La social-démocratie est-elle soluble dans l’acide ?

cover_lambda votePetite cuisine du PSE
Les électeurs qui s’apprêtent à voter PSE pour les élections européennes risquent d’avoir une mauvaise surprise au lendemain du vote du 7 juin. Alors qu’ils pensaient voter pour un groupe de gauche, au moins dans son intitulé, ces électeurs découvriront que le groupe PSE au Parlement européen n’existe déjà plus. Ils vont devoir constater le dégât. Ecoutez ceci. Le prochain groupe où vont siéger les socialistes regroupera désormais des sociaux-démocrates et diverses sortes de centristes et de libéraux. Ce n’est pas de la politique fiction mais bel et bien ce que les hiérarques du PSE sont en train de concocter dans le dos des électeurs et des militants socialistes. C’est le site européen d’information Euractiv qui a levé le voile sur cette petite cuisine. L’enquête se référe à plusieurs sources socialistes. Selon elles, le groupe PSE aurait d’ores et déjà prévu de changer de nom; j’atteste personnellement du fait que cette question est venue à plusieurs reprises en bureau national du PS du temps où j’y siégeais. Une majorité avait alors fermement refusé l’opération qui semble depuis avoir reçu un feu vert de Solférino. Il s’agit en fait d’intégrer au sein du groupe PSE d’autres députés européens qui n’y siégent pas aujourd’hui. Lesquels? Une partie de ceux qui sont aujourd’hui  au groupe ALDE: « Alliance des libéraux et démocrates européens ». Il s’agit d’un groupe centriste et libéral. Il compte dans ses membres les eurodéputés italiens de la tendance chrétienne et libérale du Parti Démocrate. Ce serait déjà assez pour dire que ça sent mauvais. Mais l’enquête dit que ceux là ne seraient pas les seuls!!!! … Connaissant déjà les spécimens italiens du Parti Démocrate, antilaïques et proches du patronat, on préfère ne pas imaginer quels sont les autres groupes de députés « libéraux » ainsi démarchés par le PSE. Toujours est-il que les négociations vont bon train et qu’elles auraient déjà abouti avec les députés italiens, avec la contrepartie d’un changement de nom du groupe PSE. Et le nouveau nom ? Tout un programme à lui tout seul. « Alliance des socialistes et des démocrates ». On comprend vite. Derrière le changement de nom, c’est un nouveau glissement à droite du groupe qui va s’opérer avec l’arrivée de ces députés libéraux. Et une marginalisation désormais totale des eurodéputés PS français, qui prétendaient, et encore pas tous, porter une voix moins libérale. Cette nouvelle « évolution » du PSE montre en tout cas qu’il n’a nullement l’intention de rompre avec les politiques libérales européennes. C’est ce qu’enseigne l’histoire politique : la stratégie d’alliance conditionne le programme politique réel. Or aucun programme anti-libéral n’est possible dans l’alliance avec des libéraux. C’est exactement le même problème qui est posé en France au PS. Cette lamentable évolution prend justement un piquant tout particulier en France à l’heure où le PS est à nouveau tenté par une alliance au centre. Car le groupe ALDE dont les députés sont courtisés par le PSE est précisément celui dans lequel siègent les amis de François Bayrou. En votant pour les listes socialistes aux européennes, les électeurs français ne se contenteront donc pas d’élire des députés PSE. Ils voteront sans le savoir en faveur de l’alliance entre socialistes et centristes !
Jean-Luc Mélenchon, sur son blog

