintenant, comme dit Dagrouik, qui m’a parlé de toi en bien, un blog ne peut pas non plus être rempli de critiques permanentes envers truc ou machin, parce que ça finit par devenir gonflant.
    Ou dans ce cas, crée un blog résolument pamphlétaire pour taper sur ceux qui t’énervent.
    En plus (et je n’ai pas envie de faire un billet là dessus, mais j’ai commenté chez lui), je rejoins Nicolas qui dit, non pas qu’Obama n’a rien fait pour la paix parce que c’est un connard (dans ses billets, il a généralement été assez cool avec Barak), mais parce qu’il n’en a pas encore vraiment eu le temps, ces choses là ne se font pas en quelques mois, et c’est l’attitude des abrutis qui décernent le prix Nobel qui nous exaspèrent, comme la tartufferie qu’est devenue la légion d’honneur, tu ne vas pas me contredire là dessus. Avec cette attitude, ils énervent, et plombent les processus de paix au lieu de les alimenter.

    J'aime

  2. Tu penses ce que tu veux, je suis juste raisonnable et je trouve que l’on peut discuter sereinement avec ses contradicteurs sans les crucifier au poteau.
    Se retrouver finalement isolé sur son propre blog avec quatre malheureux lecteurs, c’est ce qui t’arrivera, je crois…
    Car t’en prendre à toute personne qui n’est pas d’accord avec toi, c’est ridicule.
    A la dernière « blogowar, j’ai pris ta défense, souviens-toi.
    Mais là, non, désolé… et je continue de penser ce que je pense sur le Nobel qu’on distribue à n’importe qui, Obama est loin d’être n’importe qui, et j’ai été heureux de son élection, j’ai même félicité par mail l’antenne du parti démocrate à Paris.
    Mais c’est trop tôt, il l’a dit lui même, bon sang, je ne l’invente pas… Niolas dit la même chose, mais à sa manière satirique, c’est tout.
    Je pense que tu es un homme de terrain, ça c’est indéniable, et même si tu m’envoies chier, je ne t’en voudrai pas et continuerai à penser du bien de toi, car des gars comme toi, il en faut.
    Mais à mon avis, pour ce qui est de la blogosphère, ce n’est pas ton truc.
    Sans rancune.

    J'aime

  3. Chic ! J’ai trouvé un allié objectif de la « bonne gôche » pour taper sur Partageons son avis !

    Amis, compagnon, camarade, viens dans ma cellule, mon commando, mon parti, ma milice pour « égorger ce fils indigne » ! Sauf que Partageons machin chose a tout à fait raison pour le Nobel foireux et plus : bigrement merdique.

    Salutations de facho-réaco-républicano-sphère.

    J'aime

  4. Bon, je comptais troller un brin chez le con-mais-sincère (comme si la sincérité était une qualité en soi !), mais je vois que c’est inutile : « on » se débrouille très bien sans moi…

    J'aime

  5. Excusez-moi, les amis, de faire intrusion dans votre bac à sable, mais, après lecture des commentaires de Poison-Social, trois petites questions me turlupinent :

    – À quelle époque la légion d’honneur a-t-elle donc été autre chose qu’une tartufferie ?
    – Comment fait-on pour crucifier quelqu’un à un poteau ?
    – Qu’est-ce qu’Ehud Barak vient faire dans cette histoire ?

    (Question subsidiaire : en quoi, dans le présent billet, la prétendue inculture de son auteur se manifeste-t-elle ?)

    Merci d’avance de votre réponse.

    J'aime

  6. Ou de vos réponses, comme on voudra…

    (Pourquoi m’a-t-on fait une gueule pareille, au travers de ce dessin d’une puérilité affligeante et bien dans l’air du temps ?)

