L.1538 : 2 lettres de Chloé à nos chers députés…

Objet : Vote de la proposition de loi 1538 sur l’inceste

Madame La Députée, Monsieur Le Député,

Le 28 avril prochain, vous serez amené(e) à vous prononcer sur une loi majeure sur l’inceste présentée par Marie-Louise Fort. Je compte sur vous pour me représenter en votant cette loi. Comme deux millions de français victimes d’inceste (Sondage IPSOS du 28 janvier 2009 pour l’Association Internationale des Victimes de l’Inceste et AXA Atout Cœur), je suis moi aussi concerné(e) par ce fléau de santé publique.

Car l’inceste détruit les victimes mais plonge également leur entourage dans plus grande souffrance. C’est un véritable problème de société que chacun paye à sa manière. Conjoint, enfant, parent proche, les conséquences désastreuses de ce crime n’épargne personne. L’inceste n’a ni couleur politique, ni peur de la justice : à peine 3% des agresseurs vont en prison. La majorité des viols d’enfants restent impunis.

Je n’accepte pas de vivre dans une société qui ne s’empare pas de cette question avec conviction, efficacité, qui ne se révolte pas contre cette ignominie et surtout que la loi ignore. Cette loi représente la première pierre de l’édifice que notre pays se doit de construire pour protéger ses enfants.

Insérer l’inceste dans le code pénal en incluant toute la famille et pas seulement les ascendants, en supprimant la question du consentement de l’enfant, prévenir et former les professionnels et enfin accueillir les victimes qui aujourd’hui ne bénéficient d’aucun soin spécialisé. C’est vraiment le minimum que nous puissions faire dans un pays « évolué » ! Aujourd’hui il n’existe rien : aucune recherche, aucune formation professionnelle, aucune prévention, aucune information, aucun soin spécifique, aucune considération pour ces enfants, ces adolescents et ces adultes qui vivent dans la souffrance.

C’est pourquoi le 28 avril à 15 heures, lorsque la loi Marie-Louise Fort passera au vote, je serai là, derrière mon petit écran, je vous regarderai voter « oui ». Pas de non, pas d’abstention, seulement oui, pour nos enfants, pour notre avenir, pour que notre société devienne humaine.

Je vous prie d’agréer, Madame La Députée, Monsieur Le Député, l’expression de mes respectueux sentiments.

(2ème lettre)

Mesdames , Messieurs les Députés,

Vous êtes membres de la Commission des Lois et votre premier rôle est d’améliorer le quotidien de vos électeurs.

Je me permets en premier lieu de souligner la violence à laquelle nous avons été confronté(e)s en apprenant que le processus parlementaire était, un peu plus bouleversé, au profit de la loi Hadopi. Mais notre détermination a eu raison et le vote du projet de loi sur l’inceste ne sera donc pas reporté. Mais sachez que cette annonce a été pour nous, victimes, familles et amis de victimes, une terrible indignation, une réelle incompréhension et une atteinte à notre dignité, une fois de plus.

Comme vous le savez, l’absence du mot “Inceste” dans la loi empêche de tenir des statistiques policières, judiciaires, médicales et sociales (arrêts de travail renouvelés, invalidité permanente dans de nombreux cas). Cette sous-information permet d’évacuer le problème, mais au détriment des victimes, de la population et du budget de l’Etat.

Le rapport de Mme Fort a pourtant mis en valeur les conséquences économiques de ce fléau de santé publique qu’est l’inceste, tout en montrant que l’impossibilité de tenir des statistiques ne permet pas de le chiffrer .

Il faut insérer l’inceste dans le Code Pénal, et je vous demande d’agir efficacement pour obtenir ce résultat.

Vos électeurs apprécieront et se souviendront.

Je vous prie de croire, en vous remerciant d’avance, à l’expression de mes sentiments respectueux.


(lettres reçues en commentaires à la suite de mon précédent billet et reproduites intégralement)

Chloé me demande de les diffuser largement, à vous de relayer à présent….

Une réflexion sur “L.1538 : 2 lettres de Chloé à nos chers députés…

Les commentaires sont fermés.