Sainte Ségolène, mère de dieu… ou Evita Peron ?

je l’avoue humblement, oui, je fais un rejet… qui n’a rien de seulement intellectuel, car tout mon corps se révulse… On ne peut de surcroit me faire le procès de cette caste victimaire, quant à mon éventuelle appartenance au camp de la vieille garde, puisque je n’y suis pas, et n’ai rien vraiment, d’un éléphant du PS…  Mais jugez en par vous-même :

« Ségolène est habitée par quelque chose, elle a une lumière intérieure. » (Dominique Besnehard). C’est cela même, oui… Ses élans de mysticisme scéniques habilement soulignés de petits gestes décalés, à Reims de surcroît (ville qui n’est pas neutre pour les libres-penseurs) en témoignent…

« Royal prend la défense de Georges Frêche… »   Alors là, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase… de Soissons. Je ne veux plus de cette soi-disant gauche là. Car défendre quelqun qui a prétendu que les harkis étaient des sous hommes, et qu’il y avait trop de noirs dans les équipes de football, là, je craque, et mes valeurs morales, qu’on peut juger un tantinet désuètes certainement, se réveillent et crient : STOP !!!