J’entends d’ici mon fils me reprocher la diffusion de cet article, me vilipendant comme d’autres sur le fait que le front de gauche taperait davantage sur le ps que sur notre adversaire commun…
Pour ce qui me concerne, mon véritable ennemi, c’est cette idéologie libérale et capitaliste, qui nous a plongé dans cette tourmente avec l’aplomb de la certitude dogmatique qui réside dans l’idée que seul ce type d ‘économie serait possible et souhaitable. Il  y a un an seulement, on nous faisait savoir que le pragmatisme résidait en cette seule vérité, et que quiconque le déniait était un idiot culturel, sur le registre économique tout au moins, sinon au sens pathologique du terme…
Depuis, la réalité est venue nous démontrer qu’un autre monde est non seulement possible, mais souhaitable. Il nous faut donc savoir vers où l’on va. Et avec qui. Et pour ce qui me concerne, ce ne sera pas (plus) les socialistes. Ce vieux parti se meurt. Et les taupes l’ont miné… avant de s’en aller vers d’autres cieux plus profitables, tels les Besson, Kouchner, Boeckel et autres qui, Allègre, souhaitent s’acoquiner avec le bastion de l’or dur….
Que les derniers socialistes tentent de se rassurer en prétendant qu’il s’agit seulement de traîtres à la cause. Mon opinion à ce sujet, je l’ai déjà exprimée dans un billet intitulé « le libéralisme est une idéologie« … qui dépasse les anciens partis traditionnels, à cheval sur l’UMP, le Modem et le PS. Au centre, le dogme de l’économie de marché. Avec les résultats que l’on connait…
Et qui ne le combat pas, voire le fait sien comme la plupart des partis socialistes européens, est condamné à l’impuissance. La volonté de transformation sociale est du côté de ceux qui réfutent l’ancien monde. Et veulent le changer. Et pas de ceux qui prétendent incarner le seul pragmatisme politique : celui des institutions. Faut que ça change !

Résistance !

6 réflexions sur “La social-démocratie est-elle soluble dans l’acide ?

  1. Oui et OUI, Mélenchon et le Front de Gauche devrait faire campagne contre LA DROITE et non contre la gauche mais bon continuez, continuez…toujours cette fameuse « unité » j’aime…!

    Je vais pas faire une note mais bon…
    Savez vous qu’entre 2008 et 2009 sur 21 rapports présentés par les députés GUE (groupe dans lequel le front de gauche va siéger), 18 ont été votés avec libéraux et conservateurs …?

    Alors je dois faire comme vous ? Dire « social traitre » et faire une note ?

    Je pense que vous dégoutez plus de gens du front de gauche qu’autre chose avec cette campagne uniquement dirigée contre le PSE. Car ci cela était dirigé contre l’idéologie libérale, on entendrait parler le front de gauche sur des partis comme alternative libéral, contre l’UMP, le MODEM mais NON c’est le PSE l’unique traitre !

    Alors oui il y a les méchants, les socialistes du PSE et il y a les gentils, le front de gauche satisfait ?Belle promotion des valeurs de gauche ?

    Combattre l’idéologie libérale ?
    Alors pourquoi le front de gauche n’a pas de projet d’un autre modèle économique, puisqu’ils existent ?
    Pourquoi ses propositions en matiére économique sont pratiquement identiques que celles du PSE ?

    De plus l’info est nulle puisque les députés qui se présente sous l’étiquette du PSE s’engagent sur le programme du PSE, le manifesto, donc même en changeant de nom ( ce qui est à démontrer car la parole de J.L Mélenchon ne vos pas vérité pour moi, cf l’histoire des 97% qu’il a repris sur Fr3) il n’y aura pas changement de cap des députés qui sont élus…
    Moi je dis pas que voter front de gauche c’est voter communiste, les députés sont capables d’avoir leur points de vue, c’est pareil.

    J’aime

  2. ahh j’ai trouvé la raison de cette note de Mélenchon, le dernier sondage donne 4% au front de gauche et Buffet commence à s’inquiéter…mais bon il y a d’autre moyen de mobiliser les gars !

    J’aime

  3. #back2basics : donne des exemples concrets, parle-nous de la libéralisation de l’énergie et du gaz… Pas le style du front de gauche de parler en termes de traitres… ni de divisions. On parle du fond et tant pis si les sondages sont mauvais…

    C’est marrant tout de même, depuis l’appel au vote utile lancé au cirque d’hiver, les militants socialistes se réveillent enfin !

    J’aime

  4. Accessoirement, ce sont des élections européennes. Le Front de gauche rassemble des forces hostiles au traité de Lisbonne. Tu sais, celui qui interdit toute restriction à la circulations de capitaux et et toute harmonisation sociale… On n’a jamais épargné la droite. Et quand le PS fait comme elle, je ne vois pas pourquoi on se tairait.

    Comme dit Pas perdus, on parle du fond. Relève le nez du guidon et sors de ta paranoïa.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.