Inspecteur… d’académie, ou de police ?

Couv-ico

20090527_Agglorieuse_desobeisseurs

Source de l’article : LDH
Quand le ministre réprime les enseignants « désobéisseurs », c’est le service public qui trinque…
Communiqué de la LDH

Dans la discrétion de la période estivale, le ministère de l’Education règle ses comptes et cherche à juguler l’opposition très active depuis des mois contre la succession de réformes imposées au mépris des avis négatifs de la très grande majorité des parties prenantes du secteur éducatif.

La suppression à terme des RASED (réseaux d’aide aux élèves en difficulté), la limitation de fait de l’accueil en maternelle par la création de structures d’accueil hors des écoles des enfants de 2 ans, les suppressions de postes budgétaires qui font de l’Education nationale le plus grand contributeur en la matière, font sens et montrent que le gouvernement s’est lancé dans une opération concertée de dénigrement, de limitation et de mise au pas du service public d’éducation.

L’année scolaire écoulée a connu une mobilisation très forte à l’appel unitaire en particulier des organisations syndicales. Au-delà de ces luttes collectives, en décidant d’affirmer leur responsabilité individuelle, des enseignants, refusant d’être assignés à une fonction d’exécutants sans initiative ni éthique, ont choisi d’entrer selon leurs propres termes en résistance pédagogique.

A Toulouse, Alain Refalo vient d’être victime de la part de l’inspecteur d’académie de la Haute-Garonne d’une sanction pour l’exemple. Ce ne sont pas des faits qui sont ainsi jugés, mais c’est la volonté du ministère de l’Education de faire du maintien de l’ordre qui est ainsi affirmée, et il est à craindre que d’autres décisions du même ordre soient prises dans d’autres départements.

La LDH apporte son soutien aux personnes confrontées à une administration engagée dans une dynamique répressive et demande l’annulation des sanctions prises ou à venir à Toulouse et ailleurs. Face à une situation aussi dégradée, la LDH appelle à un débat national sur le rôle, l’avenir et les moyens du service public d’Education. Mais ce débat n’aura de signification qu’en l’absence de mesures disciplinaires de façon à entendre la voix des enseignants et de l’ensemble des personnels et prendre en compte les avis de leurs organisations syndicales, associatives et professionnelles.

Paris, le 28 juillet 2009

Pour en savoir plus : Une école pour Victor Hugo

Une réflexion sur “Inspecteur… d’académie, ou de police ?

  1. Triste période pour notre éducation. Si l’anti-intellectualisme était l’apanage du fascisme, notre gouvernement semble passer maitre dans cet art.

    Les inclinaisons sont catastrophiques. Le taux de baccalauréat général fait la gueule, l’école tend de plus en plus à reproduire les inégalités sociales. Le privé et les écoles catho font leur retour en force avec le soutient de l’Etat.

    La scolarisation des enfants de 2 à 4 ans est en chute, de moins en moins de bacheliers investissent dans l’enseignement supérieur par manque de moyens. La transmission du savoir est progressivement marchandisée…

    Quand on sais que l’éducation est la clef de voute de notre système démocratique ça fait peur. Courage aux profs résistants, j’espère être parmis vous dans quelques années !

    Romain JAMMES

    J'aime

Les commentaires sont fermés.