    J'aime

  7. Chieuvrou, voici mes réponses (de toute façon, vu que notre hôte fait la tronche et ne répond plus, ou je ne sais quoi, il y a la place…) :
    – Pour la légion d’honneur , vous exagérez un peu, je trouve, mais tout dépend de quelle époque vous parlez, moi je remontais fort loin.
    Je vous accorde qu’il y a en France des décorations moins prestigieuses et bien plus méritoires (à moins que vous ne le pensiez pas non plus ?)
    – Vous me taquinez, n’est ce pas, c’était une manière de parler, je crois bien que je voulais dire crucifier tout court, ou bien « clouer » à un poteau.
    – Je parlais d’Obama, voyons, pas d’Ehud Barak !
    Question subsidiaire : j’ai parlé d’inculture ? oui, mais pas ici, il me semble.
    enfin, répondons : le taulier se drape volontairement dedans, en parlant de « larve du 36e dessous », que ce sont les autres qui le méprisent et le cherchent, mais que ça le fait bien marrer, bla, bla, bla, et qu’il n’a pas peur de se retrouver tout seul au monde avec son drapeau rouge à la main fièrement érigé… voila ce que moi je trouve inculte, quelqu’un qui se coupe à tout débat, si ce n’est dans l’agressivité et l’injure pour tous ceux qui auraient le malheur de ne pas être d’accord avec lui, j’appelle cela de l’inculture volontaire, alors que quand je le lis, il n’est pas plus con qu’un autre, c’est une question de style, mais c’est gâché par tout ce que j’y vois d’aigreur.

    « Ça donne pas trop envie de revenir, en tout cas. »
    J’espère que vous allez revenir, que je n’aie pas écrit tout ça pour rien…

    J'aime

  8. @Didier Goux, merci de me faire l’honneur de ta visite, troll ou pas. Puisque ton fils dit que tu es quelqu’un de bien c’est sûrement vrai… Le mien aurait fait de même, malgré mon (mauvais ?) caractère… Et puis, quelqu’un qui semble-t-il a autant de (mauvaises ?) humeurs que moi, cela force le respect… même si elles n’ont pas la même couleur… Ayons le courage d’être nous mêmes, plutôt que de nous fondre dans la masse et le (trop) politiquement correct.

    @chieuvrou
    @poison social : si je ne répondais pas assez vite à votre goût c’est que j’ai peut-être semble-t-il une autre vie ailleurs que sur mon ordi… Ceci dit, la comparaison selon moi sans fondements, voire idiote, mais je ne voudrais pas vexer ce cher poison social que j’apprécie par ailleurs, entre la légion d’honneur et le prix Nobel, tout comme celle entre Barak Obama et Ehud Barak, ne me concernent pas. C’est un débat entre vous deux. Allez poursuivre ailleurs si ça vous chante…C’est pas votre terrain de jeu, ici.

    @poison social, entre nous : tu me fais des procès qui ne me regardent pas : si tu regardes l’historique de ce billet, tu verras que je n’ai fais que manifester mon désaccord avec Nicolas sur le fait qu’il y avait matière à discuter sur la nomination d’Obama, qu’il (vous ? ) jugeait ridicule, alors que je trouve que sa vérité se discute, et qu’il m’a répondu par des insultes… Faut pas tout mélanger.

    Si j’ai envie de taper sur quelqu’un, je peux le faire aussi, si je veux. Mais en l’occurrence, je n’ai fais que me défendre, dans ce second billet, de ce qu’il prenait mal que je le contrarie, voila tout. Dossier clos. Jusqu’à la prochaine fois. je ne m’interdirai pas en effet d’être en désaccord avec qui que ce soit parce que cela ne fait pas bien ou que cela risquerait de froisser… J’assume pleinement mes positions, puisque je le fais même pour mes erreurs. Et celle-ci n’en est pas une. Il y a de l’intelligence stratégique à avoir choisi Obama pour ce Nobel, contrairement aux idées reçues et aux jugements hâtifs. Voili voilou.Bien répondu, cette fois ? Au plaisir de vous lire….

    J'aime

  9. GdC,

    Tu n’as pas fait qu’exprimer une différence de point de vue avec moi. Tu l’as fait de manière relativement insultante.

    « D’autres n’ont pas cette pudeur, et glosent allègrement sur la nomination au prix Nobel, aujourd’hui, de Barack Obama, sur lequel ils s’accordent, à droite comme – plus surprenant – dans une certaine pseudo-gauche particulièrement frelatée semble-t-il par la bière de la Comète, sur un certain n’importe quoi-isme qui se pare d’une soi-disant lucidité pour excuser l’indigence de leur analyse… »

    Ca veut dire que je blogue en tant qu’ivrogne, que je ne réfléchis pas, et je ne sais quoi. Tu dis ensuite :

    « Mais seuls des blogueurs imbus d’eux-mêmes, dépourvus de matière grise et de recul médiatique, pouvaient se fourvoyer dans de tels commentaires désobligeants qui nient ce que cette décision a de particulièrement intéressant dans le contexte géopolitique actuel. »

    Ce qui veut dire que je suis con comme bite et prétentieux.

