Dominique Galouzeau de Villepin serait-il un mec bien ?

les_che_3

.

Procès politique,  France, 21 septembre 2009

.

Au risque de me faire mal voir à gauche (m’en fiche !), enfin un véritable opposant à Nicolas Sarkozy, quelqu’un qui ose lui tenir la dragée haute de belle manière!

images

.

Non pas l’un de ces petits besogneux de la politique qui lance des invectives mal ficelées avec des arguments fallacieux, un gagne petit, un haut-landais même Royal, non, mais un adversaire de haute volée, quelqu’un qui manie le verbe et la dialectique mieux qu’aucun de ces cancrelats de droite à l’inculture notoire comme tous ceux (et celles) qui entourent notre nullissime Président de basse cour… Jugez plutôt :

.

Je suis ici par la volonté d’un homme, je suis ici par l’acharnement d’un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française. J’en sortirai libre et blanchi au nom du peuple français ».

.

Voilà qui a de la tenue, surtout quand on l’écoute de vive voix !


Je ne sais qui de l’un ou de l’autre a tort ou raison, et n’ai pas compris grand chose à ce procès que je laisse à l’exégèse de plus compétents que moi en la matière.


Mais je note une chose au moins, comme Bibi me l’a fait savoir dans un commentaire sur mon journal d’hier : nulle part on ne prononce le nom de celui qui a tant contribué à l’éclosion de cette affaire, à son grand détriment, lui qui a pourtant fait un travail journalistique digne de ce nom : j’ai nommé…

Denis Robert.

Je dédie ce nom et ce travail à tous ceux qui ont encore une mémoire… ici, en France, à la veille d’un procès qui pourrait bien être historique. Poil aux moustiques.


Résistance !

.

20 réflexions sur “Dominique Galouzeau de Villepin serait-il un mec bien ?

  1. Il n’y a pas de honte à être de Gauche et en même temps apprécier l’éloquence et le beau verbe. J’ai la même « faiblesse ».
    Force est de constater que Dominique Galouzeau de Villepin fait tâche dans le paysage politique actuel, où l’heure est plutôt à la simplification du langage et aux vocables populistes dignes d’un enfant de 6ème.
    Sur le fond de l’affaire, je ne sais qui des deux principaux protagonistes est le plus retors… et je ne suis même pas sûr que nous sauront qui sont les victimes ou qui sont les bourreaux à l’issue du procès. Ce qui est sûr par contre c’est que Denis Robert lui est une victime.

    J'aime

  2. Eh les gars, moi qui suis de gauche et pas pour rire, je me bidonne sec devant votre « EGLOGUE AUX MUSES DE GALOUZEAU »…mais fan de chicharonne !!!! Y a deux hypothèses=
    -soit vous êtes des niais
    -soit l’UMP , les villepinistes, font de l’entrisme, du noyautage sur votre site sans que vous vous en soyez aperçu….
    Villepin est le produit taré de 200 ans de noblesse à qui la Révolution est restée comme une arête dans le kiki….réac, il l’est au moins autant que l’agité du bocal.

    lamentable !!!

    J'aime

  3. Mis sur la RDLibres :

    Oui, c’est des bons chez Subversion. Et qui fonctionnent sur le principe de « les ennemis de mon ennemi sont mes amis ». Ils nous font régulièrement ça en adorant ou comprenant tout ce qui s’oppose au Grand Satan d’Outre-Atlantique : Staline, Mao, Castro, Pol Pot, et maintenant Khadafi, Amahjinebad. Ils louent donc Galopin de Vilsot « quelqu’un qui manie le verbe et la dialectique mieux qu’aucun de ces cancrelats de droite à l’inculture notoire » Ben moi, chaque fois que j’entends parler du style de ce héron, je reposte ce texte :

