Psychopathologie de Nicolas Sarkozy

.. ou Pourquoi notre petit Président est fou, que beaucoup le savent, mais qu’il ne faut surtout pas le dire… et encore moins l ‘écrire sous peine de s’attirer les foudres de l’Histrion au moi hypermédiatisé

 

Pour ce qui me concerne, j’ai toujours pensé que notre saigneur et maitre avait un trouble psychopathologique évident, tant il est en permanence dans la démesure et l’outrance, si possible ostensiblement médiatisée, et tant il a parfois (souvent ?) bien du mal à maîtriser ses impulsions excessives (ainsi le célèbre « casse-toi pôv con »…. mais il y en a d’autres (voir ici ..  il y a seulement 58 100 pages de liens sur ses caprices d’enfant-roi)

D’ailleurs, celle qui l’a probablement le mieux connu, son ex-femme, ne dit-elle pas de lui que « Nicolas Sarkozy est un sauteur (…) Un homme qui n’aime personne, pas même ses enfants (…) Il a un côté ridicule, il n’est pas digne, il ne fait pas Président de la République, il a un réel problème de comportement »… ? Et ce n’est pas la seule à le penser…  (voir ici).

Toutefois, je n’avais jamais songé à creuser le sujet… Mais ce matin, en me rasant, je me suis demandé ce qui pouvait le plus l’atteindre, lui, personnellement… Et en trouvant une ébauche de solution pour le combattre plus efficacement que ce n’est le cas actuellement (que je vous livrerai à la fin de ce billet), je pense avoir trouvé une partie de la réponse.

 

Je reste prudent car la psychiatrie n’est en effet pas une science exacte même si elle veut s’en donner toutes les apparences par des codifications pseudo scientifiques, avec des outils tels que le DSM-IV (voir ici).


Les pathologies peuvent par ailleurs se superposer, et les frontières de chacune d’entre elles en sont bien floues, j’en sais quelque chose pour y être confronté professionnellement,  et cela de plus près depuis quelques mois…


Et donc, me direz-vous, le résultat de mes recherches ? Un trouble de la personnalité, codifié en ICD-10, F60.2.   (Pour plus d’infos : http://taurus.unine.ch/icd10?term=&select=2593).


 » Trouble de la personnalité dissociale (F60.2), habituellement remarqué à cause d’une disparité flagrante entre le comportement et les normes sociales usuelles, caractérisé par :

  • dédain froid envers les sentiments des autres,

  • attitude flagrante d’irresponsabilité et d’irrespect des règles, normes sociales et engagements pris,

  • tolérance très faible à la frustration et seuil faible à la décharge de l’agressivité, y compris par la violence,

  • incapacité à ressentir la culpabilité ou à profiter de l’expérience, en particulier des punitions,

  • tendance marquée à rejeter la faute sur les autres, ou à rationaliser des excuses plausibles, pour des comportements amenant le sujet en conflit avec la société.

Il peut aussi y avoir une irritabilité permanente associée. Un désordre comportemental pendant l’enfance et l’adolescence, quoique parfois absent, peut renforcer le diagnostic. »

Étonnant de vraisemblance, n’est-ce pas ?

 

Cependant, si j’ai hésité, c’est qu’un autre type de psychopathologie a également attiré mon attention : l’histrionisme (F.60.4 du DSM-IV). Sur les 8 manifestations décrites, 5 me semblent pouvoir s’appliquer à notre personnage haut en couleurs (au moins ! mais jugez en par vous mêmes)  :

«  le sujet est mal-à-l’aise dans des situations où il n’est pas le centre de l’attention d’autrui.

  • L’interaction avec autrui est souvent caractérisée par un comportement de séduction inadapté, ou d’attitude provocante.
  • L’expression émotionnelle est superficielle et rapidement changeante.
  • Le sujet utilise régulièrement son aspect physique pour attirer l’attention
  • La manière de parler est trop subjective et pauvre en détail
  • Il y a une dramatisation (théâtralisme) et exagération de l’expression émotionnelle. «  

Cet article précise d’ailleurs plus loin que lorsque la personnalité histrionique ne fait plus l’objet principal des attentions de son entourage, elle devient alors plus fragile, et en proie à une grande angoisse…

Tout ce qui précède nous conduit donc à une vraie solution : et si on arrêtait, tous et toutes, et en même temps, de parler de lui ? Et qu’on le considérait simplement pour ce qu’il est : un grand malade ?!

 

10 commentaires

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.