Monsieur Estrosi est notre sauveur

keepvid-keep-it-after-L-3

.

20 à 45 selon les syndicats, 50 à 70 selon les repreneurs, ce serait le nombre d’emplois sauvés sur le site de Molex à Villemur sur Tarn, là où il y en avait encore 283 avant l’été… Quel beau miracle !


Tout cela pour 7, 6 millions d’euros d’investissement (1 million en capital pour HIG, un fonds d’investissements, et 6,6 millions pour l’Etat), voilà qui fait cher du salarié… Même si chaque emploi sauvé est une famille de moins à la rue, j’en conviens.


Oh bien sûr, pour Monsieur Estrosi, l’honneur est sauf, qui s ‘en tirera par une pirouette en agitant devant les yeux des journalistes ébaubis la promesse de création de plusieurs centaines d’emplois à terme… Comme cela a été le cas sur le site de Daewoo en Lorraine il y a dix ans (400 millions de francs d’aides publiques, pour 1200 emplois supprimés trois ans après, selon les termes mêmes du rapport du Commissaire au Plan).


Cela sent la manœuvre politique à plein nez, destinée à calmer l’opinion publique, en une période où chacun sent le durcissement des conflits sociaux et la violence couver sous les plans de licenciements à répétition….


Mais il ne faut pas prendre les Molex pour des mollusques, la classe ouvrière n’a pas une mémoire de poisson rouge : elle panse ses plaies en accusant le coup, mais en elle fermente longuement mais sûrement un grand soir…  Même si on en sait pas encore lequel.


Résistance !

5 réflexions sur “Monsieur Estrosi est notre sauveur

  1. Je me demande si l’Etat n’aurait pas mieux fait d’investir seul pour aider les ouvriers à transformer l’usine en coopérative ouvrière… En effet, là ce n’est pas grand chose pour beaucoup de thunes avec peut-être dans un an le départ du repreneur… Bref, j’ai l’impression que c’est un coup monté, une petite aide du patronat en échange de cadeaux pour sauver la comm’ des sarko boys.

    J'aime

  2. Oui, les ouvriers dont je suis, sauront s’en souvenir cette fois. Trompés par la droite et l’extrême gauche, qui en temps de crise n’auront pas su proposer une alternative…
    Pour ce qui est de nationaliser en parti ce genre d’entreprise, pour les relancer et sauver l’emploi, cela aurait dû être des contreparties des milliards prêtés aux banques pour relancer l’économie.

    J'aime

  3. Et oui stef, je suis d’accord, des milliards injectés tant dans les banques que dans les soi-disants plans de relance et autres sauvetages d’entreprises, la procédure est toujours la même : aucune contrepartie n’est exigée et voila qui estplus que choquant moralement, surtout quand ils ‘agit d’un fond d’investissement comme HIG…. alors que le particulier, lui, en est toujours à tirer la langue à la fin du mois…. et à voir le peu d’avantages et de drotis qu’il avait encore rognés au fur et à mesure pour se retrouver réduits à la portion congrue. Belle justice.

    J'aime

  4. Ouhahaha, la geule du site de Sego 😉
    Et dire que cette femme pretend etre moderne et diriger un jour la France.
    Elle a payé 40.000 euros ce qu’un logiciel freeware ferait en mieux.
    Faut pas demander ce qui se passerait avec les finances de la France si elle prenait le pouvoir. Enfin, heureusement, elle a un petit côté Poulidor.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.