    Pourtant, il me semble que l’imbu est celui qui s’imagine être plus intelligent que les autres, ce que tu exprimes dans cette phrase.

    En outre, je n’ai fait qu’un billet de cinq lignes, je n’ai pas développé l’argumentation parce que je n’y connais rien en politique étrangère et tu conclus le contraire, à savoir que je dis beaucoup truc alors que je n’y connais rien…

    « Cependant, ce n’est pas parce qu’il se pose en icône intouchable de la blogosphère que je me dois de lui laisser dire (et pire, écrire) n’importe quelle connerie.  »

    Ceci est insultant. Et complètement con : je ne me pose pas en icône, contrairement, d’ailleurs, à mes prédécesseurs à ce poste. Je n’arrête pas de dire que le classement porte sur le nombre de liens et pas la qualité des billets et que j’oriente ma manière d’écrire et de lire pour avoir des liens. J’en ai encore fait un rapide billet vendredi :
    http://jegweb.blogspot.com/2009/10/comment-tu-blogues.html

    J'aime

  10. si ce foutre de ta gueule par allusions (à peine voilées je te l’accorde) est « relativement insultant », alors merci de t’en priver à l’avenir, et nous serons quittes ! Bien le bonjour de par chez nous…

    J'aime

  11. « dépourvus de matière grise » ? Une insulte « à peine voilée » ? Bravo…

    Dis moi où je me suis pris aussi violemment à un blogueur de gauche (ou de droite d’ailleurs) sans que mon billet soit une réponse à une de ses attaques frontales ?

    J'aime

  12. GDC, moi aussi je t’apprécie, tu le sais bien, et non, je ne suis pas vexé, il m’en faut beaucoup plus, et les blogs sont faits pour confronter les points de vue.
    Bon, je vois que vous arrivez à discuter sereinement, c’est le principal.

    J'aime

  13. « je n’ai fais que manifester mon désaccord avec Nicolas sur le fait qu’il y avait matière à discuter sur la nomination d’Obama, qu’il (vous ? ) jugeait ridicule, alors que je trouve que sa vérité se discute, et qu’il m’a répondu par des insultes… »
    Je ne connais pas la genèse de vos histoires, il faudrait que je fouille vos archives à tous les deux, c’est trop de boulot…
    Juste que je trouvais que ça tournait un peu au vinaigre, et je me suis permis (pour une fois, d’hab, je ne m’en mêle pas) d’essayer, sans vouloir être vaniteux, d’ « arbitrer » quelque peu votre différent.
    Du moment qu’aucun ne se retourne contre moi, tout est ok.

    J'aime

  14. Puisque BiBi est mis sur la selette… il répond via l’article ( Politique et politesse)publié le 10 juin dernier sur son blog
    http://www.pensezbibi.com/pensees-politiques/politesse-et-politique-1007

    BiBi n’est pas seul. En septembre près de 7000 visiteurs. BiBi est bien occupé, c’est bien pour cette raison qu’il n’a pas de temps à perdre avec le Roi de la Comète. C’est vrai, Nicolas n’a pas traité BiBi de « crétin » mais de bien pire. Tout a commencé lorsque BiBi a émis des réserves sur le titre de ce cher Nicolas sur une internaute avec laquelle il n’était pas d’accord. Titre de l’article : « Une conasse blogosphérique ».
    Pour BiBi le sujet est donc clos.

    J'aime

  15. Il y a une différence entre faire un billet de 3 lignes sur une fille que je ne connais pas et qui ne me connais pas et qui est à l’opposé de mes idées politiques et de celles de mes lecteurs et faire un billet argumenté (à l’envers d’ailleurs) pour tenter de ridiculiser quelqu’un de relativement « proche » avec qui on échange par mail.

    La connasse blogosphérique n’a probablement jamais su que je parlais d’elle et, si elle l’a su, a du penser « qui est ce gros con ? ». Tandis que moi, je suis abonné au présent blog… D’ailleurs, en tant que number one du bazar, maintenant, je reçois assez souvent des salves de critiques voire d’insultes (beaucoup ne supporte pas de voir mon blog premier avec le ton que j’emploie). Quand elles viennent de libéraux elles ne me touchent pas…

    Enfin, je persiste à penser qu’une gonzesse qui tient un blog pour démontrer qu’il faut supprimer la sécurité sociale est une connasse.

    Cela dit, si tu n’as que ça à faire que de fouiller les commentaires des billets trois jours après leur parution…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.