mes amitiés à Julien Dray…

je n’aime guère Julien Dray, à qui je reproche d’avoir renié ses idées de jeunesse, et que je range – à tort ? – dans le même sac que mon cousin ancien soixante huitard que j’admirais tant à l’époque,  devenu aujourd’hui banquier blotti dans son confortable espace de luxe ambiance cuir et son costume de prix, pendant qu’une partie de sa famille vit dans un dénuement qui gagnerait à  connaître ne serait-ce qu’une petite expérimentation locale du partage des richesses.

Plus sobrement dit et avec moins de subjectivité et de place accordée à l’humeur, je dirais que nous avons, Julien Dray et moi,  une divergence d’opinion quand à une certaine manière de se comporter au quotidien qui me semble outrageante vis à vis des principes qu’il défend.

Cependant, il me paraît important de défendre une certaine conception que je me fais du droit à l’information,  et l’un des plus élémentaires droits  de l’homme, même quand il s’agit de quelqu’un que je n’apprécie pas particulièrement,  à savoir la possibilité pour chacun d’être jugé dignement et en toute équité, selon des procédures légales. Et non pas jeté en pâture à la vindicte populaire sans autre forme de procès. Et force m’est de constater comme beaucoup d’autres commentateurs plus médiatiques que la présomption d ‘ innocence est dans le cas qui nous occupe ici  ouvertement bafouée.

C’est pourquoi je souhaitais me faire le relais de cette nouvelle pièce à conviction qu’il m’importait de contribuer à porter à votre connaissance, pour qu’elle s’en trouve éclairée d’une autre lumière que celle, à mon avis bien frelatée sans quoi je ne serais pas blogueur, des médias traditionnels. Car on s ‘étonne en effet avec l’auteur du billet qui suit qu’elle n’ait pas été portée plus lisiblement à l’attention de tout un chacun. C’est ici : http://www.variae.com/affaire-dray-la-lettre-dont-personne-ne-parle/

8 réflexions sur “mes amitiés à Julien Dray…

  1. Merci camarade pour ce billet qui a d’autant plus de valeur qu’il n’émane pas d’un copain de Julien … Je ne pense pas pour ma part qu’un mode de vie (surtout quand il n’est pas pathologiquement luxueux, contrairement à ce que les médias ont voulu faire croire) empêche de combattre pour des idées et des valeurs politiques, mais c’est un autre débat. Le problème qui nous occupe ici est fondamentalement celui-ci : combien de temps encore durera cette mascarade d’organes de presse se revendiquant « de gauche » ou « libres et indépendants », mais qui ont pour seul but réel la maximisation de leurs profits, quand ils ne sont pas aux ordres de tel ou tel pouvoir ?

    J'aime

  2. Je n’ai moi non plus aucun sympathie pour Dray.

    Cela dit, ce qui est choquant, c’est comment le journaliste Laïd Sammari de l’Est Républicain s’est procuré le rapport Tracfin: confidences sur l’oreiller d’une magistrate bien connue.

    Violation de la présomption d’innocence, c’est déjà grave. Par une magistrate en plus, c’est le pompon.

    A quand des sanctions disciplinaires aussi rapides que pour les magistrats qui déplaisent à la Garde des Sceaux?

    Plus de détails sur Marianne2:
    http://www.marianne2.fr/Affaire-Dray-quand-le-journalisme-devient-nauseabond_a173760.html

    J'aime

  3. @ Vache : effectivement, je suis un proche de J. Dray, avec qui je travaille et entretiens une relation amicale. Cela étant dit, j’essaie d’avancer dans le débat des arguments et des faits qui ont une valeur, me semble-t-il, indépendamment de la personne qui les profère

    J'aime

  4. Bonjour à tous
    En 1999,je savais simplement que Julien Dray était député de l’Essonne depuis 1988,je lui connaissais une « vague » passion pour les montres (par presse interposée)
    A cette époque,à l’occasion d’un controle du livre de police d’un horloger ,revendeur de montres de collection, parisien,j’ai découvert que ce député y était le principal vendeur de montres(plus de 40 montres sur 3ans)
    Après maintes vérifications j’ai mis à jour qu’il utilisait aussi des prête-noms pour revendeurs.Il faut souligner que cette pratique était largement utilisée dans ce magasin .
    Je vous épargne la liste des montres quasi neuves pour lesquelles il perdait à leur revente des sommes énormes et notamment une montre de valeur Bréguet Marine n°2063i,importée frauduleusement de Suisse par un tiers mais pour laquelle Dray récupérera le produit de sa revente
    Je ne retiendrais finalement que deux choses:
    L’obtention gratuite par son épouse d’une Jeep Cherokee d’une valeur vénale de 140 000F en juillet 1999,à la suite d’une subtile affaire de compensation avec un garagiste client de l’horloger
    Plus grave est cette interdiction qui me fut opposée d’informer le Parquet des faits délictueux que j’avais découverts à l’ occasion de cette enquête.
    Aujourd’hui ces faits étant prescrits,c’est avec un grand détachement que je vous livre ces souvenirs.

    J'aime

  5. Il est dommage comme on peut le constater sur le net par ailleurs que cet echange soit pollué par des individus peu scrupuleux, qui sous couvert d’anonymat, utilisent la diffamation et le raccolage comme argument.
    Bien dommage pour eux.Au mieux, cela interresser la justice (la diffamation est un délit ).

    Je retiens quant à moi , avec interet la lettre du syndicat des journalistes de l »Est repulicain, dont on n »a pas entendu parler, elle est bien sur moins tapageuse que nombre d’inventions et delires de presse pseudo d’investigation qui commencent par bafouer les libertés publiques et individelles.
    J’ai lu avec beaucoup d’interet aussi l’entretien à Mediapart, des présidents des deux grands syndicats de magistrats (SM et USM) : « ils voient dans cette réforme une atteinte à l’indépendance de la justice. Ils s’en prennent vivement au procureur de Paris, Jean-Claude Marin, décrit comme «à la botte du pouvoir» et ayant fait «l’essentiel de sa carrière sous des gouvernements de droite». Pour eux, l’enquête du parquet de Paris visant Julien Dray constitue «l’archétype» de cette justice politisée voulue par l’Elysée. »

    J'aime

  6. En réponse à Phosphore,je lui dis que le « personnage peu scrupuleux »tel qu’il me qualifie , a pu témoigner le 7 octobre 2010 devant la 7ème Chambre du TGI de PARIS dans une affaire opposant DRAY à LIBERATION.
    J’ai ,semble t’il, beaucoup intéressé le Tribunal,quand bien même les faits relatés étaient prescrits;
    J’ai pu cependant décrire par le menu le système frauduleux mis en place par le député et son horloger favori parisien de l’époque.
    DRAY,absent, était représenté par son avocat Me FORSTER.
    Dommage!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.