    « On veut bien que Monsieur Galouzeau de Villepin ait des qualités d’homme politique. Mais pour ses talents de plume, faudrait pas trop pousser Grand-Mère dans les métaphores. Eloquence n’est pas grandiloquence, poésie n’est pas énurésie, démesure n’est pas enflure : l’aigle à trois plumes est de ces mirlitonneurs sentencieux qui confondent sombre et obscur, profond et creux, mystérieux et incompréhensible. Voici un des nombreux corps du vil délit : « Ne point céder à la mode ni à la peur, mais arpenter les falaises, côtoyer la vie près des gouffres, là où le requin et la mouette poursuivent après l’orage leur furieux dialogue, leurs épousailles affamées d’arc-en-ciel. »
    Ce requin et cette mouette qui forniquent loin de papa-maman en bouffant du kaléidoscope : où l’on voit que si Villepin aime la poésie, la poésie n’aime pas Villepin. Son raffarineux prédécesseur enfilait les perles de prisunic. Lui préfère les diamants. Mais ils se font toujours enfiler. »

    Le géant hait le nain, certes. N’empêche qu’ils ont un tas de points commun, dont le moins connu est d’avoir eu un fils scooterroriste. Celui du duc faisait du raffût de nuit avec ses potes. Arrive Pandore, appelé par les voisins exaspérés, qui lui demande des comptes et ses papiers. Le héronneau, pour toute réponse, lui intima d’appeler Papa à Matignon. Gageons que Pandore, s’il est encore flic, poursuit sa carrière à un carrefour, un beau sifflet à roulette dans la bouche.

    J'aime

  4. On peut ne pas être d’accord avec une personne sur le plan politique et pour autant apprécier son langage et son érudition. Cela n’a rien de contradictoire.

    J'aime

  5. Ben voyons !! Hitler, quel grand orateur !!! Céline , quel grand écrivain !!! Leni Riefenstahl quelle belle femme !!!! Pétain, quel beau vieillard à cheveux blancs….

    c’est ça la subversion? moi, dans ce cas , je préfère Placid et Muzo

    J'aime

  6. VILLEPIN déclare d’entrée de jeu qu’en tout état de cause il ne sera pas le perdant de ce procès :

    soit il en « sort libre et blanchi au nom du peuple français » soit il est condamné par une justice dépendante de la « volonté d’un homme, de l’acharnement d’un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française ».

    Il le dit beaucoup mieux : c’est beau la rhétorique.
    On s’y laisse prendre d’autant plus volontiers qu’il incarne là, une résistance durable et habile à NS, qualité que l’on voudrait plus répandue…

    J'aime

  7. @montaigne : rien que le pseudo est d’une grande prétention; mais les propos eux ne sont pas à la mesure de la grandeur de l’auteur : rapprocher Villepin de personnages aussi odieux, c’est absurde et excessif.

    J'aime

  8. Bien, la « gauche de combat » !!! Prête à capituler avec la droite !!! Pis, faut être lisse, politiquement correct!! Un peu capitulard aussi…remarquez, je ne sais pas pourquoi je me donne la peine de venir ici. C’est seulement que, comme on a référencé votre blog chez nous, je me disais…
    Et je note bien que, vous appelant « gauche de combat » vous n’aimez pas ce que vous jugez excessif….donc un combat modéré.
    Salut à vous, ô gauchistes de combat modéré….

    J'aime

  9. Je trouve ce procès en intention contre « gauche de combat » assez injuste. En ce qui me concerne j’étais farouchement opposé contre son CPE et ses piques aristocratiques dignes d’un autre temps (« ce n’est pas la rue qui gouverne ») pourtant je me réjouis qu’un ennemi de poids attaque Sarkozy. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis (ponctuellement). La gauche n’a qu’à faire son travail…

    J'aime

  10. tu veux pas te la fermer avec tes conneries, le troll à la mord moi le nœud ? Si tu continues, je te pourrielle ! Comparer mes amis à ces gens là, c’est plus que je ne puis tolérer !

    J'aime

  11. tu veux pas te la fermer avec tes conneries, le troll à la mord moi le nœud ? Si tu continues, je te pourrielle ! Comparer mes amis à ces gens là, c’est plus que je ne puis tolérer !

    pourielle-moi donc j’en ai rien à foutre…mais je vois que j’ai fait mouche….Mais au fait merci, maintenant je sais que Villepin est un mec de gauche…je savais pas…
    Et dire que j’ai mis ce blog dans mes liens amis……

    J'aime

Les commentaires sont fermés.