Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

«  Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques…  »     (Jean Jaurès)


J’accuse :

imagesJulien Dray, Manuel Valls, Vincent Peillon, Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn, Gérard Collomb, Jean-Noël Guérini, Georges Frêche, Bernard Kouchner, Jean-Marie Boeckel, Eric Besson, Jack Lang, Michel Rocard, Lionnel Jospin, François Hollande et tant d’autres encore qui tournent autour de cette social-démocratie que j’exècre d’avoir fait le lit de Sarkozy, léché ses bottes, caressé ses idées, et tué notre démocratie par leur tiédeur indulgente, en se prétendant pragmatiques, mais n’étant qu’ insuffisants, puisqu’à aucun moment ils n’ont renié la même philosophie économique qui les réunit tous sous un même sceau scélérat :  ce capitalisme qui pour mieux séduire les foules se dissimule sous les atours trompeurs d’un libéralisme qui emprunte à la liberté une racine mystificatrice…


Quant à ceux qui prétendent (à qui cela sert-il ?) que le clivage gauche-droite est à ranger dans les aimables plaisanteries du passé,  je dis

vive la résistance !

3 réflexions sur “Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

  1. Moi, quand j’entends certains se dire sociaux-démocrates et que je compare leurs propos avec les accomplissements de la social-démocratie scandinave, par exemple, je me dis que ce terme est franchement usurpé.

    Ces mecs-là sont des blairistes. Sauf qu’ils ne seront jamais au pouvoir.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.